Analyse
Coup d'oeil sur les marchés il y a 7 ans - mardi 11 mai 2010
L'Europe met un genou en terre.

Le mois d’avril a été dominé par ce qu’il faut bien appeler la tragédie grecque. L’incertitude ainsi générée a frappé de plein fouet les sicav d’actions de la zone euro. Dans un tel climat, ce sont toujours les obligations qui sortent gagnantes. La baisse des taux et un euro qui, une fois encore, a cédé du terrain ont fait le bonheur des détenteurs de sicav obligataires en devises étrangères. Nous ne pouvons que vous rappeler les bienfaits de la diversification : tout portefeuille doit contenir des actions ET des obligations.

ZONE EURO : 0
· Hélas pour les détenteurs de sicav d’actions de la zone euro, le mois d’avril est négatif : -1,7 % en moyenne. Pourtant, les nouvelles du front économique ne sont pas mauvaises. Les exportations sont en forte hausse, la confiance des consommateurs aussi et la production  industrielle itou. Tout cela grâce au redémarrage de la conjoncture chez nos principaux partenaires commerciaux (Etats-Unis surtout et Asie). Grâce aussi à l’affaiblissement de l’euro.
· On n’a rien vu de ces bonnes nouvelles sur les marchés boursiers. La grande victime du mois est Schroder ISF Euro Equity A (Deutsche Bank, *, vendre), qui a perdu 2,7 % du fait de la faiblesse des prestations de Sanofi-Aventis (industrie pharma, -6,4 % du fait de l’expiration proche d’un brevet, vendre) et de Total (énergie, -4,7 %, conserver). Encore heureux que ces sicav n’investissent que peu voire pas du tout en actions grecques (-9,2 %) ou portugaises (-7,8 %), sinon les dégâts auraient été pires encore.
· Malgré la résistance de la Bourse de Londres (+1,6 %), les sicav d’actions européennes ont perdu en moyenne 0,3 %. Petercam Equities Europe Dividend (-2,8 %, *, vendre) a particulièrement souffert de la lourdeur de son poste Société Générale (banque française, -13,2 % du fait de résultats décevants, conserver) et de la faiblesse (encore) de Sanofi-Aventis.
Toutes les sicav ne sont pas aussi mal loties. Ainsi Share Europe Selection (Banque Degroof, **, vendre) est dans le vert à concurrence de 1,6 % grâce à la bonne tenue de Sodexho (société française de services, +4,4 %) et surtout de Capita Group (groupe britannique d’outsourcing, +10 %).
· Nous vous conseillons de vendre vos sicav misant sur les actions européennes ou de la zone euro. Il y a mieux ailleurs.

INDICE BOURSIER ZONE EURO (gras) ET INDICE BOURSIER MONDIAL (base 100)

Les marchés boursiers de la zone euro font piètre figure par rapport à l’indice boursier mondial et ça ne va pas changer de sitôt.

RESTE DU MONDE : 1
· Les sicav d’actions mondiales ont gagné 1,7 % en avril. Fortis L Opportunities World (+4,3 %, conserver) et la très technologique KBC Equity Generation Y (+3,9 %, conserver) sont les meilleures du lot. Leur champ d’investigation est fort large : le monde entier. Et la part dans leur portefeuille des actions des pays émergents (d’Asie) est sans cesse croissante.
La sicav de Fortis a bénéficié du lancement réussi de l’iPad, le dernier né d’Apple (+13,1 %), et des bons résultats du spécialiste britannique des semi-conducteurs ARM Holdings (+11,1 %, conserver). La sicav de CBC-KBC mise, elle, sur les actions de sociétés visant les nouveaux comportements de consommation des jeunes. Apple bien sûr, mais aussi Tencent Holdings (Hong Kong, internet, +6,7 %) et China Mobile (télécoms, +5,3 %).
· Alors que la zone euro se débat dans les problèmes qu’on sait, les Etats-Unis semblent, eux, avoir retrouvé le chemin de la croissance et les pays émergents confirment leur bonne tenue. Les sicav d’actions américaines en ont bénéficié : leur hausse moyenne est de 4,5 % en avril. Ce sont surtout les sicav misant sur les petites valeurs qui ont bien travaillé, par exemple Fortis L Fund Equity Small Caps USA (*, conserver, + 8,8 %), grâce entre autres sous-traitant de l’industrie aéronautique Esterline Technologies (+14,9 %). Notre préférence va à Columbia Securities (NL0000440709, COLUM, cotée sur Euronext).

