Analyse
Matières premières : plutôt chères il y a 7 ans - mardi 13 juillet 2010
Les sicav de matières premières ont mangé leur pain blanc.

Des matières premières, il y en a pour tous les goûts. Idem pour les sicav et trackers qui en ont fait leur terrain de chasse. Avec plus ou moins de succès. Une chose est sûre toutefois : vu le niveau actuel des prix, il n’est pas intéressant d’investir maintenant dans une sicav diversifiée de matières premières. Au contraire, vendez.

· Beaucoup de matières premières cotent aujourd’hui à des sommets. Depuis le début de l’année, le prix du café brésilien par exemple s’est envolé de plus de 40 %, celui du jus d’orange de quelque 35 % et celui du nickel de près de 25 %. C’est spectaculaire et les exceptions sont peu nombreuses (voir tableau). L’indice général des matières premières a déjà gagné 14 % depuis le début de l’année et 47 % depuis début 2009 (voir graphique).
· Quant à savoir quelle matière première va monter ou descendre demain, c’est la bouteille à encre. Les prix dépendent notamment de facteurs techniques, comme le succès ou l’insuccès d’une récolte dans les pays agricoles ou la découverte de nouveaux gisements dans les pays producteurs de matières premières industrielles. Ce n’est pas facile à prévoir.
· Si le marché des matières premières est plutôt florissant ces dernières années, c’est pour des raisons plus générales. La croissance économique mondiale en est une. Lorsqu’il y a croissance, il y a augmentation de la demande en matières premières, ce qui soutient les prix. La faim inextinguible de la Chine sur ce plan est bien connue. La crise financière aussi joue un rôle non négligeable. Par prudence, les producteurs limitent leurs stocks, ce qui réduit l’offre et fait monter les prix. Enfin, les mesures de stimulation économique des banques centrales permettent d’emprunter à bas prix, notamment pour spéculer. Une partie de ces capitaux spéculatifs a glissé vers le marché des matières premières.

INDICE MONDIAL DES MATIERES PREMIERES (en EUR)

Le marché des matières premières a beaucoup progressé à cause de la Chine. Le sommet de 2008 pourrait être rejoint. Ne pas acheter.

ÉCARTS DE PERFORMANCE
· Les matières premières ont monté en général. Et les sicav spécialisées ? Si une sicav largement diversifiée comme Carmignac Commodities (*) a réussi à gagner 35 % en un an, DWS Invest Commodity Plus (*) a dégagé, elle, à peine 3 %. Cela fait un monde de différence, mais ce n’est pas l’effet du hasard (voir plus loin). A plus long terme aussi les écarts de performance sont patents (voir graphique). Ce phénomène concerne l’ensemble des sicav et des trackers en matières premières disponibles dans notre pays (il y en a plus de 40). Comment est-ce possible ?
· Une première réponse a déjà été donnée plus haut. Les matières premières ont chacune leur vie propre. Les gestionnaires doivent donc faire des choix qui influent sur le rendement. Ainsi BlackRock GF World Mining A (+41 % sur base annuelle) mise sur les mines d’or et d’argent, dont les prestations ont été excellentes.
· Il faut aussi compter avec la composition des portefeuilles : actions de sociétés produisant des matières premières ou matières premières en tant que telles. Dans ce dernier cas, les gestionnaires investissent essentiellement en produits dérivés, par exemple des futures sur matières premières. Ce type de contrat à terme suit à la trace l’évolution du prix de la matière première concernée. C’est le cas pour DWS Invest Commodity Plus ou Dexia Fund Commodities (+11 % en un an). Cette approche ne semble toutefois pas avoir été la bonne ces dernières années, notamment en raison de frais élevés.

   CARMIGNAC COMMODITIES (gras) ET DWS INVEST COMMODITY PLUS (base 100)

Une sicav n’est pas l’autre, ici comme ailleurs. Les différences sont même fort importantes. Il n’y a pas de raison que cela change.

PAS INTÉRESSANT
· Est-il (encore) intéressant d’investir dans une sicav axées sur les matières premières ? A notre avis non. Il est non seulement difficile de prévoir comment le secteur va évoluer, mais les hausses passées sont tellement spectaculaires qu’il n’y a sans doute plus beaucoup de potentiel. L’évaluation sectorielle que nous faisons chaque mois attribue d’ailleurs au secteur des matières premières le score “--“, seul secteur à se voir attribuer cette évaluation la plus négative de notre système. Concrètement, cela signifie que le rendement à attendre du secteur est insuffisant vu le niveau de risque encouru en y investissant. Qu’il s’agisse d’un placement dans une corbeille de matières premières ou dans des actions de sociétés du secteur, nous estimons que les prix actuels sont trop élevés pour que l’opération puisse être intéressante.
· Nous ferions toutefois une exception pour l’or, qui jouit toujours de son statut de valeur refuge.

Top et flops (en %)

Nom

en 2010

depuis 2009

Cuivre

4

157

Caoutchouc

21

152

Jus d’orange

35

148

 

 

 

Blé

5

-11

Gaz

46

-8

Riz

-11

1

Partagez cet article