Analyse
Quel bel été nous avons eu ! il y a 11 ans - vendredi 15 septembre 2006

Un coup d'oeil sur les marchés en juillet et août.

En juillet en août, la plupart des sicav d’actions ont poursuivi la marche en avant entamée en juin. Les amateurs de slogans comme “Sell in May” et “Remember to come back in September” en sont donc pour leurs frais. Les sicav de pays émergents surtout ont aligné d’excellentes performances. Pour ce qui est des sicav d’obligations, la baisse des taux à long terme a été une bonne chose pour les valeurs d’inventaire. Sauf au Japon. Les investissements en yens ont été pénalisés par la baisse de la devise nipponne.

L’analyse qui suit porte sur les mois de juillet et d’août. Les rendements affichés dans les tableaux portent sur le mois écoulé et un, trois et cinq ans.

LE RISQUE EST PAYANT
· La plupart de nos lecteurs auront suivi avec ravissement l’évolution de leur portefeuille d’actions cet été. Sur le plan géographique, on a surtout vu émerger les sicav de pays… émergents, Turquie en tête (+ 15,6 %). La raison en est simple : ces sicav remontent la pente après les claques reçues en mai et même en juin. Tout est donc bien qui finit bien ? A notre avis, mieux vaut encore rester à distance, le risque est réel. A noter aussi les prestations intéressantes de quelques sicav est-européennes: leur hausse moyenne est de plus de 10 %, c’est davantage que leurs indices de référence. La palme revient aux gestionnaires ayant misé sur les marchés boursiers russe (+ 9,3 %) et… turc (+ 15,1 %) ! DWS Osteuropa (Deutsche Bank, ***, + 10,6 %) par exemple a misé la moitié de son portefeuille sur la Russie et près de 15 % sur la Turquie. A déconseiller pourtant : trop risqué au niveau actuel.
· Si vous cherchez un placement potentiellement rémunérateur, sans perdre de vue toutefois que le risque est supérieur à la moyenne, prenez plutôt une sicav asiatique. Mais la sélection des pays est stratégiquement cruciale. Vous pouvez par exemple miser sur Templeton Asian Growth A (distribuée par la Deutsche Bank, ****, + 2,8 %). Cette sicav investit surtout en Chine (1/3 de son portefeuille) et en Corée du Sud (1/4), deux pays offrant de bonnes perspectives. Réservé toutefois aux audacieux investissant à long terme.
· Il y a une alternative, les sicav n’investissant qu’en Chine. Il y en a beaucoup et parmi cette offre fort large nous préférons celles qui investissent en Chine continentale et pas seulement à Hong Kong. Nous éviterions Taiwan.

TEMPLETON ASIAN GROWTH A ET L’INDICE DES PAYS ASIATIQUES

La sicav de Templeton (en gras) administre la preuve qu’il est possible de faire mieux que le marché avec une bonne sélection de pays et d’actions. Les audacieux parmi vous peuvent acheter cette sicav bien diversifiée.

TOUR D’EUROPE
· Retour chez nous, où l’on ne peut qu’être content : les sicav d’actions européennes ont en moyenne progressé de 4,2 %. Argenta Fund Actions Européennes (*) fait mieux encore avec 7,6 %. Cette sicav n’est pas forcément mieux gérée qu’une autre, simplement, le calcul de sa valeur d’inventaire (uniquement le mercredi) est décalé dans le temps. Lorsqu’on regarde l’évolution des autres sicav d’Argenta, on remarque qu’elles tirent aussi un avantage du fait que leur valeur d’inventaire n’est calculée que tous les mercredis. Un avantage qui, le mois suivant, peut se muer en désavantage. Autrement dit, à long terme, cela ne joue quasiment pas.
· Carmignac Euro-Entrepreneurs (distribuée par Cortal Consors, + 2,3 %), jusqu’ici une des meilleures sicav de ces dernières années, fait machine arrière. L’explication tient au fait que ses gestionnaires investissent moins que les autres en Bourse suisse (alors qu’elle a gagné 6 %) et qu’ils ont beaucoup de liquidités (et équivalents) en portefeuille (environ 16 %). Cette attitude défensive a joué dans le mauvais sens cet été.
· Les sicav ne misant que sur la zone euro ont fait un peu moins bien : + 3,7 % en moyenne. C’est dû au fait qu’elles n’investissent pas en Suisse (voir ci-dessus), ni au Royaume-Uni (la Bourse de Londres a gagné 4,7 % cet été). La lanterne rouge est Dexia Equities B EMU Small Cap (***, + 0,7 %), qui n’investit qu’en petites actions (‘small caps’). Connaissez-vous le fabricant autrichien de machines Andritz (- 4,7 %), le groupe immobilier français Nexity (- 0,8 %) et la très française Compagnie Générale de Géophysique (- 6,6 %) ? Ces petites valeurs ont grandement pesé sur le portefeuille de cette sicav.
· Si vous voulez un placement sans risque de change, les sicav d’actions de la zone euro sont pour vous. Préférez les sicav misant sur les grandes valeurs. 

