Analyse
Un coup d'oeil sur les marchés il y a 9 ans - jeudi 14 février 2008

L'heure des pêcheurs de fond.

Janvier n’a pas apporté de soulagement en Bourse. Pourtant, beaucoup d’investisseurs avaient le sentiment que le fond avait été atteint. Hélas, l’incertitude persistante a provoqué des mouvements de vente, quelles que soient les qualités intrinsèques des actifs ainsi aliénés. Les plus avisés peuvent remonter leurs filets.

On a rarement vu une année commencer aussi mal. ‘Grâce’ aux Etats-Unis, où les mauvaises nouvelles économiques s’accumulent. En moyenne, les sicav investissant outre-Atlantique ont perdu 8 % en janvier, pour une part à cause du dollar, toujours en recul (-1,3 % en janvier). Sur un an, le billet vert a perdu un peu plus de 12 %.
Voyez-y surtout une opportunité, comme nous l’expliquons dans notre article "Achetez votre American Dream". Le dollar est bon marché en fait, et comme Wall Street est correctement évaluée et que l’économie américaine garde, quoi qu’on dise, un dynamisme certain, investir chez l’Oncle Sam se justifie pour qui dispose d’un portefeuille à long terme bien diversifié. Cela dépend bien sûr de votre profil de risque et de votre horizon de placement, mais vous pouvez y miser jusqu’à un quart de votre avoir. Voyez les stratégies que nous proposons.

Les bourses en janvier 2008

Bourse

        Evolution (1) sur

1 mois

12 mois

Amsterdam (AEX)

-14.4%

-11.7%

Athènes (ATHEX 20)

-16.6%

-10.5%

Bruxelles (BEL 20)

-9.8%

-16.0%

Francfort (DAX 30)

-15.3%

-1.7%

Hong Kong (H.SENG)

-16.7%

2.6%

Lisbonne (PSI 20)

-14.3%

-3.5%

Londres (FTSE 100)

-10.2%

-15.5%

Madrid (IBEX 35)

-12.9%

-9.1%

Milan (MIB 30)

-11.3%

-18.2%

Nasdaq Composite

-11.0%

-14.9%

New York (S&P 500)

-7.3%

-15.9%

Paris (CAC 40)

-13.3%

-13.2%

Stockholm (OMX 30)

-12.5%

-23.5%

Sydney (ASX)

-11.0%

0.1%

Tokyo (Nikkei 225)

-7.9%

-21.9%

Toronto (S&P/TSX)

-8.1%

3.7%

Zurich (SMI)

-6.8%

-15.2%

(1) en %, après conversion en euro, fin janvier 2008

 

LOCOMOTIVE
· Janvier a été un mauvais mois pour tous les secteurs. Il est impossible de dire si un plancher a été atteint, mais une chose est sûre : celui qui investit en Bourse aujourd’hui le fait à un prix intéressant. L’économie américaine se porte moins bien, certes, mais elle est toujours en croissance. Ceci dit, il ne faut pas nier les faits : elle n’est plus la locomotive qu’elle a longtemps été. De nouvelles économies comme la Chine prennent lentement mais sûrement le relais. Selon un rapport du Fonds monétaire international (FMI), avec une croissance mondiale de 4,1 %, 2008 ne s’annonce pas trop mal. Mais cette croissance proviendra essentiellement des pays émergents, lesquels peuvent compter sur des économies vigoureuses, une consommation croissante et une population de plus en plus riche. Bref, le monde n’est pas sens dessus dessous comme le laissent entendre certains titres alarmants dans la presse.
· Il est donc paradoxal de constater que les plus grandes victimes du mois sont précisément les sivav misant sur les pays émergents. En moyenne, elles ont perdu 14 %. Dexia Equities B BRIC (*) a même reculé de 16,6 % à cause de l’affaiblissement de l’assureur chinois China Life Insurance (- 31,5 %) et du holding industriel indien Reliance Industries (- 25,7 %).
Mais les coups les plus durs sont venus de Turquie. KBC Equity Turkey a perdu jusqu’à 25,1 %, ce qui lui vaut le titre de champion du recul. La Bourse d’Istanbul a très mal pris le refus de quatre agences internationales de notaiton d’augmenter le ‘rating’ de la Turquie.
· En fait, la toile de fond est identique partout. Comme les marchés boursiers hésitent, les investisseurs optent pour la sécurité et rapatrient des sommes énormes qui quittent les Bourses locales – dont certaines sont petites – pour se réfugier bien au chaud dans des placements plus matures et donc moins risqués.
Nous vous déconseillons de vous intéresser encore aux marchés émergents. Ils sont encore trop chers, à une exception près, la Russie. Les sicav d’actions russes restent intéressantes pour qui voit les choses à long terme. Mais il s’agit d’un placement réservé aux amateurs de sensations fortes.

