Analyse
Sicav du secteur des biens de consommation il y a 4 ans - jeudi 23 mai 2013

Le secteur des biens de consommation non cycliques, qui comprend surtout des entreprises de l’alimentation et des boissons, traverse les années en toute sérénité. Un investissement à prendre en considération ?

Oui.
Achetez :
KBC Equity Food & Personal Products
SSgA Consumer Staples Index
ING Daily Consumer Goods

 

Atouts

Les atouts du secteur de l’alimentation et des boissons : robustesse financière, revenus transparents et beaucoup de cash en périodes de vaches grasses et de vaches maigres. C’est ce qui explique qu’AB InBev ait pu financer par endettement la reprise d’un géant comme Anheuser-Busch en 2008 et digérer relativement vite l’opération.

 

Le secteur ne craint pas non plus d’investir. Même en période de crise il développe son marketing et renforce sa présence dans les pays émergents. Ces derniers assurent déjà aujourd’hui la moitié environ des résultats d’exploitation du secteur. Les marques sont sans cesse adaptées aux besoins de la clientèle. En Occident l’accent est mis sur la qualité avec des produits comme Activia (Danone), Leffe (AB InBev) ou Chivas (Pernod Ricard); dans les pays émergents la priorité est donnée aux volumes.

 

Le secteur s’applique aussi à contrôler ses coûts (emballage et conservation des produits), à améliorer ses processus de production et à développer des synergies en procédant à des acquisitions (Grupo Modelo chez AB InBev, Asia Pacific Breweries chez Heineken), ce qui permet de tabler sur une croissance potentielle confortable de 5 à 6 % par an.

 

Quelle sicav ?

Le secteur des biens de consommation est présent sur de nombreux marchés avec des produits très différents: alimentation, boissons, tabac, mais aussi l’automobile, les médias, l’hygiène...
Nous avons éliminé toutes les sicav misant sur les biens de consommation cycliques comme l’automobile, le petit électro-ménager et les médias. Le gros des constructeurs automobiles est trop cher en ce moment. Investir dans une sicav dont le portefeuille compte jusqu’à un tiers d’actions de ce sous-secteur est inintéressant. Nous évitons donc ING (L) Invest Consumer Goods et Robeco Global Consumer Trends Equities D EUR.

 

Le potentiel le plus intéressant est du côté des biens de consommation non cycliques. Les sicav y misent sur les grands noms de l’alimentation et des boissons (Coca-Cola, Danone, Nestlé) et de l’hygiène (Colgate-Palmolive). On retrouve souvent dans l’appellation de ces sicav les mots ‘food & beverages’ ou ‘staples’. Nous avons une préférence pour les sicav investissant à l’échelon mondial qui misent notamment sur Coca-Cola, Kraft Foods et Mondelez.

 

Attention

ING Daily Consumer Goods n’est pas commercialisée en Belgique mais disponible sur Euronext Amsterdam. Le désavantage, c’est qu’elle n’est pas proposée activement dans les agences ING, qui proposent en alternative ING (L) Invest Consumer Goods. Mais celle-ci comprend 80 % d’actions de sous-secteurs cycliques (auto, médias) et nous ne sommes pas pour.

 

Partagez cet article