Les bourses en août 2006

Bourse

Evolution (1) sur

1 mois

12 mois

Amsterdam (AEX)

3.3%

20.4%

Athènes (ATHEX 20)

2.9%

16.8%

Bruxelles (BEL 20)

2.9%

21.2%

Francfort (DAX 30)

3.1%

18.4%

Hong Kong (H.SENG)

2.1%

12.1%

Lisbonne (PSI 20)

3.0%

27.4%

Londres (FTSE 100)

1.2%

13.3%

Madrid (IBEX 35)

2.8%

21.3%

Milan (MIB 30)

3.7%

13.4%

Nasdaq Composite

4.1%

-2.5%

New York (S&P 500)

1.8%

2.7%

Paris (CAC 40)

3.1%

17.4%

Stockholm (OMX 30)

4.6%

18.1%

Sydney (ASX)

1.8%

12.4%

Tokyo (Nikkei 225)

1.6%

18.4%

Toronto (S&P/TSX)

3.6%

16.4%

Zurich (SMI)

2.4%

22.9%

(1) en %, après conversion en euro, fin août 2006

EN FORME, LE BEL 20
· Les actions belges ont, elles aussi, connu un bel été. Mais si le Bel 20 a réussi à gagner 5,7 %, les sicav spécialisées, elles, n’ont réussi qu’à gagner 4,3 % en moyenne. Il y a à cela deux raisons. Primo, les règles de diversification que doivent suivre les sicav : pas question de miser plus de 10 % de son portefeuille sur une valeur. Fortis (+ 14,1 %, 15 % de la valeur du Bel 20) et KBC (+ 10,2 %, 12 % de la valeur du Bel 20) ont fait du très bon travail, mais ce bon travail ne peut pas apparaître dans les mêmes proportions au sein du portefeuille des sicav. Secundo, les sicav misant sur les actions flamandes ont fait moins bien. Les prestations d’Argenta Fund Actions flamandes (**, + 2,8 %), de KBC Equity Flanders (***, + 1,2 %) et de Vlam 21 (**, + 2,4 %) sont en retrait du fait de la faiblesse de certaines vedettes comme Agfa-Gevaert (- 3,3 %) et, surtout, Omega Pharma (- 17,6 %).
· Comme vous pouvez le voir p. 20, les actions belges restent présentes dans tous nos portefeuilles types. Si vous n’avez pas encore fait le pas, vous pouvez acheter Osiris Equities Belgian Active (Banque Degroof, *****, + 3,7 %), l’ancienne Osiris High Yield Belgian Shares.

OSIRIS EQUITIES BELGIAN ACTIVE ET BOURSE DE BRUXELLES (base 100)

La sicav de la Banque Degroof a absorbé sa consoeur Osiris Strategic Belgian Stock et sa stratégie a légèrement changé, mais elle reste un must pour ceux qui estiment important de disposer d’un portefeuille diversifié d’actions belges.

ETEIGNEZ LA LUMIERE !
· Les sicav investissant dans le secteur de l’énergie ont dégagé des résultats divers. Les nouvelles sont bonnes chez Dexia Equities B European Energy (+ 3,3 %) grâce aux performances des groupes italien ENI (+ 3,8 %) et allemand RWE (+ 9,8 %). Elles ne sont pas bonnes pour ING (L) Invest Energy (- 2,6 %). La moitié de son portefeuille est faite d’actions américaines qui ont mal vécu l’été. Le spécialiste de l’exploration “offshore” GlobalSantaFe a perdu 14,9 % et le groupe de raffinage Valero Energy 13,8 %.
· Nous n’achèterions pas de sicav de ce type en ce moment.

