Analyse
Sicav : consultez la documentation ! il y a 3 ans - jeudi 17 avril 2014

Il est très difficile de savoir quel est le portefeuille ou la stratégie d’une sicav sur la base de sa seule dénomination.

La dénomination ne dit pas tout. Consultez toujours la documentation officielle, p. ex. le document d’information clé pour l’investisseur (KIID pour Key Investor Information Document), le prospectus ou la fiche technique.
Notez les codes
ISIN pour ne pas confondre les versions.
En cas de doute, appelez notre
contact center.

 

Cherchez l’info

La dénomination d’une sicav peut être assez informative. En règle générale, elle comprend le nom de l’émetteur (ING, KBC…), souvent suivi du nom compartiment (p.ex Equity World pour les actions mondiales). Mais parfois, elle est vague. Si Petercam L Equities Opportunity mise sur les actions (= equities), on ne dit pas lesquelles. Et si Skagen Global investit à l’échelle mondiale (= global), on ignore si c’est en actions ou en obligations. Et Contrarian Equities at Work? Avec une telle dénomination, on se doute que le portefeuille n’est pas banal, mais on ignore s’il s’agit d’actions mondiales, européennes… et ce que signifie exactement le mot «contrarian». Enfin, il y a des dénominations opaques (Robeco, Universal Invest Quality Growth...). Investissent-elles en actions ? En obligations ? Dans les deux ?
Pour les actions, vous avez le choix entre grandes et petites actions, entre actions de croissance et actions de rendement, mais ces différences ne se retrouvent pas toujours dans la dénomination. Pour une même sicav, il existe souvent des variantes de devises, avec ou non couverture du risque monétaire, etc. Ainsi BGF Global Government Bond A2 USD investit certes mondialement (= global) en emprunts (= bonds) d’Etat (= government). Mais le nom ne dit pas que les gestionnaires sont couverts contre le risque de change et que dès lors les performances sont plus proches de celles d’une sicav obligataire en dollars que de celle d’une sicav en obligations internationales.
Il appartient donc à l’investisseur de chercher l’info. Faites-le systématiquement.

 

Belgique

Certes, il n’y a pas chez nous de réglementation précise sur le rapport entre dénomination et portefeuille, mais les gestionnaires ne peuvent pas tout se permettre. La FSMA contrôle si la dénomination correspond à la stratégie et peut exiger que l’émetteur soit plus explicite dans la dénomination des sicav disposant du passeport européen.

 

USA

Aux USA, lorsque la dénomination d’une sicav comprend un type de placement, p. ex. «actions européennes», il faut que 80 % au moins du portefeuille soient investis dans cet actif. Cette règle a été introduite en 2001 lorsqu’il a été constaté que certains investisseurs étaient abusés par des noms reflétant trop peu la réalité.

Partagez cet article