Analyse
Epargne-pension ? Foncez ! il y a 5 ans - jeudi 15 décembre 2011

Le champagne ne coulera pas à flots pour le 25ème anniversaire des fonds d’épargne-pension.

Pour les onze premiers mois de l’année, la catégorie la plus ancienne des fonds d’épargne-pension, les fonds d’épargne-pension dynamiques, accuse une perte de 8 %. Ce chiffre place 2011 dans le top 3 des plus mauvaises années.

 

Il efface aussi les bénéfices engrangés en 2010. Inutile de dire que ça ne fait pas plaisir aux fidèles qui voient leur capital s’éroder de quelques milliers d’euros. Quant à celui qui a la malchance d’avoir (eu) 60 ans cette année, il doit en plus avaler l’amère pilule d’un prélèvement fiscal qui peut s’élever jusqu’à 3 000 euros pour l’adepte de la première heure. Il y a de quoi fulminer, surtout lorsque la réglementation fiscale pénalise lourdement le passage vers un produit plus sûr comme l’assurance épargne-pension.

 

Depuis 1987 les fonds d’épargne-pension dynamiques ont toutefois dégagé un rendement annuel moyen de 6,6 %. Quant au prélèvement fiscal à 60 ans, il est la contrepartie de l’avantage fiscal annuel dont bénéficie ce type de placement, à savoir une réduction d’impôt (selon les revenus 30 à 40 % de l’investissement effectué, raboté à 30 % pour tous l’an prochain). On l’oublie facilement, d’autant que cela n’apparaît nulle part sur un compte alors que les fluctuations du capital accumulé sont bien visibles, elles.

 

L’impact de cet avantage fiscal n’est pas négligeable. Les épargnants de la première heure qui ont chaque année versé leur écot et réinvesti l’année suivante leur avantage fiscal en épargne-pension en sont témoins : cela peut faire un supplément de quelque 10 000 euros en fin de course. Oui, les prestations récentes des fonds d’épargne-pension sont décevantes, mais cela reste un must pour qui peut se permettre de se passer de cet argent jusqu’à ses 60 ans.

 

Tout ce que vous devez savoir sur l’épargne-pension.

Partagez cet article