Analyse
Les obligations en couronnes danoises peuvent vous intéresser il y a 5 ans - jeudi 12 juillet 2012

Si vous disposez d’un horizon d’une dizaine d’années et que vous recherchez la sécurité les obligations en couronnes danoises devraient vous intéresser.

Comme les émissions à destination du grand public en couronnes danoises (DKK) sont plutôt rares, tournez-vous une sicav qui s’y spécialise. Chez nous, le choix se limite à KBC Renta Decarenta, dont les gestionnaires n’investissent qu’en emprunts d’Etat danois.

 

Atout défensif

Les obligations en couronnes danoises sont de plus en plus considérées comme un placement s’adressant aux amateurs de sécurité. Le Danemark est un des pays les plus riches du monde en termes de PIB par habitant. C’est aussi un des rares pays pouvant encore se prévaloir d’un rating AAA. Il est relativement peu endetté et n’a connu jusqu’ici ni crise immobilière, ni crise bancaire dignes de ce nom.
Le Danemark est à la pointe sur le plan éthique. De ce fait, comme la sicav de KBC n’investit qu’en emprunts d’Etat, elle bénéficie automatiquement du label éthique.

 

Arrimage à l’euro

De nombreux investisseurs s’intéressent à cette devise pour se protéger contre un éventuel naufrage de l’euro. Ces mouvements de capitaux exercent une pression à la hausse sur la couronne.
Or la couronne danoise est arrimée à l’euro. Le Danemark a en effet choisi par référendum de ne pas entrer dans l’euro, mais il a arrimé sa devise à la monnaie unique, sa marge de fluctuation étant limitée à 2,25 %.
L’investisseur au profil défensif ne peut qu’y gagner. Si rien ne se produit, une partie de son avoir est bien au chaud dans un pays et une devise financièrement sains. Si la pression sur l’euro devait s’accentuer, la banque centrale danoise aurait toujours la possibilité de laisser sa devise s’apprécier. Une probabilité à notre avis très faible, mais qui en cas de concrétisation ne ferait qu’apporter un plus.

Partagez cet article