Analyse
Ciel, les taux remontent ! il y a 10 ans - jeudi 12 juillet 2007
Difficile de ne pas remarquer que les taux d’intérêt ont bel et bien repris de la hauteur. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Difficile de ne pas remarquer que les taux d’intérêt ont bel et bien repris de la hauteur. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Voyons ensemble l’effet que cela a sur vos sicav et quelle stratégie il convient d’adopter.

Fini le temps où les taux d’intérêt à long terme évoluaient à des niveaux proches des 3 %. Il faut dire que compte tenu de la conjoncture économique plutôt bonne que nous connaissons actuellement, il était difficile de justifier des taux aussi légers. Leur récente remontée ne fait donc que traduire, mais de façon assez brutale, ce qui n’est jamais qu’un retour à une situation plus conforme à la réalité économique. Compte tenu d’une inflation attendue inférieure à 2 %, des taux obligataires de 4,50 %, voire de 5 % ne constituent pas une aberration. Il n’y a donc aucune raison de s’inquiéter, ce qui ne veut pas dire que ces ajustements sont sans effet sur vos sicav.

SICAV D'ACTIONS
Ce n’est pas parce que les sicav d’actions ne sont pas… des sicav d’obligations que le niveau des taux d’intérêt n’exerce aucune influence sur leur évolution. Comme les cours boursiers sont censés refléter l’état de santé des entreprises, toute amélioration ou toute détérioration attendue de cet état de santé génère des fluctuations de cours. En l’occurrence, une remontée des taux d’intérêt peut être interprétée comme un alourdissement des charges financières des entreprises ou comme un frein à de nouveaux investissements. Toutes choses étant égales par ailleurs, une remontée des taux d’intérêt est donc plutôt négative pour le monde économique et, par ricochet, pour les marchés boursiers. Sans compter qu’avec des taux plus élevés les investisseurs sont plus tentés par les obligations ou les placements sans risque et moins par les placements boursiers, ce qui a tendance à en accentuer le recul. Mais la trajectoire d’une entreprise – et le cours de son action – n’est pas influencée seulement par le niveau des taux. Bien d’autres éléments affectent la marche des affaires : le marché est-il porteur, les procédés de production sont-ils efficaces, la concurrence est-elle forte, l’entreprise est-elle bien gérée…
Du point de vue de l’investisseur, tout cela justifie une sélectivité accrue en période de remontée de taux. Bien qu’une sicav d’actions présente l’avantage de la diversification, il n’en demeure pas moins qu’il est essentiel de faire les bons choix géographiques ou sectoriels.

 

TAUX OBLIGATAIRES EN EUROS (durées de 7 à 10 ans, en %)

Après avoir marqué une pause au second trimestre 2006, les taux obligataires ont repris le chemin de la hausse. Non sans conséquences pour les sicav de toute nature.

SICAV D'OBLIGATIONS
Pour les sicav obligataires, l’impact est plus direct. La hausse des taux d’intérêt va de pair avec une baisse du cours, donc du prix des obligations. Dans un marché qui exige des taux d’intérêt plus élevés, les obligations existantes sont délaissées au profit des nouvelles, plus rémunératrices, ce qui fait baisser leur cours. Les sicav qui détiennent un portefeuille obligataire accusent donc le coup. Elles l’accusent d’autant plus que la durée des obligations qu’elles détiennent est longue.
Bref, les cours baissent. Mais pas indéfiniment : il arrive un moment où les prix « bradés » deviennent des opportunités. Dans la zone euro, on n’en est pas encore là. D’autant que l’euro, par rapport à de nombreuses autres devises, notamment le dollar américain, est gonflé à bloc. Mieux vaut, selon nous, jeter son dévolu sur des devises anormalement sous-évaluées.

SICAV DE TRESORERIE
Comme vous pouvez le voir en page 3, la remontée des taux est une bonne chose pour les sicav de trésorerie. Contrairement aux autres, elles bénéficient immédiatement des conditions de taux plus favorables. Elles renouvellent leur portefeuille à de meilleures conditions au fur et à mesure que leurs placements arrivent à échéance.

SICAV A CLIQUET
Les sicav à cliquet et autres sicav assorties d’une protection du capital sont – on a tendance à l’oublier – essentiellement composées de placements de type obligataire. Pour garantir la récupération d’un capital nominal après 5 ans, il faut actuellement compter quelque 80 % de placements en obligations. La conséquence logique de cette nature plus obligataire qu’on le croit est que lorsque les taux remontent la valeur de la sicav à cliquet est mise sous pression et peut même baisser sous le niveau garanti. Cela ne remet toutefois nullement question la protection en fin de parcours.
C’est un premier effet. Il y en a un second : les banquiers peuvent faire des offres plus intéressantes. Pour ne citer qu’un exemple, la sicav KBC EquiMax Eco Water 5 propose actuellement une plus-value égale à 110 % de la hausse éventuelle d’un panier de 16 actions d’entreprises actives dans le secteur de l’eau. Alors qu’il y a deux mois elle ne proposait que 100 % de la hausse. Faut-il y voir un attrait supplémentaire ? Pas forcément. Les nouvelles offres sont toujours à comparer avec les autres placements qui, eux aussi, ont vu leur rémunération progresser.

Partagez cet article