EVOLUTION DE LA BOURSE TURQUE

Sic transit gloria mundi. Les sicav d’actions turques étaient en tête l’an passé, elles sont aujourd’hui en queue. Elles ont perdu près d’un quart de leur valeur.

RECUL MONDIAL
· Les sicav disposant d’un portefeuille d’actions diversifié internationalement ont perdu près de 11 % en janvier. C’est pire encore pour Fortis L OBAM Equity World : - 15,2 % ! Rien d’étonnant quand on sait l’attirance de cette sicav pour les marchés exotiques, Asie en tête. C’était le mauvais choix en ce début d’année. L’Asie est en proie à une forte vague de prises de bénéfice. Parmi les fonds d’assurance, on remarquera la mauvaise prestation de Top Profit Small Caps (Fortis Insurance Belgium, *, - 11,5 %). Ce fonds investit dans d’autres fonds qui, eux, misent sur les petites valeurs, les fameuses ‘small caps’. Or, ce sont précisément ces petites valeurs qui sont vendues en premier lieu par les investisseurs parce qu’elles sont considérées comme plus risquées. Deux sicav seulement ont réussi à limiter les dégâts, ING (L) Invest Global High Dividend grâce à ses actions Bank Of America (**, +5,7 %) et Piazza Carmignac Investissement Latitude (AXA, - 4,3 %) grâce à quelques excellents placements comme les mines d’or Goldcorp (+ 6,8 %) et Kinross Gold (+ 17 %). Dans les deux cas, ces judicieux investissements ont permis de compenser les trous faits dans leur portefeuille par le recul des marchés émergents.
· Il y a en a pour tous les goûts dans la catégorie des sicav d’actions internationales : le choix est vaste, les différences nombreuses. Nous vous proposons une sélection des meilleures sicav au moyen de nos *. Ces sicav ont fait leurs preuves : prestations satisfaisantes pour un risque acceptable avec une certaine régularité. Notre preferée est Petercam L Equity Opportunity (***). Mais attention : chaque part coûte 8 000 euros environ. C’est regrettable, mais les gestionnaires ne veulent rien y changer. Heureusement, il y a des alternatives comme la sicav indicielle Balzac World Index (**), Franklin Templeton Global Growth & Value (Deutsche Bank, **) et Petercam Equities World (**). Pour les fonds d’assurance, notre préférence va à Top Profit Market Opportunities (Fortis Insurance, **).

Les secteurs en janvier 2008

Secteur

       Evolution (1) sur

1 mois

12 mois

En Europe

Finance

-12.4%

-23.4%

Pharma

-6.5%

-16.9%

Télécom

-7.8%

6.2%

Technologie

-11.4%

-13.0%

Consommation

-11.1%

-4.9%

Distribution

-11.8%

-12.9%

Utilité publique

-11.3%

9.1%

Dans le monde

Finance

-9.1%

-20.1%

Pharma

-5.5%

-16.2%

Télécom

-9.2%

4.0%

Technologie

-13.4%

-13.8%

Consommation

-7.9%

-6.3%

Distribution

-6.0%

-14.7%

Utilité publique

-10.0%

3.6%

(1) en %, après conversion en euro, fin janvier 2008

L'OR BRILLE DE MILLE FEUX
· Il n’y a qu’une seule catégorie qui a pu progresser en janvier, celle des mines d’or : + 6 % en moyenne. Grâce à Barrick Gold (+ 19,9 %) et à Newmont Mining (+ 9,7 %) surtout.
· Les actions de mines d’or bénéficient de la hausse du prix et de l’or et des rumeurs de fusion qui règnent dans le secteur. Ainsi, les Américains d’Alcoa (aluminium) ont lancé une offre sur le groupe minier britannico-australien Rio Tinto alors que BHP Billiton avait déjà lancé une telle offre précédemment. Les sicav d’actions de mines d’or sont toujours intéressantes (mais réservées aux audacieux).

