Analyse
La bourse ou la vie il y a 11 ans - jeudi 12 octobre 2006
Les contrats d’assurance vie liés à des fonds de placement, aussi connus sous l’appellation de produits de la branche 23 ont le vent en poupe.

Les contrats d’assurance vie liés à des fonds de placement, aussi connus sous l’appellation de produits de la branche 23 ont le vent en poupe. L’offre ne cesse de s’élargir et 2005 a vu doubler les montant encaissés. A tort ou à raison ? Nous faisons le point sur un marché où quelques (trop) rares opportunités sont à saisir.

Nous les avons choisies sur la base de leur transparence, de leur potentiel, de leurs frais et de leurs prestations en regard de leur risque. L’évolution de la valeur de ces contrats d’assurance – car c’est bien de cela qu’il s’agit – dépend en fait de celle du ou des fonds internes auxquels ils sont liés. Ne nous leurrons pas : à politique d’investissement semblable, le risque est comparable à celui d’une sicav.
Pourtant, on ne peut dire des produits de la branche 23 que ce sont des sicav. Le cadre réglementaire est différent. Les règles de diversification auxquelles sont soumises les sicav ne s’appliquent par exemple pas à ces contrats. Même si dans la pratique on observe bel et bien une diversification, le gestionnaire d’un produit de la branche 23 dispose de davantage de marge de manœuvre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les hedge funds belges sont commercialisés sous la forme de contrat de la branche 23. Les exigences en matière d’information sont également moins contraignantes et la nature du contrôle exercé par la Commission Bancaire, Financière et des Assurance (CBFA) est aussi différente. Un placement en branche 23 est toujours nominatif et n’est souvent disponible qu’en parts de capitalisation alors qu’une sicav donne le choix entre capitalisation et distribution (d’un coupon), entre placement au porteur ou nominatif. Enfin, un contrat de la branche 23 prend fin lorsque l’assuré vient à décéder alors que ce n’est pas le cas pour un placement en sicav.

ENCAISSEMENTS EN BRANCHE 23 (en mio EUR)

Le succès de la branche 23 en 2005 a aussi une explication d’ordre fiscal : l’introduction début 2006 d’une nouvelle taxe de 1,1 % sur les assurances vie a incité beaucoup d’épargnants à faire leurs emplettes avant fin 2005. Probablement au détriment des primes versées en 2006.

Produits de la branche 23 distribués par Defa

Nom

Gestionnaire

Nombre de sicav internes

Frais d’entrée (en %) (1)

Frais de sortie en fonction des années (en %)

Ordin.

Defa

1

2

3

4

5

6

ALI

AXA Belgium

17

6

1

2

1,5

1

0

0

0

Belstar

Belstar

37

3

1

2

1,5

1

0,5

0

0

OHRA

Delta Lloyd Life

12

5

1

5

4

3

2

1

0

Top Profit

Fortis AG

21

3,5

0,5

2

1,5

1

0,5

0

0

Generali

Generale

11

1

0,5

3

2

1

0

0

0

WFS

Winterthur

25

4

0,75

2

1,5

1

0,5

0

0

(1) Auxquels s’ajoute la taxe de 1,1 %.

ATTENTION AUX FRAIS
Nous avons passé les produits de la branche 23 au scanner comme nous le faisons pour les sicav, ce qui implique de s’intéresser aux coûts. La structure de coûts des produits de la branche 23 est très différente, même si pour l’épargnant il s’agit toujours de frais d’entrée ou de gestion. Voyons cela de plus près:
– tout versement est amputé de 1,1 % de taxe sur les assurances vie. A la vente, il n’y a pas de taxe. A noter qu’il n’y a la plupart du temps pas de précompte mobilier ;
– les frais de sortie sont souvent dégressifs. Cela incite certainement à avoir une vision de long terme avec ce type de placement. Le tableau vous montre que ces frais peuvent monter jusqu’à 5 % lorsqu’on revend un produit dans la même année. Ce n’est qu’après cinq ou six ans qu’ils tombent à zéro ;
– il y a toujours une mise minimale de départ, souvent de 2.500 euros, et les versements ultérieurs sont eux aussi encadrés. L’intermédiaire peut prélever des frais d’entrée relativement élevés, jusqu’à 6 %. C’est beaucoup trop. Test-achats, auquel appartient Fonds & Sicav, a conclu un accord avec l’un d’entre eux, Defa (voir encadré), pour réduire ce coût ;
– attention aussi aux frais liés à l’assurance elle-même, d’autant que ces coûts s’ajoutent aux autres sans qu’ils aient quelque chose à voir avec la qualité du produit. Ainsi, Generali compte sur ce poste 1,2 % par an alors que Winterthur ne retranche rien.
De plus, souvent seuls les frais liés aux fonds internes sont comptabilisés dans les valeurs d’inventaire. Les coûts propres à l’assurance elle-même se traduisent généralement par une diminution du nombre d’unités inscrites à votre actif, ce que beaucoup d’épargnants ne voient même pas.

Avantage chez Defa

Le courtier (indépendant) gantois Defa est le premier avec lequel Test-Achats a conclu un partenariat pour les produits de la branche 23. Les abonnés de Fonds & Sicav (et de Budget Hebdo) bénéficient d’une réduction de 0,5 % sur les frais d’entrée (déjà écrasés) d’une sélection de produits (voir tableau ci-dessus). Cette réduction ne signifie pas que nous vous conseillions tous ces produits. Pour contacter Defa, surfez sur www.defa.be ou appelez le 09/346 86 26.

Partagez cet article