Analyse
Gestion de portefeuille : audace payante ? il y a 2 ans - mercredi 14 janvier 2015

Et si la meilleure stratégie de gestion de portefeuille, surtout alors que les incertitudes économiques et politiques foisonnent, reposait sur l’audace ?

Nous croyons en tout cas à la possibilité, pour un coût et un risque réduits, de portefeuilles différents, diversifiés et personnalisés.
En 2014,
notre portefeuille neutre à 10 ans vous a permis d’engranger un rendement de 11,2 %. En moyenne, son rendement est de 9,6 % par an sur 5 ans et de 7 % par an sur 10 ans. 

 

Ceux d’entre vous qui suivent l’évolution de nos portefeuilles sont peut-être surpris.
Le portefeuille neutre (moyennement risqué) à 10 ans contient autant d’actions sud-africaines (5 %) et indonésiennes (5 %) réunies que d’actions américaines (10 %) et son premier poste (15 %) est constitué d’actions britanniques. Sans compter que les actions de la zone euro en sont absentes. Tout ceci ne correspond évidemment pas à l’importance relative de ces postes sur les marchés mondiaux.

Et alors ?

Contrairement à la croyance généralement admise, l’allocation d’actifs mondiale, qui repose sur les principales Bourses de la planète (Etats-Unis, Europe et Japon) et qui sert de référence aux adaptations de nombreux gestionnaires de fonds, n’est a priori parée d’aucune vertu particulière. Au contraire. S’y conformer largement revient souvent à adopter, en achetant certains actifs déjà chers, un comportement moutonnier pouvant déboucher sur des bulles. Or, trop souvent, les fonds diversifiés mondialement, et qui s’adressent aux épargnants les plus modestes, adoptent cette attitude. Ce faisant, ces gestionnaires ont d’abord en tête leur propre protection. En effet, si l’économie mondiale tourne mal, qui va leur reprocher de ne pas s’être trop écarté de l’indice mondial ? Et si l’évolution économique est positive, ils peuvent toujours espérer se démarquer de leurs concurrents par les corrections timides apportées à leur allocation. Mais l’investisseur, lui, ne reçoit alors le plus souvent qu’un service médiocre…

 

Partagez cet article