Les secteurs en août 2006

Secteur

Evolution (1) sur

1 mois

12 mois

En Europe

Finance

4.2%

29.2%

Pharma

1.7%

20.1%

Télécom

2.0%

-3.3%

Technologie

5.7%

10.4%

Consommation

3.2%

19.1%

Distribution

3.2%

27.3%

Utilité publique

4.1%

31.3%

Dans le monde

Finance

2.6%

20.8%

Pharma

1.4%

9.4%

Télécom

2.1%

7.3%

Technologie

6.6%

5.0%

Consommation

3.0%

11.5%

Distribution

2.8%

3.9%

Utilité publique

3.7%

20.2%

(1) en %, après conversion en euro, fin août 2006

GRANDES VACANCES OBLIGATAIRES
· Assez paradoxalement, alors que les taux à court terme étaient orientés à la hausse cet été sous l’impulsion de la Banque centrale européenne, les taux obligataires, eux, ont reflué, sur fond de craintes d’un ralentissement de la conjoncture économique pour la fin de cette année et pour 2007. Les obligations en euros à 10 ans ont vu leur rendement tomber à 3,75 % fin août alors qu’il était encore de plus de 4 % au début des vacances. Notez que ce fut une bonne chose pour les sicav d’obligations. Les cours obligataires, dont les fluctuations jouent sur la valeur des sicav, évoluent inversement par rapport aux taux. Ainsi, les sicav d’obligations en euros à long terme ont vu leur valeur gagner 3,6 % en moyenne au cours des deux mois des vacances. Le constat est identique de l’autre côté de l’Atlantique, où la baisse des taux obligataires – le rendement de l’emprunt d’Etat à 10 ans est passé de 5,15 à 4,75 % pendant les vacances – a permis aux sicav d’obligations en dollars américains de s’apprécier de 2,6 % en moyenne, malgré la très légère baisse du dollar par rapport à l’euro (- 0,1 %).

TAUX A LONG TERME (7-10 ans) ET FORTIS L BOND LONG EURO

Les taux obligataires (en gras, échelle de gauche) évoluent inversement par rapport aux cours des obligations et des sicav investissant en obligations.

· Et demain ? Il est peu probable que les taux obligataires baissent encore. L’inflation, qui influence le loyer de l’argent et donc le niveau des taux obligataires, demeure une source de préoccupation. Autrement dit, il y a peu de chances que les sicav obligataires réitèrent à court terme leurs excellentes prestations de cet été. Elles restent néanmoins incontournables dans tout portefeuille largement diversifié car, en cas de malaise boursier, elles constituent un confortable matelas de sécurité.
· Dans la zone euro, nous conseillons les sicav d’obligations d’entreprises (= corporate). De durées généralement pas trop longues, ces obligations offrent des perspectives de rendement un peu plus élevées que les traditionnelles obligations d’Etat. Vous pouvez acheter Dexia Sustainable Euro Corporate Bonds, Fortis L Bond Corporate Euro, KBC Bonds Corporates Euro (CBC-KBC) ou PAM (L) Bonds EUR Quality (Petercam). Ces sicav sont toutes correctement gérées (***).
· Pour un placement en dollars américains, nous vous conseillons Dewaay American Bonds (Puilaetco Dewaay), ING (L) Renta Fund Dollar ou Threadneedle Dollar Bond (distribuée par Deutsche Bank), trois sicav que nous gratifions aussi de ***.

LE KIWI TIENT LA FORME…
On l’a vu, les sicav d’obligations ont enregistré de belles performances cet été. On trouve en tête du classement KBC Renta NZD-Renta (CBC-KBC, ***), la seule sicav qui investit encore en obligations en dollars néo-zélandais. Elle a progressé de 7,9 %. Si la baisse des taux a contribué à ce résultat, le mérite en revient surtout à la devise, qui a bondi de 7,2 % par rapport à l’euro. Après, il est vrai, de longs mois de baisse ininterrompue. Mais les perspectives du dollar néo-zélandais, alias le « dollar kiwi », restent peu séduisantes. Nous nous attendons en effet à ce que son cours s’effrite à nouveau dans les prochains mois. Restez à l’écart pour le moment.

