Analyse
L'éternel outsider il y a 9 ans - jeudi 10 juillet 2008
Est-il encore intéressant d’investir en Suède dans le cadre d’un portefeuille bien diversifié ?

Investir en couronnes suédoises se justifie essentiellement par le potentiel de la devise par rapport à l’euro et par la diversification que cela apporte. Mais la situation actuelle fait que nous conseillons plutôt d’attendre.

Cela fait des années que nous vous conseillons d’investir en obligations en couronnes suédoises (SEK) : le rendement est environ le même que celui des obligations comparables en euros, mais l’intérêt de l’opération réside dans le potentiel de la devise, sous-évaluée d’environ 20 % par rapport à l’euro. Ces dernières années, ceux qui ont suivi nos conseils n’ont enregistré qu’une plus-value sur le portefeuille d’obligations de leur sicav, mais pas sur la devise. Où en est-on ?

FRATERNISATION
Les pays de la zone euro et la Suède connaissent une évolution économique semblable et vivent les mêmes cycles conjoncturels. Il est donc normal que l’approche de la Banque centrale européenne (BCE) et celle de son équivalente suédoise, la Riksbank, soient parallèles.
Mais ce n’est pas toujours le cas ! Début 2005 les taux directeurs des deux institutions étaient comparables, mais la Riksbank a soudain décidé d’abaisser son taux à 1,5 % alors que la BCE, elle, le portait à 2,25 % (voir graphique dans l’encadré). Cela a suffi pour que les investisseurs quittent la couronne et se tournent vers l’euro.
Cette situation s’est entre-temps normalisée puisque depuis fin 2007 les taux directeurs des deux institutions fraternisent à nouveau. Début juillet, la banque centrale suédoise a même décidé d’en remettre une couche et de porter son taux à 4,50 %, si bien que la couronne bénéficie d’un avantage en taux de 0,25 % par rapport à l’euro. Cela joue en sa faveur, mais ce n’est sans doute que provisoire. Nous nous attendons en effet à voir la BCE augmenter à nouveau ses taux.

DYNAMIQUE
L’économie suédoise est très dynamique. Le pays ne dispose pourtant pas de matières premières et sa situation géographique n’est pas des plus enviables. Il a donc fallu chercher ailleurs. Où cela ? Dans un niveau de formation moyen fort élevé, dans une compétitivité qui se concentre sur les produits et les services de haute technologie, deux atouts majeurs des Suédois. Ce dynamisme suscite la confiance, attire les investisseurs et soutient la devise.

INVESTIR
Pour profiter du potentiel de la couronne suédoise, il n’y a pas trente-six solutions. La Bourse de Stockholm n’est pas très intéressante : son évaluation et son manque de diversification ne résistent pas à la comparaison. Et on ne trouve pas sur le marché belge de comptes à terme et de comptes d’épargne en SEK.
Par contre, il y a deux sicav intéressantes, KBC Renta Sekarenta (CBC-KBC) et ING (L) Renta Fund II SEK, toutes deux plus que valables (***). La première ne mise pour le moment que sur les obligations d’Etat, la seconde le fait à concurrence de 70 % seulement, le reste de son portefeuille étant constitué d’emprunts d’émetteurs de qualité comme Nordea Hypotek et Swedbank Hypotek.

TABLEAU DE BORD DE L’ECONOMIE SUEDOISE
(chiffres à fin juin 2008)

Evolution (par an) de la Bourse de Stockholm (en EUR)

1 an: -33,4 %

3 ans: + 5,1 %

5 ans: + 14,0 %

Cours de la SEK

Evolution de la SEK

1 SEK = 0,1055 EUR

1 an: -2,3 %

5 ans: -3,0 %

Croissance économique attendue en 2008

Suède: 2,4 %

Zone euro: 1,5 %

USA: 0,7 %

Taux de chômage

Suède : 5,4 %

Zone euro: 7,2 %

USA: 5,5 %

Taux d’inflation

Suède: 2,9 %

Zone euro: 4,0 %

USA: 4,2 %

Taux directeurs (+ évolution attendue)

Suède: 4,50 % (+)

Zone euro: 4,25 % (+)

USA: 2 % (=)

EVOLUTION DES TAUX DIRECTEURS EN SUEDE (en gras) ET DANS LA ZONE EURO (en %)

Les taux directeurs suédois ont longtemps été inférieurs à ceux en vigueur dans la zone euro, ce qui rendait les placements à revenu fixe un peu plus intéressant dans le second cas. Depuis la mi-février ce n’est plus vrai.

· Compte tenu de la situation économique actuelle, il est plus que probable que les taux obligataires doivent encore monter en Suède, ce qui pourrait exercer temporairement une pression à la baisse sur la valeur d’inventaire de ces sicav. Mais cela vaut pour toutes les sicav obligataires, de quelque catégorie que ce soit. C’est pourquoi nous ne sommes pas pressés d’acheter.
· Le potentiel de la couronne est indubitable. Si vous avez des parts de l’une ou l’autre de ces sicav, conservez-les dans une optique de long terme.

Alternative scandinave

Les sicav obligataires qui investissent en devises scandinaves, comme Parvest Scandinavian Bond, le font surtout en couronnes suédoises (40 % du portefeuille). Nous sommes neutres vis-à-vis des obligations en couronnes danoises (35 %) et carrément négatifs vis-à-vis de celles en couronnes norvégiennes (15 %), la devise étant trop chère. Ne vous laissez pas tenter par ce type de produit.

Partagez cet article