Analyse
Epargne-pension et Bourse il y a 7 ans - jeudi 12 novembre 2009
Après une chute jamais vue jusqu'ici, les fonds d'épargne-pension redressent la tête.

Les fonds d’épargne-pension ont connu en 2008 la pire année de leur existence. Mais depuis le printemps, ils ont récupéré une bonne partie de leurs pertes. Si vous optez pour l’épargne-pension via un fonds, vous devez accepter ces aléas. Sinon, que vous les refusiez ou que vous approchiez de l’âge de la retraite, mieux vaut envisager un fonds ‘défensif’ ou la formule dénuée de risque qu’est l’assurance-pension.

· Inutile de vous rappeler que l’an dernier a été catastrophique pour les fonds d’épargne-pension. C’était inévitable puisque ces fonds investissent souvent une grande partie de leur avoir en Bourse. Pour les fonds ‘dynamiques’, cela peut aller au-delà de 60%, pour les ‘défensifs’ cela ne va généralement pas au-delà de 30%. Le solde est investi en placements à revenu fixe comme les obligations et les comptes à terme.
· Le bilan est désastreux : en moyenne, les fonds d’épargne-pension ont perdu près de 27 % en 2008. C’est nettement plus que 2002, considérée déjà comme une année noire (-15 %). C’est aussi le plus mauvais millésime depuis la création de ces fonds en 1987.
Les écarts sont importants. Les fonds ‘dynamiques’ ont parfois perdu plus de 30%. C’est le cas d’Argenta Fonds d’épargne-pension (-36,4 %, **), depuis toujours grand partisan de la Bourse. Les fonds ‘défensifs’ ont pu limiter leur recul à un bon 12 %, tandis que Fortis B Pension Balanced (***) et son petit frère Metropolitan-Rentastro Balanced (Fintro), qui affichent un profil ‘neutre’, ont abandonné 24,3 %.

RECORD TOP PENSION FUND

Le fonds d’épargne-pension de Record (en gras) est un des meilleurs du marché. Mais ses gestionnaires n’ont pu contenir le reflux boursier. Et il en sera encore ainsi demain.

· Voilà pour 2008. Et 2009 ? C’est exactement l’inverse. Le redressement des marchés boursiers (+23 % depuis janvier) se reflète dans les portefeuilles des fonds d’épargne-pension. En moyenne, ils ont regagné 16 % environ. C’est logique puisqu’ils n’ont pas modifié leur stratégie. Les gestionnaires des fonds ‘dynamiques’ par exemple continuent à croire aux vertus des actions plutôt qu’aux obligations, un parti pris qui porte ses fruits.

STRATÉGIE
· N’oubliez jamais qu’un fonds d’épargne-pension est un placement à long terme. Ne vous laissez donc pas décourager par les grosses pertes de 2008. Ce type de placement est et reste un excellent moyen pour se constituer un capital retraite complémentaire. Grâce au potentiel que représente la Bourse à long terme, sans oublier l’avantage fiscal (voir encadré).
· Si l’épargne-pension vous intéresse et que vous avez moins de 50 ans, vous pouvez (continuer à) miser sur un fonds ‘dynamique’ ou ‘neutre’. Votre horizon de placement est compatible avec les fluctuations inhérentes à tout placement boursier.
· Si vous avez plus de 50 ans ou que les aléas de la Bourse vous empêchent de dormir, mieux vaut réduire le risque lié aux actions. Optez dans ce cas plutôt pour un fonds ‘défensif’ ou pour l’assurance-pension, dont le risque est nul.

ÉLIMINER LE RISQUE
·
Le risque boursier de l’assurance-pension est nul, ce qui n’est pas le cas de l’épargne-pension, même dans sa version ‘défensive’. Autrement dit, si vous voulez éviter à tout prix le risque boursier et bénéficier quand même des avantages fiscaux du système, optez pour l’assurance-pension qui, outre un contrat d’assurance vie vous donnant un rendement garanti, peut vous octroyer une participation dans les bénéfices de l’assureur. Votre mise est garantie et un rendement minimum vous est garanti. Prix à payer pour ces garanties : un rendement somme toute limité.
· Le marché fourmille de formules différentes dont la plupart sont inintéressantes du fait de leurs conditions de base. Si l’on tient compte du rendement annuel passé, des frais et des conditions pour toucher une participation bénéficiaire, First Epargne-pension (Ethias) vient en tête.
· Sachez aussi qu’une bonne vieille assurance vie ordinaire peut être une alternative. Et là aussi il y a des avantages fiscaux – sous une autre forme. Le contrat 786 (Intégrale) nous paraît le plus intéressant.

Le fisc donne... et reprend

Tout versement en épargne ou en assurance-pension donne droit à une réduction d’impôt de 30 à 40% (+ centimes additionnels) du montant versé. Un montant qui ne peut dépasser 870 EUR. Pour l’assurance-vie ordinaire, le plafond est de 2.080 EUR.

En échange de ces avantages, le fisc passe à la caisse à votre 60ème anniversaire. Concernant les fonds d'épargne-pension, la base taxable est le capital accumulé compte tenu d’un taux préalablement défini par le fisc. L’impôt est de 16,5 % pour le capital issu des versements antérieurs à 1993 et de 10 % pour celui des versements suivants. Cet impôt est automatiquement déduit de l’avoir que vous avez accumulé.

Partagez cet article