COURS DE L’OR

La combinaison d’une demande élevée et d’une offre réduite a propulsé le cours de l’or à des niveaux jamais atteints jusqu’ici. Vous pouvez en tirer parti via une sicav d’actions de mines d’or.

OBLIGATIONS
· Janvier avait bien commencé sur les marchés obligataires. La persistance des hésitations en Bourse a fait affluer vers eux des flux importants de capitaux à la recherche de sécurité. Et certaines banques centrales, dont la Federal Reserve aux Etats-Unis, ont réduit leur taux directeur de manière à relancer l’activité économique. Tout cela a fait baisser les taux obligataires et fait monter les cours des obligations, donc des sicav d’obligations, ce qui a dégagé des plus-values importantes sur certains portefeuilles. Nous l’avons déjà expliqué, toute baisse des taux obligataires entraîne une hausse des cours des obligations existantes car la rémunération de ces dernières est devenue plus élevée que celle des obligations émises aux nouvelles conditions (voir graphique).
· Lorsqu’on examine la tenue des sicav d’obligations en euros, on constate que ce sont justement celles qui sont les plus sensibles aux taux d’intérêt – c’est-à-dire celles dont la durée moyenne est la plus longue – qui ont monté le plus. KBC Renta Long EUR (***) par exemple a gagné 3,2 %. En un mois, cette catégorie a (quasiment) regagné ce qu’elle avait perdu en 2007. Les sicav misant sur des obligations de durée moyenne (5-7 ans) ont gagné 2,1 % et celles qui misent sur des durées plus courtes encore n’ont gagné que 0,8 %. Petercam L Bonds EUR Medium (***, - 0,2 %) est la seule à avoir perdu du terrain du fait de la forte concentration dans son portefeuille d’obligations émises par des banques, obligations dont la baisse des cours s’explique par les difficultés du secteur en ce moment.
· Les obligations émises en euros ont leur place dans tout portefeuille bien diversifié. Préférez les sicav investissant en obligations de qualité émises par des entreprises privées.

TAUX OBLIGATAIRES (en gras) ET COURS DES OBLIGATIONS EN EUR

Les cours des obligations (échelle de droite) profitent de la baisse des taux d’intérêt (échelle de gauche, en %). Ce phénomène persistera tant que l’incertitude demeurera en Bourse.

TAUX ET DEVISES
· Il ne faudrait pas en déduire que janvier a été un mois paisible sur les marchés obligataires. Les baisses de taux aux Etats-Unis (de 4,25 à 3 %) et au Canada (de 4,25 à 4 %), les anticipations sur une baisse des taux outre-Manche (concrétisées début février) et les commentaires sur le fait que d’autres baisses suivront ont pesé sur les cours de ces devises. Le dollar américain a encore perdu 1,3 %, son voisin canadien 3,3 % et la livre sterling 1,4 % par rapport à l’euro. Ce n’est pas étonnant : lorsque les taux baissent, les placements dans la devise concernée perdent en attrait.

TAUX DIRECTEURS AUX USA (en gras), AU CANADA (en fin) ET AU ROYAUME-UNI

Lorsque la situation économique se détériore, les banquiers centraux peuvent intervenir notamment en abaissant les taux d’intérêt, ce qui influe sur le cours des devises, tout comme les commentaires que cela suscite. Au bout du compte, les rendements des sicav en sont aussi affectés.