… MAIS PAS LE YEN
· De l’autre côté du classement, on trouve en queue du peloton les sicav d’obligations en yens, qui ont en moyenne perdu 1,3 %. En cause, le recul de la devise nipponne, qui a cédé pas moins de 2,6 % par rapport à la monnaie unique pendant les vacances. C’est d’autant plus surprenant que l’économie japonaise se porte (enfin) mieux. Mais les taux d’intérêt japonais restent très bas en comparaison des autres pays. Lorsqu’on ne propose pas plus de 1,70 % sur 10 ans, comment retenir les investisseurs ? Ceux-ci se tournent volontiers vers d’autres devises plus rémunératrices, le dollar américain par exemple, ou même l’euro. Tout cela pèse forcément sur le yen. Mais, à force de se déprécier, la devise nipponne en devient très bon marché. Elle est actuellement sous-évaluée d’un petit 15 % par rapport à l’euro. C’est exagéré, d’autant que l’inflation est moins élevée au Japon que chez nous. Autrement dit, le pouvoir d’achat de notre devise s’érode plus rapidement que celui du yen. C’est donc l’euro qui, à terme, est appelé à se déprécier par rapport au yen. Ou alors le yen va s’apprécier par rapport à l’euro. Un mouvement dont il faut tirer parti.

EVOLUTION DU YEN (en euros)

Le yen, actuellement sous-évalué par rapport à l’euro, devrait tôt ou tard reprendre des couleurs. Une bonne chose pour les sicav concernées.

· Les sicav d’obligations en yens sont un bon moyen de diversification pour certains portefeuilles. Vous pouvez acheter, au choix, ING (L) Renta Fund Yen (**), KBC Renta Yenrenta (CBC-KBC) ou Parvest Japan Yen Bond (Cortal Consors, **).

Les devises en août 2006

Code ISO

Cours (1)
(en euro)

Evolution (2)

Perspectives (3)

1 m.

1 an

1 an

LT

DKK

0,1341

0.0%

0.0%

=

=

SEK

0,1080

-0.5%

0.9%

+

++

NOK

0,1239

-2.5%

-2.6%

-

-

CHF

0,6336

-0.4%

-1.9%

=

++

GBP

1,4860

1.6%

1.6%

=

-

USD

0,7812

-0.3%

-3.9%

-

+

CAD

0,7039

1.5%

2.9%

-

=

AUD

0,5966

-0.6%

-2.3%

=

=

NZD

0,5113

5.8%

-9.2%

-

--

JPY

0,6661

-2.7%

-9.0%

+

++

(1) fin août 2006 ; p.ex. 1 USD vaut xxx euros ; (2) en %, par rapport à l'euro ; (3) évolution attendue de la devise à 1 an et à long terme.

UN PEU DE TOUT A LA FOIS
· Les sicav mixtes, dont le portefeuille comprend à la fois des actions et des obligations, ont profité de la bonne tenue des Bourses et des marchés obligataires. Ce sont les compartiments « dynamiques », composés essentiellement d’actions, qui ont enregistré la plus belle performance : + 2,9 % en moyenne. Les compartiments « neutres » (moitié actions, moitié obligations) suivent de près (+ 2,6 %), tandis que les compartiments « défensifs », composés essentiellement d’obligations, ferment la marche avec une progression moyenne de 1,9 %.
· Ces sicav s’adressent aux investisseurs qui souhaitent diversifier en une fois leur portefeuille de sicav. Cela demande moins de suivi que si vous composiez vous-même votre portefeuille de sicav, mais vérifiez quand même de temps en temps la légitimité de votre choix. Les performances varient très fort d’une sicav à l’autre. 
· Le choix de la catégorie (dynamique, neutre, défensif) dépend de votre horizon de placement et de votre acceptation du risque. Si vous avez de nombreuses années devant vous et que vous êtes peu sensible au risque, vous pouvez opter pour un compartiment dynamique. Dans le cas contraire, préférez un compartiment défensif.

Partagez cet article