Analyse
Investir en Afrique où la croissance explose ? il y a 3 ans - vendredi 18 octobre 2013

Alors que chez nous la croissance stagne, en Afrique elle explose. Mais il y a des différences énormes d’un pays à l’autre et les problèmes structurels sont considérables.

Le continent est réservé aux audacieux. Car si son sous-sol est riche en matières premières, les Etats souffrent de la faiblesse de leur système financier, de problèmes de corruption, d’instabilité politique, etc. Les sicav qui s’y spécialisent disponibles offrent bien peu, surtout si on tient compte du risque.

 

Choix limité

Les gestionnaires de sicav d’actions africaines s’intéressent surtout aux places boursières suffisamment liquides. Car les Bourses locales sont peu sophistiquées, le volume des transactions limité et l’écart entre prix d’achat et de vente donc parfois très important. Elles se focalisent ainsi sur l’Afrique du Sud, le Nigéria, le Maroc et l’Egypte. Les autres petites acceptables (Kenya, Zimbabwe, Togo…) n’ont qu’un poids limité dans les portefeuilles. L’opportunité d’un placement en Afrique dépend donc de la santé de ces quatre grands pays.

 

Afrique du Sud
Le potentiel du pays est énorme mais la situation économique peu reluisante : croissance de moins de 2 %, chômage de 25 %, corruption endémique, balance courante déficitaire, de sorte que le pays dépend de capitaux étrangers. Cela pèse sur la devise (le rand) : elle a perdu 18 % par rapport à l’euro depuis le 1er janvier mais pourrait être moins chère encore du fait de l’inflation. Les sicav spécialisées misent jusqu’à 50 % de leur avoir sur la Bourse de Johannesbourg, la plus importante du continent et la seule qui apparaisse dans les grandes sicav de pays émergents. Ces dernières années, Johannesbourg a fait mieux que les Bourses des autres pays émergents, mais elle est chère et volatile.

 

Nigéria
Grâce au pétrole, c’est une des économies les plus dynamiques d’Afrique (croissance de plus de 6 % au deuxième trimestre). Le pays est peu endetté (18 % du PIB) et ses comptes ne sont pas déficitaires. Mais le gouvernement est miné par la corruption, ne peut contrôler la violence et le chômage (20 %) et souffre de problèmes d’infrastructure et de justice. La Bourse ne cesse d’y progresser. Elle est devenue fort chère et repose pour plus de 40 % sur des valeurs financières. Vu l’instabilité politique et sociale, son risque est démesuré.

 

Maroc
La croissance était de 4,2 % au troisième trimestre et devrait être de 5 % dès l’an prochain grâce aux relations du pays avec la zone euro. Mais cette croissance est due pour une part à une dette élevée (60 % du PIB) et aux subsides accordés à certains secteurs. La devise, le dirham, est liée à un panier dans lequel l’euro joue un rôle dominant et fluctue donc peu par rapport à l’euro. Mais elle rend les produits marocains chers par rapport aux autres devises de la région, de sorte que les entreprises internationales ont de plus en plus tendance à délaisser le Maroc. La Bourse de Casablanca, au plus bas depuis 2006, est une des moins chères du continent. Ce n’est pas une raison pour y investir. La situation de la région reste instable et les autorités locales doivent encore prouver qu’elles peuvent tirer parti de l’amélioration du climat.

 

Egypte
L’instabilité ne suscite guère l’enthousiasme des investisseurs. Mais le pays a pourtant dégagé une croissance de 2,2 % au premier trimestre, grâce à la consommation domestique. Si la situation politique et sociale se normalise, la croissante pourrait être de 4 à 5 % (mais on n’en est pas là). Depuis juin, la Bourse du Caire a gagné 20 % et le tracker Market Vectors Egypt ETF 28 .

 

 

SICAV ET TRACKERS INVESTIS EN AFRIQUE

 
Part du portefeuille investie
fin septembre en…
Rendements fin septembre
(en  %)
Afrique
du Sud
Egypte
Nigéria
Maroc
Depuis le
01/01/2013
Depuis
1 an
Depuis
3 ans
Depuis
5 ans
Market Vectors Africa Index (tracker)
25%
25%
15%
10%
-7,0
-5,7
0,7
0,9
JPMorgan Africa Equity
55%
25%
1%
-3,4
0,2
3,0
Lyxor ETF Pan Africa (tracker)
40%
10%
10%
-21,8
-27,3
-11,7
Templeton Africa Fund
25%
10%
35%
2,4
5,9

Partagez cet article