Les bourses en avril 2010

Bourse

       Evolution (1) sur

1 mois

12 mois

Amsterdam (AEX)

0.5%

43.7%

Athènes (ATHEX 20)

-10.1%

-12.2%

Bruxelles (BEL 20)

-3.3%

31.1%

Francfort (DAX 30)

-1.2%

24.1%

Hong Kong (H.SENG)

1.2%

35.3%

Lisbonne (PSI 20)

-8.6%

9.7%

Londres (FTSE 100)

0.4%

34.7%

Madrid (IBEX 35)

-3.5%

16.1%

Milan (FTSE MIB)

-5.6%

12.4%

Nasdaq Composite

4.5%

42.8%

New York (S&P 500)

3.3%

35.5%

Paris (CAC 40)

-4.0%

20.8%

Stockholm (OMXS 30)

4.3%

52.8%

Sydney (ASX)

2.0%

63.0%

Tokyo (Nikkei 225)

0.9%

30.6%

Toronto (S&P/TSX)

3.4%

53.1%

Zurich (SMI)

-4.3%

33.3%

(1) en %, après conversion en euro, fin avril 2010

Argenta Fund

Les multiples changements opérés au sein d’Argenta Fund se sont concrétisés le mois dernier. Les compartiments Secteur Euro-Banques et Secteur Distribution Europe changent simplement de nom. D’autres comme Actions Euronext, Actions Françaises, Actions Pays Scandinaves, etc., sont intégrés dans la sicav régionale Actions Européennes (*). A notre avis, ce ne sont pas de grandes pertes et la sicav régionale européenne peut être vendue, elle aussi. Les compartiments Actions Américaines et Actions Japonaises sont intégrés, eux, dans la sicav Actions Monde (*). Vous pouvez conserver, encore qu’il y ait mieux ailleurs. Le compartiment Secteur Telecom Europe est échangé, lui, contre Actions technologie (*), un compartiment mal géré dont la politique de placement est tristounette.

RECORD TURC EN VUE
· Les sicav d’actions turques (+ 9,7 % en moyenne) n’ont été dépassées en avril que par une seule autre catégorie (voir plus loin). Sur base annuelle, leur progression moyenne est de… 101 % ! Là, personne ne fait mieux. EMIF Turkey (CBC-KBC, *, +10,1 %) se distingue du lot grâce à la valeur bancaire Turkiye Is Bankasi (+13,9 %) et au producteur de boissons Anadolu Efes (+21,3 %).
· La Bourse turque vole de sommet en sommet. Elle est à niveau record en livres turques et en euros elle n’est pas loin de son record (voir graphique). Le pays peut aligner de belles performances économiques, il a réussi à traverser la crise financière sans que son système bancaire ne soit ébranlé et tout indique que les fameuses agences de rating vont revoir sa notation à la hausse. Ce qui attire les investisseurs et fait monter la devise locale.

INDICE BOURSIER TURC EN EUROS

La Bourse turque vole de sommet en sommet et il ne faudra plus beaucoup de temps pour qu’elle batte son record de 2007 après change en euros.

SUISSE
· Les prestations des sicav d’actions suisses sont tout simplement décevantes. EMIF Switzerland Index Plus (KBC, *, -3,8 %, conserver) et SSgA Switzerland Index Equities (Deutsche Bank, **, -3,5 %, conserver) misent surtout sur les grandes valeurs suisses comme Crédit Suisse Groupe (banque, -9,1 % après des résultats décevants, conserver) et Zurich Financial Services (assurances, -6,2 %, acheter).
· La Bourse de Zurich a mal pris une série de statistiques décevantes. Les exportations helvétiques par exemple sont toujours en dessous de leur niveau d’avant la récession. Vous pouvez conserver ces sicav. La Bourse suisse est correctement évaluée et elle présente un caractère défensif grâce à ses valeurs du secteur pharma et à ses faibles fluctuations.

