Analyse
Nos portefeuilles de sicav il y a 5 ans - jeudi 15 mars 2012

A l’issue du mois de février, pour maintenir le bon équilibre entre rendement potentiel et risque, entre actions et obligation… nous n’avons pas apporté de changements à nos portefeuilles.

Actions : plus haut

Comme en janvier, les sicav d'actions ont particulièrement brillé en février. A titre d'exemple, la composante actions de notre portefeuille de base à dix ans a encore gagné quelque 3,7 %. La palme est revenue à SSgA Sweden Index Equity Fund avec un gain de 8,3 %. La sicav reste à l'achat malgré cette belle progression et a sa place dans tous les portefeuilles ou presque.

 

Le retour en grâce des actions auprès des investisseurs est plus particulièrement marqué au niveau des Bourses des pays émergents. Celles-ci ont en effet gagné près de 4 % en moyenne en février et affichent déjà un gain de 15 % depuis le début de l'année. C'est environ 50 % de mieux que la moyenne mondiale ! Et l'argent continue à affluer, en attestent les sommes toujours plus importantes investies dans les trackers et fonds de placement spécialisés. Une bonne nouvelle car nous croyons résolument dans le potentiel de certains pays émergents. Evitez toutefois de vous ruer tête baissée sur tout ce qui augmente et continuez à miser sur les actions des pays pouvant apporter une plus-value à votre portefeuille, Chine en tête (+ 4,1 %). Le Brésil (+ 4,3 %) et l'Inde (+ 2,4 %) complètent à nos yeux le podium des portefeuilles à l’horizon de placement de dix ans.

Obligations : merci les devises

Les sicav d'obligations dans notre portefeuille neutre n'ont assurément rien eu à envier aux sicav d'actions. KBC Renta Zlotyrenta, seule sicav d'obligations d'Etat en zloty polonais sur notre marché, a ainsi été plus particulièrement à la fête avec un gain de 3,6 %. Une performance due en grande partie à la vigueur du zloty polonais (+ 2,7 % en euro).

La performance en février de KBC Renta Sekarenta d a été plus mesurée, mais néanmoins positive (+ 0,4 %). Un gain à mettre totalement à l'actif de la couronne suédoise (+ 1,3 % en euro), le marché local des obligations d'Etat suédoises ayant pour sa part fortement reculé suite à la hausse des taux obligataires. Le taux d'épargne élevé des Suédois, les finances publiques saines du pays et la belle croissance économique font toujours d'un placement obligataire en couronne suédoise, qui plus est sous-évaluée, une opportunité intéressante.

Pour les détails, consultez notre stratégie

 

Partagez cet article