Analyse
Fonds d’obligations et hausse des taux il y a 2 ans - jeudi 21 mai 2015

Toute hausse de taux implique une baisse (temporaire) de la valeur des fonds d’obligations. Comment réagissent les gestionnaires ?

Certes, les taux ne montent pas encore. Mais lorsque cela arrivera, vous le sentirez dans vos fonds d’obligations. Car vu que les obligations du portefeuille donnent alors un coupon plus faible que celles nouvellement émises, leur prix doit baisser pour les rendre attrayantes. Cette baisse de prix se répercute sur la valeur d’inventaire des fonds. Heureusement, les gestionnaires ne restent pas les bras croisés.

 

Que fait le gestionnaire ?

Pour faire face à la hausse des taux, le gestionnaire ne peut pas simplement se débarrasser de toutes ses obligations. Il va toutefois limiter les dégâts autant que possible, en recourant à certaines techniques, dans les limites autorisées par ce que mentionne son prospectus.
– Limiter la sensibilité
Toutes les obligations ne sont pas égales devant une hausse des taux.
Les obligations de courte durée baissent moins que celles de longue durée.
Les emprunts d’entreprises sont moins sensibles aux taux que les emprunts d’Etat.
Le gestionnaire peut donc adapter son portefeuille en conséquence.
– Produits dérivés
A l’aide d’options, de futures, de swaps…, un fonds peut se couvrir contre toutes sortes de risques. La sensibilité aux taux peut ainsi être artificiellement abaissée.
– Réduire le poids des obligations
Le poids des obligations dans le fonds peut être réduit au profit du cash (qui ne comporte pour ainsi dire aucun risque lié aux taux) ou au profit des actions (dans les fonds mixtes).
– Tricher
Un gestionnaire peut décider d’ajuster son marché de référence ou de modifier son prospectus. De quoi lui permettre de réduire le poids des obligations ou d’investir dans d’autres (des obligations à haut rendement ou convertibles).

 

Retour à la rentabilité

Un fonds obligataire se compose de centaines d’obligations qui viendront tôt ou tard à échéance. Dans un contexte de hausse des taux, les obligations en portefeuille seront continuellement remplacées par d’autres, plus rentables. Et le portefeuille s’adaptera lentement mais sûrement au nouvel environnement. Les pertes subies sous l’effet de la hausse des taux font mal, mais sont donc, par nature, temporaires.

 

Partagez cet article