Analyse
Notre portefeuille de sicav en janvier il y a 3 ans - vendredi 14 février 2014

Une fois de plus, la diversification s’est révélée payante.

En janvier, notre portefeuille de profil neutre, avec un horizon de 10 ans, a souffert des faiblesses des actions mais ne perd que 0,8 % grâce aux bonnes prestations obligataires. Son rendement annuel moyen s’élève à 11,1 % sur un an, à 7,6 % sur trois ans, 12,5 % sur cinq ans et 7,2 % sur dix ans.
Vous pouvez désormais consacrer 5 % de votre portefeuille aux sicav d’obligations en real brésilien, devise qui offre des taux élevés et a tant chuté qu’elle est devenue bon marché par rapport à l’euro. Optez pour
HSBC GIF Brazil Bond (distribution).

 

Pour investir en real, vous pouvez vous défaire d’une partie de vos liquidités (portefeuille défensif et neutre) ou vendre vos sicav d’obligations en couronne suédoise (portefeuille dynamique). Nous opérons des changements du même genre dans nos portefeuilles à cinq ans et vingt ans. Plus de détails.

 

Les sicav obligataires limitent les dégâts

Le mois dernier, ce sont les sicav obligataires qui ont permis à nos portefeuilles de ne pas s’enfoncer trop. Même si l’euro a fait preuve d’une belle résistance, les devises dans lesquelles nous investissons ont fait mieux encore. Le dollar américain (+2,2 %) et le franc suisse (+0,3 %) ont profité de leur statut de valeur refuge. Combiné à la baisse des taux obligataires (qui ont boosté les obligations dans les portefeuilles de sicav), cela explique pourquoi Dexia Bonds USD Government et KBC Renta Swissrenta ont gagné du terrain. Les taux obligataires ont reculé suite au transfert massif des actions vers les obligations. Une migration qui a fait monter les cours obligataires. Pour la partie obligataire, continuez à miser sur les sicav qui investissent dans des devises à potentiel et/ou assorties de taux d’intérêt élevés. C’est à cette dernière catégorie qu’appartiennent les obligations en real brésilien.

 

Les actions dans le rouge

Les sicav d’actions mondiales ont cédé quelque 2 % le mois dernier. Les problèmes dans les pays émergents (ralentissement de la croissance en Chine) ont fait douter les marchés quant à la durabilité de la reprise mondiale, entraînant des prises de bénéfices.

 

Notre conseil

2014 devrait être un bon cru boursier, malgré le démarrage mitigé. La réduction progressive de l’endettement américain est en bonne voie et les chiffres économiques ainsi que les résultats de sociétés sont prometteurs. Vendre n’est pas à l’ordre du jour.
Ce sont surtout les pays émergents qui ont bu la tasse en janvier. Fidelity China Focus A a cédé 4,7 %. Mais ne délaissez pas les actions chinoises. Le pays est en pleine révolution économique (passage d’une économie exportatrice vers une économie de marché) et a les moyens de son ambition. Les Bourses locales ne sont pas chères et comportent un grand nombre de sociétés cycliques, qui profiteront du renouveau.
Du côté des sicav d’actions américaines, Threadneedle American EUR a perdu 1,7 % mais Wall Street reste une composante importante de tout portefeuille. L’économie s’améliore et la Bourse reste bon marché.

Partagez cet article