Analyse
Protéger son pouvoir d'achat il y a 9 ans - jeudi 11 septembre 2008
Que penser des sicav d'obligations couplées à l'inflation ?

La hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires ont laissé des traces dans notre porte-monnaie. Une telle perte de pouvoir d’achat peut partiellement être compensée par les obligations indexées. Pour les investisseurs défensifs soucieux avant tout de se protéger contre l’inflation ou de (mieux) se diversifier.

En temps normal, on peut dire qu’un euro d’aujourd’hui vaut plus qu’un euro de demain et beaucoup plus qu’un euro dans vingt ans. C’est dû à l’inflation, qui érode le pouvoir d’achat. Plus cette inflation est élevée, plus le pouvoir d’achat s’érode (voir encadré). Il y a de quoi s’en inquiéter puisque fin août l’inflation était de 5,4 % dans notre pays. Si ce chiffre devait se maintenir, 100 euros d’aujourd’hui ne vaudraient plus que 50 euros dans 13 ans et 2 mois. Heureusement, l’argent investi rapporte. Mais combien ? Les 4,25 % maximum que l’on obtient en ce moment sur un compte d’épargne sont insuffisants pour compenser une inflation qui se maintiendrait au taux cité plus haut. Même chose pour les taux obligataires, même à long terme (voir graphique).

INFLATION (en gras) ET TAUX OBLIGATAIRE A LONG TERME (en %)

L’inflation a atteint dans notre pays un niveau disproportionné, qui dépasse le taux des obligations à long terme.

INFLATION
Même si l’inflation a atteint des sommets dont elle semble d’ailleurs redescendre, le malaise économique qui l’accompagnait a au moins eu pour effet positif de nous amener à nous montrer plus économes en matière énergétique. Du coup, les prix des matières premières ont reculé et les perspectives en matière d’inflation se sont améliorées, même si le problème demeure, à savoir que nous devons débourser davantage d’argent qu’auparavant pour acheter le même produit. Ce qui montre encore une fois la baisse de la valeur de l’argent que l’inflation induit. C’est la raison pour laquelle il faut la contrôler. C’est d’ailleurs la mission confiée à la Banque centrale européenne (BCE). Elle doit veiller à ce que les prix ne progressent pas de plus de 2 % par an dans la zone euro. Mais la hausse du prix des matières premières, dont le pétrole, a été la plus forte.

OUI ET NON
· Les obligations ont aussi pour effet de protéger votre avoir contre la dépréciation de l’argent. Lorsqu’il y a poussée inflationniste, les taux d’intérêt augmentent et les coupons des obligations aussi. Hélas, lorsqu’on investit dans une obligation d’une durée de huit ans, on ne peut prévoir quelles seront les hausses (ou les baisses) des prix sur une telle période.
· Pour compenser ce handicap, les financiers ont trouvé la parade : l’obligation couplée à l’inflation, alias l’obligation indexée. Le capital qui est restitué à l’échéance et/ou les coupons payés entre-temps sont adaptés à l’évolution des prix. Est-ce intéressant ?
Oui et non. D’abord parce que cela se paie. En échange de la protection dont on bénéficie, le niveau de départ des coupons est (nettement) plus bas que pour une obligation traditionnelle de qualité comparable. Si l’inflation n’évolue pas comme prévu, votre placement vous rapportera moins.

QUE CHOISIR?
· Faut-il envisager d’investir dans une sicav d’obligations indexées ? Cela dépend… de vous ! Voyez ce type de placement comme une assurance. Si la période assurée se passe sans accident (l’inflation ne progresse pas davantage que prévu), vous avez payé une prime (= reçu un coupon inférieur). Si l’inverse se produit, comme au cours des douze derniers mois, les sicav d’obligations indexées jouent à fond leur rôle. Leur valeur a gagné jusqu’à 10 %. Ce fut notamment le cas pour SISF Global Inflation Linked Bond A alors que la valeur des sicav classiques n’a gagné que 3,8 % dans le meilleur des cas (Petercam Bonds). Mais de tels écarts de prestations ne vont plus se reproduire tout de suite. D’abord parce qu’à notre avis le pic inflationniste est dépassé, ensuite parce le prix actuel des obligations indexées tient compte de perspectives inflationnistes pessimistes. Le facteur est passé ...
· Ceci dit, les sicav d’obligations de ce type restent intéressantes pour l’investisseur défensif qui veut avant tout protéger son pouvoir d’achat.

UNE OFFRE IMPORTANTE
· Les sicav d’obligations indexées sont nombreuses. Il s’agit quasi toujours d’emprunts en euros. Autrement dit, les différences ne sont pas très grandes.
· Sur la base des portefeuilles, des résultats obtenus et des risques encourus, notre préférence va à SISF Global Inflation Linked Bonds A (ISIN: LU0180781048), dont les gestionnaires ont déjà montré qu’ils avaient le nez fin. Intéressant si vous pouvez ne pas payer de frais d’entrée chez le distributeur principal de cette sicav, la Deutsche Bank.

Inflation = moins de pouvoir d’achat

Que vaudront 100 euros dans dix ans sur la base des taux d’inflation suivants ?

0 %: 100 euros

1 %: 90,5 euros

2 %: 82,0 euros

3 %: 74,4 euros

4 %: 67,56 euros

5 %: 61,39 euros

Partagez cet article