OR EN FORME
· Fin avril l’once d’or valait 1179,85 dollars. Cela fait, en un mois, 6 % de hausse en dollars et 7,9 % en euros. Les mines d’or en ont bien sûr tiré le parti que vous devinez : ce sont les championnes du mois ! D’autant qu’il n’y a pas que la hausse du métal jaune, elles ont aussi présenté d’excellents résultats. Un exemple : + 16,3 % pour Share Gold (Banque Degroof, LU0145217120, ****, acheter), une sicav qui mise surtout sur les mines canadiennes. Et que dire alors des prestations suivantes : + 18 % pour Goldcorp (après l’ouverture d’une mine mexicaine prometteuse), +23,8 % pour Osisko Mining et +28,4 % pour Exeter Resource (+28,4 %), toutes valeurs figurant dans son portefeuille. Les deux dernières ont fortement monté après qu’on a appris que leurs réserves étaient supérieures à ce qu’on croyait.
· Le prix de l’or reste à des sommets. Grâce aux investisseurs, qui achètent encore. La quantité d’or physique gérée par les 19 trackers spécialisés est passée à 1 800 tonnes – du jamais vu ! Les statistiques montrent que la demande des investisseurs a dépassé celle de l’industrie joaillière, et ce pour la première fois depuis 30 ans.
· Vous pouvez encore acheter. La production des mines et le recyclage du métal jaune parviennent à peine à satisfaire la demande. De plus, l’or est un bon instrument de diversification, surtout par les temps qui courent.
· Plusieurs possibilités existent. Si vous ne voulez pas vous-même acheter de l’or physique (sur notre site, tapez ‘lingot’ dans le module de recherche pour obtenir nos analyses), recourez à un tracker investissant en or physique, par exemple Gold Bullion Securities (GB00B00FHZ82, ticker: GBS), coté sur Euronext.
· Le potentiel est plus intéressant, mais le risque plus élevé : vous pouvez aussi acheter des parts d’une sicav de mines d’or comme BlackRock GF World Gold A (Deutsche Bank, LU0055631609, ***), SGAM Equities Gold Mines A (SG Private Banking, LU0006229875, ***), Share Gold (voir plus haut) ou Placeuro Gold Mines (cotée sur Euronext, LU0061385943, PLA).

PRIX DE L’OR EN DOLLARS

Pour le moment, on ne voit pas trop ce qui pourrait arrêter l’or dans sa progression. Vous pouvez encore acheter.

Les secteurs en avril 2010

Secteur

       Evolution (1) sur

1 mois

12 mois

En Europe

Finance

-1.9%

37.5%

Pharma

-1.8%

30.0%

Télécom

-1.1%

28.2%

Technologie

-1.9%

30.4%

Consommation

1.1%

43.4%

Distribution

2.7%

41.0%

Utilité publique

-1.6%

20.2%

Dans le monde

Finance

1.4%

46.5%

Pharma

-1.5%

28.9%

Télécom

1.2%

22.3%

Technologie

3.7%

46.1%

Consommation

2.1%

42.5%

Distribution

2.8%

36.5%

Utilité publique

1.0%

24.5%

(1) en %, après conversion en euro, fin avril 2010OBLIGATIONS
· Un mois s’est écoulé et il faut bien faire le constat que les détenteurs de sicav d’obligations en devises étrangères bénéficient des problèmes de la zone euro. Il faudrait vraiment que ces sicav soient mal gérées pour qu’elles en arrivent à faire aussi mal que la monnaie unique.
· Les détenteurs de sicav d’obligations en devises fortes, entendez par là les devises de pays dont les économies sont en bonne santé, ont vu leur avoir gonfler à nouveau de quelques pour cents. Le fait qu’il s’agisse de devises de pays producteurs de matières premières n’est évidemment pas un hasard : dollar australien (+3,2 %) et canadien (+1,9 %), couronne norvégienne (+2,3 %). A l’exception de celles émises dans cette dernière devise (légèrement surévaluée), ces sicav restent intéressantes à acheter.
· Le vainqueur du mois dans cette catégorie est KBC Renta NZD-Renta (+5,1 %, LU0099233149, **, acheter). Le dollar « kiwi » a gagné 4,8 % en avril grâce à quelques bonnes statistiques et à la perspective de voir monter les taux néo-zélandais. Les sicav d’obligations émises dans cette devises ont une place – elles le méritent – dans nos portefeuilles types.

