Analyse
Capitalisation ou distribution ? il y a 4 ans - jeudi 19 septembre 2013

Certaines sicav réinvestissent automatiquement leur dividende, d’autres le distribuent. Quand opter pour l’une ou l’autre version ?

Les différences

La distinction n’a aucun impact sur la politique de placement, les coûts internes ou le portefeuille de ces sicav. Il y a toutefois une différence sur le plan fiscal.
– Seules les sicav de capitalisation sont soumises à la taxe boursière (TOB) lors de la revente de parts (1 % sur le prix de vente avec un maximum de 1 500 EUR).
– Un précompte mobilier de 25 % est perçu sur le dividende des sicav de distribution.
– Un précompte mobilier de 25 % est perçu sur la plus-value des sicav de capitalisation lors de la revente de parts, si le portefeuille compte au moins 25 % d’obligations et/ou de liquidités. Concrètement, cela concerne la quasi-totalité des sicav obligataires et de trésorerie et une grande partie des mixtes. Jusqu’il y a peu, les sicav concernées devaient disposer du passeport européen. Cette condition est tombée.

 

Exemple

Pour une sicav mixte soumise à l’impôt sur la plus-value dégageant une plus-value annuelle de 5 % et un dividende de 3 %, il faut attendre 9 ans pour que la capitalisation soit plus intéressante.
– Sauf si vous voulez des dividendes, pour les sicav d’actions, mieux vaut recourir à la version de capitalisation. Plus les prestations boursières de la sicav et son dividende sont élevés, plus c’est intéressant. C’est moins vrai pour les sicav d’actions dont le rendement sur dividende est faible. Nous avons calculé qu’il faut les conserver pendant cinq ans au moins pour que ce soit intéressant.
– Il vaut mieux recourir à la capitalisation dès que le rendement sur dividende de votre sicav est de 2 %, ce qui nous paraît très réaliste, et ce quelles que soient les conditions de marché. Pourquoi ? Parce que votre seul impôt, la TOB sur votre prix de vente, pèsera vite moins lourd que la somme des précomptes sur vos dividendes. Pour les secteurs dont le rendement sur dividende est fort élevé (télécoms, utilities…), le délai à partir duquel la capitalisation est plus intéressante est plus court encore.

 

Sicav d’obligations

Pour la simplicité, considérez que lorsque vous vendrez vos parts de sicav obligataires ou de trésorerie et, dans la plupart des cas, les parts de sicav mixtes, vous serez soumis au précompte sur la plus-value, tant pour les versions capitalisation que distribution. Dans la plupart des cas, la distribution est l’option la plus intéressante. Même si la capitalisation se conçoit davantage dans le cas des sicav affichant de belles plus-values, il faut des années avant que cette option se traduise par un léger avantage en rendement.

 

A PARTIR DE QUAND OPTER POUR LA CAPITALISATION ?

Sicav d’actions et sicav mixtes non soumises à l’impôt
sur la plus-value
Dividende
annuel net
Prestation de la sicav (ex dividende)
-5%
0%
5%
10%
1%
5 ans
5 ans
4 ans
4 ans
2%
3 ans
3 ans
3 ans
2 ans
3%
2 ans
2 ans
2 ans
2 ans
4%
(1)
2 ans
2 ans
2 ans
5%
(1)
(1)
(1)
(1)
Sicav d’obligations et sicav mixtes soumises à l’impôt
sur la plus-value lors de la revente
Dividende
annuel net
Prestation de la sicav (ex dividende)
-5%
0%
5%
10%
1%
4 ans
(2)
(2)
(2)
2%
2 ans
(2)
(2)
9 ans
3%
2 ans
(2)
9 ans
7 ans
4%
(1)
10 ans
7 ans
6 ans
5%
(1)
8 ans
6 ans
6 ans
Exemple : pour une sicav mixte soumise à l’impôt sur la plus-value dont vous pensez qu’elle peut dégager une plus-value annuelle de 5 % et un dividende de 3 %, il faut attendre 9 ans pour que la capitalisation soit plus intéressante. (1) Toujours. (2) Jamais.

Partagez cet article