Analyse
Attentions aux apparences il y a 9 ans - jeudi 10 juillet 2008
Ce qui compte, ce n’est pas la devise d’une sicav, c’est la devise de ses investissements.

Le rendement d’une sicav dont la valeur d’inventaire est exprimée en dollars US peut fort bien ne pas présenter de risque lié au dollar. Par contre, le rendement d’une sicav en euros peut fort bien présenter un risque de change. Tout dépend de la devise dans laquelle sont investis les actifs du portefeuille.

La plupart des sicav commercialisées dans notre pays expriment leur valeur d’inventaire en euros, mais il en reste tout de même certaines pour lesquelles ce n’est pas le cas. Vous ne croirez peut-être pas, mais c’est... sans importance. En effet, le rendement ne dépend pas de la devise dans laquelle est exprimée la valeur d’inventaire de la sicav, mais de la ou des devises des actifs repris dans le portefeuille.
· Le fait d’investir dans une sicav en devise étrangère augmente en principe le risque de l’opération. En effet, le montant que vous touchez à la revente dépend de la parité entre cette devise et l’euro. C’est le risque de change. Mais attention aux apparences. Il se peut fort bien qu’en achetant une sicav en euros vous couriez aussi un risque de change. Sans le savoir. Ainsi, Fortis L Equity Russia investit exclusivement en actions russes. Il y a donc un risque de 100 % lié au rouble russe. Pourtant, c’est une sicav en euros.
· L’inverse est tout aussi vrai. Un lecteur nous pose la question : n’est-il pas intéressant d’acheter NETS Bel 20 Index Fund, un nouveau tracker sur le Bel-20? Ce tracker investit en actions belges, mais sa valeur est exprimée en dollars US, ce qui permettrait de faire d’une pierre deux coups. Hélas…
Imaginons que la Bourse de Bruxelles et le dollar progressent de 10 % sur les douze mois à venir. Comment les choses vont-elles se présenter ?
– Si votre sicav d’actions belges est en euros, vous aurez gagné 10 %. Le dollar n’a rien à voir là-dedans ;
– Si votre sicav d’actions est en dollars, votre bénéfice sera de... 0 % en dollars. Pourquoi ? Parce que le bénéfice dû à la hausse de la Bourse a été réduit à néant par la baisse de l’euro par rapport au dollar. Si vous vendez vos parts et changez vos dollars en euros, vous ferez sur l’opération une plus-value monétaire de 10 % puisque vos dollars se sont appréciés dans cette proportion par rapport à l’euro. Bref, le résultat est le même. Avant frais, car dans le second cas vous devrez tenir compte de vos frais de change (achat et revente).
· Certaines sicav investissent dans des actifs exprimés en différentes devises. C’est le cas des sicav d’actions latino-américaines. Leurs gestionnaires calculent la valeur d’inventaire en dollars, pas en reals brésiliens ou en pesos mexicains. Est-ce à dire que vous courez un risque lié au dollar ? Non. La devise américaine ne sert que de passage. Les fluctuations du dollar par rapport aux devises latino-américaines et à l’euro n’ont aucun effet sur votre rendement final en euros.

Nos tableaux

Même si leur valeur d’inventaire est exprimée dans une devise étrangère, nous donnons toujours dans nos tableaux les rendements en euros. C’est la raison pour laquelle ils diffèrent des rendements publiés dans la presse, sur les sites internet ou dans les fiches des sicav. Nous estimons que notre approche est la bonne parce qu’elle seule permet de comparer les performances de toutes ces sicav. Cela vous donne aussi le rendement (avant frais) que vous toucheriez en euros si vous deviez revendre.

· Il y a toutefois des exceptions, celles des sicav dont le portefeuille est couvert (‘hedged’) contre le risque de change et exprimé dans une autre devise. C’est une stratégie que pratiquent surtout les gestionnaires anglo-saxons comme BlackRock et Janus. Ils mettent leurs sicav sur le marché en différentes devises (EUR, GBP, USD) parce qu’ils les distribuent dans différents pays. Dans certains cas, le risque monétaire lié au portefeuille est couvert par rapport à la devise de la valeur d’inventaire. C’est évidemment très important à savoir. Hélas, cette information n’est généralement disponible que dans le prospectus.
· A titre d’exemple, nous sommes acheteurs de la sicav d’actions américaines JWF US Strategic Value A USD (ISIN: IE0001256803) gérée par Janus. Elle est disponible en Belgique dans sa version ‘hedged’ par rapport à l’euro sous l’appellation JWF US Strategic Value A EUR (IE0001257090).
Dans les deux cas, le portefeuille est le même, mais du fait de la couverture du risque lié au dollar par rapport à l’euro, la chute du billet vert n’a eu strictement aucun impact sur le rendement du compartiment en euros, ce qui fait une fameuse différence. La version EUR de cette sicav a perdu l’an dernier 8,1 %, son équivalente USD 20,7 % ! Le dollar, lui, a perdu dans le même temps 14,3 %. Sur 5 ans, cela donne respectivement +11,6 %, +5,6 % et -6,1 %.
· Toute la question est de choisir. Les versions ‘hedged’ donnent accès à un marché boursier sans se préoccuper du risque de change. C’est bien, mais il y a un désavantage : si la devise concernée (re)monte, vous n’en profitez pas. Or nous sommes de ceux qui croient que le dollar est fortement sous-évalué. C’est pourquoi nous préférons la version non couverte, en dollars donc.

JWF US STRAT VALUE A USD (en gras) ET JWF US STRAT. VALUE A EUR (base 100)

Un même portefeuille, mais un rendement totalement différent… après change en euros ! Du fait de sa couverture contre le risque lié au dollar, la version en euros (trait fin) de cette sicav n’a pas été affectée par la chute du billet vert.

Partagez cet article