 

KBC RENTA NZD-RENTA (en EUR)

Ces dernières années, le dollar kiwi s'est très bien tenu face à l'euro. Les actionnaires applaudissent.

EFFET DOMINO
· La situation dramatique de la Grèce et surtout la crainte de voir, par un effet domino, d’autres pays comme le Portugal, l’Italie ou l’Espagne s’enfoncer dans la même ornière ont pesé comme une chape de plomb sur les sicav d’obligations de ces Etats en euros. C’est d’autant plus dommage que les obligations d’Etat des autres pays de la zone euro ont connu, elles, un bon mois d’avril.
· La sicav d’obligations à moyen terme Degroof Bonds Euro (Banque Degroof, **, vendre) et la sicav d’obligations à court terme Dexia Sustainable Euro Short Term Bonds (***, vendre) ont toutes deux perdu 1,4 %. Un coup d’œil sur leur portefeuille suffit pour comprendre : la première a investi en obligations de l’Etat portugais (-7 %), la seconde en obligations de l’Etat grec (-10 %).
· Le gros des sicav d’obligations d’Etat en euros à court et à moyen terme peut être conservé. Le poids des pays problématiques est limité dans leurs portefeuilles. Si vous voulez acheter, cela fait quelque temps déjà que nous vous conseillons d’investir plutôt sur un compte d’épargne à haut rendement. Vous trouverez les propositions les plus intéressantes dans notre rubrique 'Compte d'épargne'.
· L’euro a connu un mauvais mois d’avril, vous l’aurez compris, mais le franc suisse a fait plus mal encore (-0,6 %). La banque centrale helvétique a rappelé haut et fort qu’elle s’opposerait résolument à toute appréciation trop forte du franc. Pour les investisseurs (étrangers), ce fut le signal de la revente. Lisez, de la mise en sécurité de leur plus-value. Ce qui a évidemment pesé sur la devise. Le recul de KBC Renta Swissrenta (-1,2 %, **, acheter) est toutefois trop important pour n’être expliqué que par l’accès de faiblesse du franc. En cherchant un peu, on découvre… eh oui, que cette sicav a aussi en portefeuille un peu d’obligations grecques, mais leur valeur est exprimée en francs suisses. Cette catégorie reste toujours intéressante pour les investisseurs au profil plus défensif.

FRANC SUISSE EN EUROS

Après une belle ascension, le franc suisse fait la pause. Réservé aux investisseurs au profil plus défensif.

Les devises en avril 2010

Code
ISO

Cours (1)
(en euro)

    Evolution (2)

    Persp. (3)

1 m.

1 an

1 an

LT

DKK

0,1344

0.0%

0.1%

=

=

SEK

0,1038

1.0%

10.7%

+

++

NOK

0,1274

2.3%

11.0%

=

-

CHF

0,6977

-0.6%

5.3%

+

+

GBP

1,1512

2.7%

2.9%

=

++

USD

0,7521

1.8%

-0.3%

+

+

CAD

0,7425

1.9%

17.0%

+

=

AUD

0,7001

3.2%

26.3%

=

--

NZD

0,5495

4.8%

28.0%

=

--

JPY

0,8000

1.1%

4.3%

=

++

(1) fin avril 2010 ; p.ex. 1 USD vaut 0,7521 euros, 100 JPY valent 0,8000 euros ;
(2) en %, par rapport à l'euro ; (3) évolution attendue de la devise à 1 an et à long terme.

Partagez cet article