Analyse
Sicav ou emprunt obligataire ? il y a 10 ans - jeudi 15 mars 2007
Investir dans une sicav obligataire est tout autre chose qu’investir dans une obligation individuelle.

Investir dans une sicav obligataire est tout autre chose qu’investir dans une obligation individuelle.
Les avantages de l’une constituent en fait les inconvénients de l’autre, et vice versa.

Nous conseillons à la plupart d’entre vous d’inclure, dans votre portefeuille, des sicav d’obligations. La raison ? La diversification. Les obligations réagissant différemment – parfois même en sens opposé – des actions, que ce soit à un mouvement des taux ou à la publication de chiffres économiques, le fait de combiner actions et obligations diminue sensiblement le risque d’un portefeuille sans nuire, outre mesure, au rendement potentiel.

FAUX JUMEAUX

Les différences entre obligations individuelles et des sicav d’obligations sont importantes (cf. tableau) et à moins de disposer d’un capital suffisant, mieux vaudra opter pour une sicav d’obligations bien gérée, assurément pour les catégories à risques (devises étrangères, obligations de sociétés). Ils tiennent compte de la qualité de la gestion et de l’importance des frais (gestion et entrée).

Si vous souhaitez malgré tout acheter des obligations individuelles, tenez compte de ces quelques conseils :
– Choisissez des obligations d’émetteurs de bonne qualité. N’oubliez pas que les obligations en devises étrangères ne peuvent être envisagées que dans un portefeuille déjà diversifié. Pour nos conseils (hebdomadaires), adressez-vous directement à notre service Aide individuelle, au 02/542 33 50, ou consultez la rubrique 'Obligations '.
– Conservez vos obligations jusqu’à l’échéance. Votre rendement sera ainsi garanti et vous éviterez des frais supplémentaires.

SICAV OBLIGATAIRE >< OBLIGATIONS INDIVIDUELLES

 

SICAV OBLIGATAIRE

EMPRUNT OBLIGATAIRE

 

+

Risque de l’émetteur

portefeuille diversifié

un seul émetteur

Gestion

professionnelle

statique (suivi nécessaire)

Achat et vente

au jour le jour

pas toujours évidents

Mise initiale

peu élevée

souvent élevée

Capitalisation dividendes

possible

impossible

 

+

Echéance finale

non

oui

Protection du capital

non

uniquement à l’échéance finale

Rendement

inconnu

connu à l’avance

Dividendes/coupons

Inconnus

connus à l’avance

Frais

variables selon la sicav

limités, voire nuls

PAM BONDS EUR (échelle gauche) ET TAUX D’INTERET EN EURO

Jusqu’à la mi-2005, la baisse des taux d’intérêt (éch. droite, en %) a assuré de belles plus-values à la sicav de Petercam (gras). Les dommages causés par la remontée des taux ont ensuite été compensés, en partie, par la gestion active de la sicav.

POURQUOI (NE PAS) OPTER POUR UNE SICAV ?
· Les principaux avantages :
Diversification. Une sicav investit en obligations d’émetteurs différents, de différents types d’émetteurs, de différentes durées et, éventuellement, de différentes devises.
Gestion professionnelle. Le gestionnaire achète et vend des obligations en continu, selon ses prévisions.
Liquidité. La plupart des sicav s’échangent au jour le jour.
Mise initiale. Une sicav est à vous à partir de quelques euros.
Capitalisation. Vous pouvez réinvestir automatiquement vos dividendes annuels dans la sicav.

· Les principaux inconvénients :
Rendement incertain. Les sicav n’ont pas d’échéance. Vous ne connaissez jamais à l’avance le rendement final et les éventuels dividendes.
Pas de protection du capital. Si les taux d’intérêt montent, la valeur d’inventaire de votre sicav baissera. A moyen terme, le risque de perte est toutefois faible.
Frais. Outre les frais d’entrée, les sicav appliquent aussi des frais de gestion annuels.

POURQUOI (NE PAS) OPTER POUR UNE OBLIGATION ?
· Les principaux avantages :
Sécurité. Sauf faillite de l’émetteur, vous savez combien vous gagnerez et quel coupon vous recevrez.
Protection du capital. Même si le cours de l’obligation fluctue sans cesse, vous êtes sûr de récupérer votre mise à l’échéance. Mais attention ! Cela ne vaut que pour la devise d’émission et avant frais éventuels.
Prix. Les nouvelles obligations (marché primaire) s’achètent au prix d’émission. Seules les obligations existantes (marché secondaire) réclament des frais.

· Les principaux inconvénients :
Diversification. Tous les œufs dans le même panier. Le risque sera d’autant plus élevé pour les placements en devises étrangères, en obligations de sociétés.
Mise initiale. Difficile d’acheter des obligations, et a fortiori un portefeuille d’obligations, pour un petit montant.
Négociabilité. Loi de l’offre et de la demande oblige, certaines émissions sont parfois trop chères.
Gestion statique. En cas de réinvestissement de l’obligation ou des coupons (annuels), vous dépendez des taux d’intérêt du moment.

Partagez cet article