Analyse
Les sicav de Dexia/Belfius sous gestion chinoise ? il y a 4 ans - mercredi 20 février 2013

Dexia Asset Management, le gestionnaire de patrimoine de Dexia, a été repris par les Chinois de GSC Capital. Que doit faire l’investisseur ?

Rien. Le repreneur, GCS Capital (Hong Kong), est financièrement sain et la structure des sicav est inchangée. GCS Capital est un des plus importants fournisseurs de services financiers chinois et il est à même de présenter un beau palmarès. Il n’y a donc pas de raison de craindre des problèmes. Et vous pouvez toujours vous adresser à Belfius si vous avez des questions relatives à vos sicav.

 

Rien n’est changé non plus dans la structure juridique de ces sicav. Elles restent des sociétés à part, elles ne courent donc aucun risque en cas de faillite de leur distributeur. En effet, lorsqu’un distributeur de sicav fait faillite, cela ne concerne pas les actifs (sicav, titres) déposés sur un compte-titres. Ces actifs ne sont pas la propriété de la banque, mais la vôtre. Ils seront transférés sur un compte-titres auprès d’une autre banque. Dans le cas (improbable) où une partie d’entre eux disparaîtraient (par fraude ou par erreur), le système belge de garantie des dépôts interviendrait à concurrence de 20 000 EUR maximum par personne.

 

De plus ces sicav ont confié l’avoir de leurs déposants (titres et cash) à des banques de dépôt. Dans le cas des sicav de Dexia/Belfius, c’est Belfius (pour les sicav belges) et RBC Investor Services, une branche de la Royal Bank of Canada (pour les sicav luxembourgeoises). Les actifs confiés à ces institutions sont placés sur des comptes qui ne sont pas repris dans leur bilan. Bref, si elles devaient faire faillite leurs créanciers ne pourraient pas toucher à l’argent que vous avez investi dans ces sicav.

 

Partagez cet article