· Les sicav d’obligations en livres sterling ont en moyenne perdu 1,7 % et JPM Sterling Bond A (*) a perdu davantage encore : -4,3 %. Le choix de ses gestionnaires en faveur d’emprunts émis par des banques et couverts par des hypothèques (surtout américaines) lui a été fatal. Nous n’achèterions pas. Misez plutôt sur les devises offrant davantage de potentiel.
· Les plus gros dégâts ont été enregistrés dans la catégorie des sicav d’obligations en dollars canadiens. En devise locale, elles ont encore gagné du terrain; mais après change en euros, cela donne un recul moyen de 2,6 %. Ne pas acheter. Les sicav obligataires en couronnes suédoises offrent plus de potentiel en ce moment.
· Les amateurs de billet vert ont été plus chanceux. Les taux obligataires ont fortement baissé aux Etats-Unis, à tel point que le recul du dollar n’a pu en altérer le bénéfice sur les cours. Si BlackRock Merrill Lynch IIF US Dollar Core Bonds A (***, + 0,3 %) a été affectée par le fait que beaucoup de ses actifs sont liés au marché hypothécaire, en moyenne la catégorie a gagné 0,9 % en janvier. A noter l’excellente prestation de Parvest US Dollar Bond (Cortal Consors, ***, +1,6 %) et DL (L) Bond Dollar (Delta Lloyd, ***, +1,8 %). La première a tiré parti de la concentration dans son portefeuille d’emprunts d’Etat, la seconde a opté pour des émissions d’organismes supranationaux américains et européens.
Les sicav d’obligations en dollars américains ont leur place dans tout portefeuile bien diversifié. Le potentiel du billet vert est important, quoi qu’on dise. Comme toutes les sicav de ce type (sauf une) se sont bien comportées, elles sont toutes intéressantes. Préférez celles qui sont les plus acessibles pour vous. Threadneedle Dollar Bond (***) est à conserver, mais nous n’achèterions plus.

Les devises en janvier 2008

Code
ISO

Cours (1) (en euro)

    Evolution (2)

   Persp. (3)

1 m.

1 an

1 an

LT

DKK

0,1341

0.0%

0.0%

=

=

SEK

0,1055

-0.3%

-4.4%

+

++

NOK

0,1241

-1.5%

1.0%

=

-

CHF

0,6228

3.1%

1.0%

=

++

GBP

1,3427

-1.4%

-10.9%

-

+

USD

0,6754

-1.3%

-12.2%

=

++

CAD

0,6699

-3.3%

2.8%

=

+

AUD

0,6027

0.4%

1.1%

+

-

NZD

0,5291

0.5%

0.0%

=

-

JPY

0,6352

3.8%

-0.1%

+

++

(1) fin janvier 2008 ; p.ex. 1 USD vaut xxx euros ; (2) en %, par
rapport à l'euro ; (3) évolution attendue de la devise à 1 an et à
long terme.

SICAV MIXTES
· Avec un recul de près de 2 %, il faut bien constater que même les sicav mixtes les moins exposées au risque ont souffert. Top-Balanced Défensif (ABN AMRO, ***) et le fonds d’assurance Piazza AXA IM Vision 3 (AXA Belgium, ***) n’ont perdu que 0,7 % et présentent de ce fait les moins mauvaises prestations. La première le doit à la part réduite des actions dans son portefeuille (environ 15 %), le second au fait qu’il investit surtout en emprunts à court terme et un peu en actions, ce qui réduit sensiblement le risque. Du côté des sicav mixtes dynamiques, on notera que DB Strategic Dynamic (Deutsche Bank, *), une sicav qui investit dans d’autres sicav, a perdu 10,3 %. Son investissement le plus important, JPMorgan Europe Dynamic A, a perdu 15 % !
· Les sicav mixtes sont intéressantes pour qui veut se constituer un portefeuille largement diversifié sans y consacrer trop de temps ou d’énergie. Il est important, dans un tel cas, de choisir la sicav qui convient le mieux à votre profil de risque et à votre horizon de placement. Plus cet horizon temporel est long, plus vous pouvez investir en actions. Dans ce cas, les sicav mixtes dynamiques, qui peuvent contenir jusqu’à 75 % d’actions, sont pour vous. A moins bien sûr que vous ayez une aversion naturelle pour la Bourse. Mais il faut savoir que même les sicav mixtes défensives investissent elles aussi en Bourse. Si cela vous effraie, renoncez aux sicav mixtes et optez alors pour des sicav purement obligataires ou pour des placements à revenu fixe.

SIVEK GLOBAL HIGH (en gras) ET SIVEK GLOBAL LOW (base = 100)

Plus une sicav mixte investit en actions, plus son potentiel est élevé, mais plus son risque l’est aussi. Optez toujours pour la sicav qui convient le mieux à votre profil et à votre horizon temporel.

Partagez cet article