Analyse
Le cheval de Troie il y a 8 ans - mercredi 8 avril 2009
BKCP lance la sicav de trackers. Une primeur dans notre pays. Intéressant ?

BKCP a innové le mois dernier dans notre pays en proposant – c’est une première – une sicav indicielle investissant en trackers. Une belle idée, bravo. Dommage que la manière, elle, laisse à désirer.

Avec les deux compartiments de la sicav BKCP Invest, BKCP Europe Trackers et BKCP World Trackers, l’institution financière répondant au nom de BKCP – c’est l’ex-Crédit professionnel – fait office de pionnière sur le marché des trackers. Et ce alors que la plupart de ses concurrentes considèrent ces produits cotés en Bourse comme ‘l’ennemi’ de leurs sicav.
C’est du moins ce qui se dit dans les agences bancaires. C’est un tantinet hypocrite puisque les banques ne se gênent pas pour donner à ces mêmes trackers une place de plus en plus importante dans les portefeuilles de leurs sicav. Pourquoi ne le feraient-elles pas d’ailleurs ? Les trackers sont facilement négociables, répandus partout et bon marché, à l’achat comme en gestion. Des avantages intéressants pour tous, particuliers et professionnels. De là à les proposer dans les agences, ho ho ! Ce serait au détriment des sicav maison, lesquelles rapportent beaucoup, on le sait. Aucune banque ne semblait donc prête à laisser entrer dans sa gamme ce véritable cheval de Troie. Sauf... BKCP.

CONCEPT
BKCP ne fait que commercialiser ouvertement ce que certains autres faisaient en coulisses depuis belle lurette. Les deux sicav que propose l’ex-Crédit professionnel investissent exclusivement en trackers. 80 % de leur portefeuille sont placés en instruments purement indexés. Pour BKCP Europe Trackers la référence est le Dow Jones EuroStoxx ; pour BKCP World Trackers c’est le MSCI World. Le solde, c’est-à-dire 20 %, est laissé à la discrétion des gestionnaires, mais dans un cadre dépendant des circonstances. En ce moment, la priorité est donnée aux secteurs de l’énergie, de la santé et de la construction. Le département ‘international’ met l’accent, lui, sur la Chine. Sans qu’il soit exclu que ces placements soient aussi faits en trackers.

ENCORE UN EFFORT !
L’idée de commercialiser une sicav de trackers nous paraît excellente. Mais la manière laisse à désirer.
– Le simple fait de réunir ces trackers au sein d’une sicav amène BKCP à compter 1,5 % de frais de gestion annuels. C’est non seulement un coût qui s’ajoute à celui des trackers en portefeuille, c’est surtout trois fois plus que les frais comptés par les trackers eux-mêmes ! Il y a des limites…
– L’acheteur hérite d’une sicav indexée, mais à 80 %. Le solde est laissé au bon vouloir des gestionnaires. Tant mieux pour eux, mais il n’est pas sûr que cela fasse l’affaire du client. L’avenir dira si la liberté qui leur est laissée peut générer des plus-values.
– Les trackers présentent l’avantage d’être cotés tous les jours. Les sicav de BKCP ne le sont que toutes les semaines. Nous préférons la cotation quotidienne.
– Pour des raisons légales, qui imposent aux sicav de ne pas investir l’ensemble de leur portefeuille dans une même valeur, les sicav de BKCP investissent dans différents trackers, mais ceux-ci ont et auront demain une évolution parallèle (voir graphique). Autrement dit, la diversification n’est qu’apparente. De plus, un tracker est déjà diversifié par définition. C’est un coup dans l’eau.

ISHARES DJ EUROSTOXX50 (en gras) ET LYXOR ETF DJ EUROSTOXX50 (base 100)

Bonne chance à ceux qui trouveront des différences entre les grands postes de BKCP Europe Trackers.

VALEUR AJOUTEE
· Le fait qu’une institution financière sorte ainsi du bois et soit prête à faire la démonstration que les trackers peuvent apporter une plus-value au plus grand nombre est une très bonne chose. Mais vu la manière, on peut se demander si ce n’est pas un truc pour bénéficier de la popularité croissante des trackers à un moment où les sicav se vendent difficilement. BKCP est parvenue en effet à raboter les principaux avantages des trackers : leur faible coût, leur transparence. Ces sicav reviennent cher en gestion, ne sont cotées qu’une fois par semaine et ne suivent leur indice qu’à concurrence de 80 %. S’il s’agit d’un cheval de Troie, c’est au détriment du particulier.
· Si vous voulez investir en trackers, achetez-les directement en Bourse. Ce ne sera pas seulement meilleur marché, ce sera aussi plus direct : vous saurez exactement ce que vous avez acheté. Si vous avez des questions sur les trackers ou sur la composition de votre portefeuille, vous pouvez vous adresser à notre Service d’aide individuelle au 02/ 542 33 50.

Architecture ouverte

BKCP joue à... fond la carte de l’architecture ouverte. En d’autres termes, cette institution vend aussi les fonds et les sicav des autres. BKCP ne compte en outre pas de frais d’entrée pour les sicav qu’elle considère comme ‘les meilleures des meilleures’. Soit au total 11 produits parmi lesquels Carmignac Investissement, Carmignac Patrimoine et Fidelity Funds European Growth. Ce faisant, BKCP suit la voie tracée par la Deutsche Bank qui, depuis quelque temps déjà, suit cette politique des ‘frais d’achat zéro’.

Partagez cet article