Analyse
Capitalisation ou distribution ? il y a 7 ans - jeudi 15 octobre 2009
Quand opter pour la distribution d'un point de vue financier ?

Sauf pour les fanatiques du dividende, la règle générale est que les sicav de capitalisation sont plus intéressantes que les sicav de distribution. Mais il y a des exceptions.

La plupart des sicav commercialisées dans notre pays le sont sous la forme de parts de capitalisation et de distribution. Sans que cela ait la moindre chose à voir avec la politique de gestion de la sicav concernée. La différence tient uniquement à la manière dont les rentrées de la sicav sont affectées :
– en cas de capitalisation, ces rentrées (dividendes, intérêts) sont automatiquement réinvesties et donc ajoutées au patrimoine de la sicav ;
– en cas de distribution, ces rentrées sont versées aux détenteurs de parts de la sicav sous la forme d’un dividende.

FICALITÉ
· Seuls les détenteurs de parts de capitalisation sont redevables de la taxe sur les opérations boursières (TOB) lors de la (re)vente de leurs parts. Cette taxe est de 0,5 % sur le montant total de la vente avec un maximum de 750 euros. Il n’y a pas de TOB sur les parts de distribution.
· Tout dividende versé aux détenteurs de parts de distribution est amputé d’un précompte mobilier de 15 ou de 25 % selon la forme juridique de la sicav. Les détenteurs de parts de capitalisation ne touchent pas de dividende et ne sont donc pas soumis au précompte.
· Depuis 2008, un précompte est levé sur la plus-value dégagée à la revente des sicav disposant du passeport européen et investissant plus de 40 % de leur avoir en placements à revenus fixes (obligations et cash). En théorie, cet impôt ne vaut que pour les sicav de capitalisation; en pratique la plupart des sicav de distribution y sont aussi soumises. Il est donc souvent illusoire d’opter pour la distribution dans le but d’échapper au précompte sur la plus-value. Vérifiez bien si votre sicav est dans ce cas. Voyez le prospectus ou contactez-nous au 02/542 33 50.

ÉQUILIBRE
· Nous avons calculé dans le tableau ci-dessous le niveau d’équilibre qui permet de faire la différence entre l’une ou l’autre des deux formules. Le plus souvent, la capitalisation l’emporte. Depuis la suppression en 2004 de la TOB de 1 % sur l’achat des parts de capitalisation, il n’existe en effet plus beaucoup d’excuses pour ne pas investir dans cette formule, certainement dans le cadre d’un investissement à long terme.
· Si l’on regarde les choses sous l’angle purement chiffré, on constate que le choix entre les deux formules dépend du rendement futur sur dividende (= montant du dividende divisé par la valeur d’inventaire de la sicav) et de l’évolution du marché dans lequel la sicav concernée investit :
– plus les dividendes versés par la sicav sont élevés, plus le précompte l’est aussi et plus la capitalisation est intéressante. A partir d’un rendement sur dividende de 4 %, il n’est jamais intéressant d’opter pour la distribution ;
– comme une TOB est levée sur la (re)vente des parts de capitalisation, son montant sera d’autant plus élevé que la plus-value l’est aussi. D’un autre côté les dividendes futurs et donc les précomptes dus sont d’autant plus élevés que le marché sur lequel opère la sicav présente un potentiel.

BON À SAVOIR
· Les sicav distribuant un dividende ne garantissent ni son niveau, ni sa pérennité, qui sont fonction des conditions de marché et de sa gestion.
· Les sicav de capitalisation permettent, elles aussi, de toucher une forme de dividende puisqu’il suffit d’en (re)vendre (une partie) des parts. Dans ce cas, l’impôt n’est que de 0,5 % du produit de la vente.
· Par contre, si votre horizon de placement est réduit et que vous n’investissez qu’à titre temporaire pour parquer de l’argent dans une sicav de trésorerie ou pour spéculer, la distribution peut être plus intéressante. Bénéfice : 0,5 % sur le prix de vente de vos parts.
· Les sicav font dans la continuité. La probabilité est grande qu’une sicav qui par le passé n’a payé que peu voire pas de dividende continue à faire de même. Pourquoi ? Parce que c’est sa politique de gestion, comme chez Placeuro Gold Mines, qui n’a jamais payé un dividende. Ou parce qu’elle investit dans un secteur de croissance comme la (bio)technologie. Pour de telles sicav, la distribution peut être intéressante.
· Attention aux sicav en devises étrangères. Les dividendes sont eux aussi payés en devises, puis souvent changés en euros, ce qui peut entraîner des frais.

QUAND OPTER POUR LA DISTRIBUTION
D’UN POINT DE VUE FINANCIER ?

Dividende
  annuel

                  Evolution attendue du marché

-5%

0%

+5%

+10%

  0%

TOUJOURS

TOUJOURS

TOUJOURS

TOUJOURS

  1%

< 5 ans

< 4 ans

< 4 ans

< 3 ans

  2%

< 1 an

< 2 ans

< 2 ans

< 2 ans

  3%

< 1 an

< 1 an

< 2 ans

< 2 ans

  4%

JAMAIS

JAMAIS

JAMAIS

JAMAIS

  5%

JAMAIS

JAMAIS

JAMAIS

JAMAIS

Exemple : Si on s’attend à ce que le marché progresse de 5 % chaque année, il ne sera intéressant d’opter pour une sicav de distribution qui offre un rendement sur dividende de 2 % que si on prévoit de garder son placement moins de deux ans. Au-delà, il sera plus intéressant financièrement parlant d’opter pour une sicav de capitalisation.

Partagez cet article