Analyse
Mines d’or : le pari osé il y a 4 ans - lundi 24 juin 2013

Si vous avez le cœur bien accroché, vous pouvez tenter un coup avec une sicav spécialisée dans le secteur.

Décevant

Les amateurs d’actions de mines sont frustrés ces derniers temps, avec un rendement annuel moyen de -35 % sur un an, de -18 % sur trois ans et de -5 % sur cinq ans. Les problèmes ont commencé en 2008 lorsque le secteur a perdu près de 20 % en Bourse, malgré la hausse du prix de l’or (+8 % à l’époque). Et depuis 2011, les mines d’or n’arrivent plus à suivre la moyenne boursière mondiale. Les ténors du secteur comme Barrick Gold et Anglogold Ashanti en sont les grands responsables.

Pourquoi ?

L’incertitude a toujours été défavorable au secteur minier. En outre, les mines d’or ont gonflé exagérément leurs perspectives du fait de la hausse du prix du métal jaune, puis certaines ont laissé filer leurs coûts, ont maintenu en activité des filons moins productifs ou plus chers, ou se sont lancées dans d’onéreuses acquisitions.

Recul exagéré

Le matraquage boursier des actions de mines d’or est surfait. Les investisseurs avertis peuvent y voir une opportunité. Les entreprises cherchent maintenant à mettre l’accent sur la rentabilité. Les projets miniers dont la marge bénéficiaire est faible sont freinés, les acquisitions sont revues à la loupe et tout le monde fait la chasse au gaspi. Les entreprises ont opté pour une communication plus transparente. Les investisseurs ont reçu un droit de regard sur les coûts totaux. Et le secteur est sain. Beaucoup de mines font de gros bénéfices malgré le recul du prix de l’or, présentent des bilans costauds et publient de bons chiffres. Leur rendement sur dividende n’a jamais été aussi élevé depuis treize ans. Les actions sont bon marché, mais très volatiles. Si vous ne craignez pas d’investir dans un secteur plus risqué que la moyenne, vous pouvez miser sur une sicav de mines d’or.

Senior et Junior

Les sicav BlackRock GF World Gold A2, Tocqueville Gold ou le tracker RBS MA Arca Gold BUGS investissent jusqu’aux trois-quarts de leurs actifs dans des senior mines canadiennes qui extraient principalement de l’or. Le reste est investi dans l’extraction d’autres matières premières ou dans de plus petits acteurs du secteur.

 

D’autres sicav investissent dans de plus petites entreprises (junior) qui, lorsqu’elles ont trouvé un filon, décident soit de l’exploiter elles-mêmes (fût-ce partiellement), soit de le vendre à une senior mine. Le potentiel de ces junior mines est plus élevé, mais les risques sont à l’avenant. Leur sort dépend souvent d’une ou de quelques mines elles doivent parfois rapidement trouver un nouveau filon pour remplir leurs caisses ! Share Gold et Placeuro Gold Mines investissent une grande partie de leur portefeuille dans ce type de mines. Les trackers Market Vectors Junior Gold Mines et Global X Gold Explorers vont plus loin : ils misent sur ces junior mines.

Si l’on tient compte des cours du moment et de l’actualité du secteur, les investisseurs spéculatifs peuvent miser une sicav d’actions de mines d’or. Si on regarde les prestations compte tenu du, des choix des gestionnaires et des coûts, les meilleures sont LO World Gold Expertise ou Tocqueville Gold. Plus spéculatives, Share Gold USD et Placeuro Gold Mines valent le détour aussi. Mais attention ! N’investir qu’en juniors est trop risqué, d’autant que dans le contexte actuel elles ne trouvent pas facilement le crédit bancaire nécessaire à leur développement.

 

Partagez cet article