Analyse
Requiem pour deux sicav Triodos il y a 9 ans - jeudi 11 octobre 2007
D’un coup, la Banque Triodos, le spécialiste des placements durables, fait disparaître deux sicav belges connues depuis belle lurette. Pourquoi tout ce ramdam ?

D’un coup, la Banque Triodos, le spécialiste des placements durables, fait disparaître deux sicav belges connues depuis belle lurette et propose, en échange, deux nouvelles créations, luxembourgeoises cette fois. Pourquoi tout ce ramdam?

Le marché des sicav durables (ou éthiques), c’est du « big business » dans notre pays. Selon les derniers chiffres de la BEAMA (qui regroupe les gestionnaires de sicav), ces instruments de placement visant à dégager aussi une plus-value écologique, sociale ou éthique représentaient un avoir total de près de 6,5 milliards d’euros, soit une part de 3,6 % du marché des sicav.
Un record. Et un record qui étonne aussi au niveau européen. Aucun autre pays n’investit autant (proportionnellement) que le nôtre dans ce type de sicav. Et ce n’est pas fini ! Aucun autre segment du marché ne voit son succès croître et embellir à ce point. C’est dû à la créativité de ceux qui conçoivent ces produits, c’est dû aussi à la transformation réussie de certaines sicav classiques en instruments de placement éthiques. Bref, une « success story » qui n’en est sans doute pas encore à son dernier chapitre.

TRIODOS INTERNATIONAL EQUITIES ET INDICE BOURSIER MONDIAL (base 100)

Cette sicav de Triodos (en gras) se distingue par deux points: le caractère durable de son portefeuille et la mauvaise qualité de sa gestion. La nouvelle sicav d’actions qui sera bientôt proposée risque de ne pas faire mieux. N’achetez pas.

UN CAS UNIQUE
Dans un tel contexte, il est étonnant que des sicav de ce type disparaissent du paysage. Surtout lorsqu’il s’agit d’une sicav de la Banque Triodos, l’institution financière éthique par excellence, et que les victimes sont des sicav qui ne sont pas nées d’hier et avaient acquis une certaine notoriété sur la place. La Banque Triodos en a décidé ainsi pour Triodos Values International Equities et pour Triodos Values European Bonds. Elles disparaissent toutes deux de la vitrine. La première investissait en actions mondiales, la seconde en obligations européennes – elle a d’ailleurs pendant longtemps été la seule sicav de ce type disponible dans notre pays.

BON PÈRE DE FAMILLE
Ce genre de retrait ne se produit pas souvent. La cause en est généralement des prestations faibles, un désintérêt du public ou une concurrence trop vive. C’est aussi ce que la Banque Triodos a avancé comme arguments. Avec chacune un peu plus de 10 millions d’euros en portefeuille, ces deux sicav étaient trop petites pour être gérées en bon père de famille. En clair, les frais fixes (administration, taxes, publication, etc) sont trop élevés. Malgré les efforts de promotion de la banque, ces deux produits n’ont jamais vraiment démarré. Il est vrai qu’ils n’étaient proposés au public qu’en Belgique et seulement chez Triodos même !

LIQUIDATION
· Fin août, le conseil d’administration de la banque a décidé d’arrêter les frais. Dès ce moment, les gestionnaires ne pouvaient plus ni acheter, ni vendre de titres, sauf qu’ils devaient continuer à gérer en fonction de la politique choisie.
· Pour passer à la liquidation, il fallait un vote lors de l’assemblée générale extraordinaire (la moitié des votes plus un). Mais le quota n’a pas été atteint, si bien qu’une deuxième assemblée a été convoquée fin septembre. Il y a été décidé de liquider les deux portefeuilles. Le produit de l’opération est de 203,37 euros pour International Equities et de 284,79 euros pour European Bonds.
· Les souscripteurs qui reçoivent leur argent de retour peuvent évidemment en faire ce qu’ils veulent, mais la Banque Triodos propose une alternative, la souscription sans frais, sauf les taxes, à Triodos Values Equities Fund et à Triodos Values Bond Fund, deux compartiments de la (toute nouvelle) sicav luxembourgeoise Triodos Sicav I, et ce à partir du 15 octobre.

OUI OU NON ?
Nous ne pouvons que nous incliner devant l’attitude des institutions financières qui décident de retirer des produits de la vente lorsqu’il n’est plus possible de bien les gérer. Le fait de proposer aux souscripteurs de passer sans frais à une sicav comparable est un plus indéniable. Et c’est bien vu de la part de la Banque Triodos. Elle se prémunit ainsi contre le risque de voir (une grande partie de) cet argent partir vers la concurrence. Mais faut-il pour autant répondre à cette offre ?
Nous trouvons toujours regrettable qu’une sicav d’obligations bien gérée doive ainsi se saborder. D’autant plus qu’il s’agit de la seule sicav d’obligations éthique qui n’investissait qu’en emprunts européens. Les détenteurs de parts de Triodos Values European Bonds peuvent donc se tourner vers Triodos Values Bond Fund.
On ne peut en dire autant pour la nouvelle-née Triodos Values Equities Fund. A nos yeux, l’ancienne Triodos Values International Equities était une sicav d’actions mal gérée. Le fait que l’on nous annonce une gestion comparable pour l’alternative luxembourgeoise qui est proposée nous inquiète plus qu’autre chose. Si vous voulez absolument investir danx une sicav d’actions éthique, optez plutôt pour ING (L) Invest Sustainable Growth, Fortis L Equity SRI Europe ou Petercam Equities Europe Ethical.

Partagez cet article