Analyse
Vanguard lance ses trackers sur Euronext il y a 4 ans - mercredi 18 septembre 2013

La mission des trackers de Vanguard est de suivre à la trace et à moindre coût leur indice de référence. Que penser de ces produits ?

Dans les catégories qui à nos yeux sont à acheter et pour lesquelles il y a de bonnes sicav gérées activement ou des trackers moins pénalisés fiscalement, les produits de Vanguard sont à conserver.

 

Faibles coûts

Le géant américain Vanguard fait la pluie et le beau temps sur le marché des fonds outre-Atlantique, grâce à la modestie de ses frais de gestion annuels. Pour Vanguard 500 Index Fund Investor Shares, qui suit l’indice S&P 500, il ne compte que 0,17 %, alors que les sicav d’actions américaines comptent en moyenne chez nous 1,7 % de frais.
Les gestionnaires plus tentent de compenser en rendement leur handicap de coût par rapport à Vanguard, mais c’est la plupart du temps impossible.

Le pour, le contre

 – Les sept trackers de Vanguard sont nettement moins cher que la moyenne des produits de leur catégorie en frais annuels. Idem pour les frais d’entrée. Vous pouvez notamment opter pour un intermédiaire financier qui ne compte que peu de frais pour un ordre sur Euronext. De plus, ces trackers sont facilement négociables, si bien que l’écart entre le cours d’achat et de vente, est modeste.
– Mais les trackers de Vanguard distribuent des dividendes trimestriels amputés du précompte mobilier de 25 %. Cela alourdit la facture au point qu’un tracker aussi bon marché que Vanguard FTSE All-World (0,25 % de frais) finit au bout du compte par coûter 0,9 % par an tout compris. Et il y a pire. Vanguard FTSE All-World High Dividend (0,29 % de frais) mise sur les actions à haut rendement sur dividende (3,9 % dans ce cas-ci), si bien que le précompte pèse très lourd et que la ponction totale atteint 1,3 %. Finalement, ces deux trackers reviennent plus cher que notre préférence : Amundi ETF MSCI World (0,38 %).
Le même désavantage pénalise l’intéressant tracker Vanguard S&P 500 (0,6 % précompte compris). Son quasi-jumeau iShares S&P 500 A ne distribuant pas de dividende, il est très compétitif.

Attention

Ne voir que les frais et la fiscalité pour choisir un fonds serait une erreur. Il faut que la catégorie dans laquelle vous voulez investir offre suffisamment de perspectives. Inutile d’acheter, même à peu de frais, Vanguard FTSE Developed Europe alors que les actions européennes ne sont pas intéressantes (mieux vaut les vendre).
Enfin, même si les trackers de Vanguard sont des champions de l’alignement sur leur indice de référence, ce n’est pas suffisant pour concurrencer certaines sicav d’actions gérées activement qui, compte tenu du risque, font mieux que ces indices. Vanguard FTSE Japan doit s’incliner devant Aberdeen Global Japanese Equity A2 JPY.

 

Partagez cet article