Analyse
Les sicav de mines d’or peuvent briller autant que l’or il y a 7 ans - mercredi 17 novembre 2010

L’or est sous le feu des projecteurs. L’incertitude économique fait monter son cours et il profite aussi d’un déséquilibre entre offre (insuffisante) et demande (élevée). De plus, l’or est un bon instrument de diversification. C’est la raison pour laquelle nous vous conseillons d’en détenir. Les mines aussi sont intéressantes, mais plus spéculatives.

 

Potentiel

Fin octobre l’once de métal jaune valait 1 347,40 dollars, soit 28,8 % de plus qu’au début de l’année. Après change en euros, ça fait même +36,7 %. Ce qui suscite inévitablement la question suivante : jusqu’où l’or va-t-il monter ? Il est impossible d’y répondre, pour l’or comme pour toutes les matières premières. Ce qui n’empêche nullement que, dans les conditions de marché actuelles, nous restions acheteurs. L’or est aussi un bon moyen de diversifier votre portefeuille puisqu’il a tendance à monter quand les choses vont moins bien. Il a donc sa place aux côtés des actions et des obligations.

Nous vous conseillons d’investir en or physique. Soit des pièces de monnaie, soit des lingots ou des plaquettes que vous pouvez acheter auprès de votre banque ou chez un intermédiaire spécialisé comme Eurogold, Goldforex ou Numagold, soit encore des trackers cotés en Bourse qui investissent directement – et uniquement – en or physique, par exemple ETFS Physical Gold (Euronext Amsterdam, ticker: PHAU, commission annuelle de gestion de 0,39 %), Gold Bullion Securities (Euronext Paris, GBS, 0,4 %) ou iShares COMEX Gold Trust (New York, IAU, 0,25 %).

Pour spécialistes

Si vous avez davantage l’âme d’un spéculateur, vous pouvez aussi investir en actions de mines d’or. Vous pouvez investir directement en Bourse dans les actions de sociétés de mines d’or, comme Goldcorp (Canada) ou Gold Fields (Afrique du Sud). Il y a un risque évidemment, celui qui est lié à l’activité de ces entreprises, mais ce n’est pas tout : vous devez aussi trouver la perle, c’est-à-dire faire le bon choix offrant le meilleur potentiel, sur un marché très technique. Bref, spécialistes uniquement.


Heureusement, il y a les sicav de mines d’or qui non seulement investissent dans des dizaines de mines différentes mais vous font aussi profiter des services de spécialistes. Cela se paie bien sûr. Comptez 2 % par an environ de ratio de frais totaux pour les sicav de mines d’or commercialisées dans notre pays.


En quoi les mines d’or présentent-elles un intérêt pour l’épargnant que vous êtes ?
– Le secteur a connu une année de crise, 2008, qu’il a mise à profit pour se restructurer et se moderniser. Il y a encore du chemin à faire, mais beaucoup de ces mines disposent d’un trésor de guerre en cash et leurs excellents résultats montrent qu’elles sont sur la bonne route ;
– les cours boursiers des actions de mines d’or permettent (à nouveau) de faire jouer l’effet de levier. Lorsque le prix de l’or monte, les cours des mines montent davantage encore. Evidemment il faut tabler sur la (poursuite de la) hausse du cours de l’or. Attention cependant, ce n’est pas toujours de tout repos. Au cours de la fameuse année de crise boursière 2008, le prix de l’or a grimpé de 8,5 % alors que l’indice des mines d’or a... baissé, lui, de 17 % ! A un moment cet indice a baissé de plus de 60 % du fait de la récession mondiale et de l’aversion généralisée au risque qui en a découlé. Il s’est cependant redressé au cours des deux derniers mois de 2008 avec un brio jusque là jamais vu: +80 %, grâce notamment aux excellents résultats des mines.

Retenez de tout ceci que les fluctuations de cours des actions de mines d’or peuvent être très amples et qu’il en sera sans doute encore ainsi demain. C’est la raison pour laquelle ce type de placement ne s’adresse pas à tout le monde.

Deux types de sicav

On peut diviser en deux groupes les sicav d’actions de mines d’or disponibles dans notre pays. Il y a d’une part les grandes sicav classiques comme BlackRock GF World Gold A (+44 % en un an) et SGAM Equities Gold Mines (+48,3 %) qui misent sur les actions de grandes mines comme Eldorado Gold, Kinross Gold et Newmont Mining. A acheter.


Il y a d’autre part les sicav plus sportives comme Share Gold (Banque Degroof, +65,5 %) et Placeuro Gold Mines (Euronext Bruxelles, ticker: PLA, +48,3 %) qui, elles, misent plutôt sur les mines de plus petite taille, alias les junior mines, des mines qui ont fort bien presté. Leurs résultats sont souvent meilleurs et souvent aussi elles font davantage bénéficier leurs actionnaires de l’effet de levier. Share Gold a tiré parti de la forte hausse du cours de Detour Gold (Canada, +151 %) et de Romarco Minerals (Mexique, +155 %), Placeuro Gold Mines tirant parti, elle, de la hausse de Golden Star Resources (Ghana, +78 %). A acheter aussi.

Partagez cet article