Analyse
Investir dans des trackers brésiliens ? il y a 4 ans - mercredi 16 janvier 2013

Le nombre de trackers d’actions brésiliennes est considérable.

Mais ils souffrent tous du même mal : ils mettent leurs oeufs dans le même panier.
Optez plutôt pour une
sicav gérée activement

 

Risqué

Nous vous déconseillons les instruments gérés passivement que sont les trackers d’actions brésiliennes, cotés en Bourse. Tant db X-trackers MSCI Brazil que EasyETF DJ Brazil 15, iShares MSCI Brazil et Lyxor ETF Brazil (Ibovespa) suivent le même indice brésilien des plus grosses capitalisations de la Bourse de Sao Paulo. Avec la circonstance aggravante que deux valeurs vedettes, Petroleo Brasileiro Petrobras (énergie) et Cia Vale do Rio Doce (mines), représentent à elles seules au moins un cinquième du total ! Dans le cas d’EasyETF, qui n’a que 15 actions en portefeuille, c’est même près d’un tiers ! A titre de comparaison, le poids de ces deux valeurs dans le portefeuille des sicav gérées activement est deux fois moins élevé.

 

Ingérences

Si ces gestionnaires n’accordent qu’un poids moindre à Petroleo Bra-sileiro Petrobras et à Cia Vale do Rio Doce, c’est parce que ces deux sociétés sont sous l’emprise de l’Etat, ce qui influence leur gestion et pèse sur leur cours. Petrobras a dû, il y a quelques années, procéder subitement à une gigantesque augmentation de capital (l’équivalent de 70 milliards de dollars) pour financer de nouveaux efforts de prospection parce que l’Etat brésilien voulait tirer davantage de revenus de l’or noir. Le cours de Petrobras a perdu 35 % depuis, alors que l’indice boursier brésilien, lui, n’a perdu que 18 %.

 

Quant à Vale, elle a dû, toujours sous la pression du gouvernement, se séparer de son CEO en 2010 sous le prétexte qu’il en faisait trop pour son entreprise et, apparemment, trop peu pour l’économie brésilienne. Il ne fut pas le seul, d’autres licenciements ont été opérés. Du fait de ces ingérences, le cours de Vale a baissé depuis de 38 % contre 13 % pour l’indice boursier brésilien.

 

Partagez cet article