Analyse
Les Chinois ont-ils perdu la tête ? il y a 2 ans - mercredi 29 avril 2015

La Chine offre un étrange spectacle depuis plusieurs semaines : les indicateurs économiques sont mitigés et la croissance ralentit, mais la Bourse s’envole.

Les actions chinoises peuvent toujours représenter 10 % de votre portefeuille, mais avec plus de prudence. Ne tentez pas de prendre le train en marche, mais plutôt de profiter de corrections, via la sicav d’actions Fidelity China Focus A EUR.
Si vous la détenez déjà, prenez partiellement votre bénéfice pour éviter qu’elle ne prenne un poids trop important dans votre avoir investi.

 

Ralentissement de la croissance

Après avoir raté en 2014 l’objectif de croissance de 7,5 %, la Chine l’a réduit cette année à 7 %. Et si, au 1er trimestre, elle a atteint cette cible, il sera difficile de la confirmer pour l’ensemble de l’année. Le ralentissement de la croissance sera plus rapide que prévu. Les politiques en place depuis 2009 pour pallier la fin du boom du commerce mondial sont devenues plus dangereuses qu’efficaces. En favorisant le crédit pour relancer l’économie, la Chine a fait exploser l’endettement des agents économiques, mais aussi des pouvoirs locaux. Et si la croissance du crédit a déjà été réduite de moitié par rapport à son pic, la dynamique est trop rapide pour stabiliser l’endettement. Or, moins de crédits signifie moins d’investissements, moins de consommation et moins d’activité économique. Particulièrement dans le secteur de la construction qui, après avoir enregistré des hausses annuelles jusque 20 %, devrait stagner, si pas reculer.

 

Euphorie boursière

Les Bourses chinoises se sont récemment distancé des développements conjoncturels. Depuis un mois, elles s’enflamment et enregistrent leur plus beau rebond depuis huit ans. Cela s’explique par le fait que les autorités ont ouvert les marchés boursiers aux particuliers, provoquant ainsi une ruée vers les actions. Fin mars, un nouveau record a été établi, avec l’ouverture de 1,7 million de comptes-titres par des Chinois. La flambée des cours est bien accueillie et même entretenue par les autorités. Si elles ont mis des restrictions au mécanisme qui permet d’investir en empruntant, elles ont aussi assoupli leur politique monétaire pour relancer le crédit ! En engendrant un optimisme utile pour occulter le retournement immobilier et les difficultés économiques, le boom boursier est une bonne nouvelle pour les dirigeants chinois. Par contre, la ruée des particuliers vers les actions change complètement le visage de la Bourse chinoise, désormais quelque peu délaissée par les investisseurs étrangers.

 

Plus de risques, moins de rendement

Les actions chinoises passent peu à peu des mains des étrangers vers les chinois, de toutes classes sociales. Mais les Chinois cherchent des gains à court terme. Plus de 80 % d’entre eux font au moins une transaction par mois. Ils n’ont pas de stratégie à long terme, mais sont plutôt des joueurs. Il faut donc s’attendre à une volatilité accrue. D’autant que les actions chinoises voient leur attrait s’éroder, parallèlement au repli du potentiel économique du pays. Aujourd’hui développée, la Chine n’a plus le même potentiel d’économie émergente qu’auparavant. Les excès du passé pèseront sur sa croissance future. Et à moyen terme, avec le vieillissement de la population et le recul de la population active, la Chine perdra l’avantage de son abondante main-d’œuvre bon marché.

 

Partagez cet article