Analyse
Investir sans frontières avec un fonds d’actions internationales il y a 2 ans - jeudi 11 juin 2015

Le choix est vaste mais il y a à boire et à manger.

Les fonds d’actions internationales permettent de se constituer d’un seul coup un portefeuille d’actions largement diversifié, pour autant que vous acceptiez de vous passer de l’argent investi pendant cinq ans au moins et que vous ne craigniez pas les fluctuations.

 

ACHETEZ NOTAMMENT :
ISHARES CORE MSCI WORLD
Coté en Bourse est géré par BlackRock, il suit de près l’évolution du MSCI World, en réduisant au minimum ses frais. Son portefeuille compte 1 588 actions et la plus représentée ne pèse que 2 %.
APHILION Q² EQUITIES
Constitué de 80 actions (40 % aux USA, 30 % de la zone euro, 10 % au Japon), choisies selon un modèle mathématique. La constance des (bonnes) prestations compense les fluctuations et les frais plus élevés que la moyenne.
ROBECO BP GLOBAL PREMIUM
Les banques, la technologie et la santé sont les piliers de ce fonds, avec 50 % aux USA, 10 % au Royaume-Uni et 10 % au Japon. Excellents résultats depuis 2008 et fluctuations inférieures à la moyenne.

 

Pour d’autres conseils, utilisez notre sélecteur de fonds.

 

Tous différents mais…

Sur les 350 fonds de ce type commercialisés chez nous, si l’on tient compte de toutes les variantes (devise, capitalisation, distribution…), ce sont plus d’un millier de fonds qui vous sont proposés. Sans compter les trackers….
En théorie, leurs gestionnaires peuvent s’intéresser à des milliers d’actions cotées sur des centaines de marchés différents. Pourtant, on trouve des points communs entre tous ces fonds. Car la plupart pêchent dans un vivier où l’on retrouve quasi toujours les mêmes gros poissons (Exxon Mobil, BP, Total, Citigroup, Barclays, Apple, Microsoft, Merck, Roche, Bayer…). Ces valeurs sont faciles à vendre et à acheter à un prix correct. Le fait que la plupart des gestionnaires utilisent les mêmes indices de référence (le MSCI World ou le Dow Jones Global par exemple) accentue encore les similitudes.

 

Poids lourds

Proportion des grands marchés mondiaux dans les portefeuilles (fin mai 2015) :
1. Etats-Unis (45 %)
2. Royaume-Uni (10 %)
3. Japon (10 %)
4. France (5 %)
5. Allemagne (5 %)
Dans la suite du classement : Suisse, Canada et Chine.

 

Ne pas acheter un chat dans un sac

Même si la plupart de ces fonds s’intéressent aux mêmes grandes valeurs, les différences peuvent être conséquentes.
Cela va du choix du pays (un peu, beaucoup ou pas du tout de pays émergents p. ex.), à celui des actions (rien que des grandes valeurs ou quand même de plus petites) en passant par le choix de la devise (et la couverture du risque de change).
Avant d’investir, lisez le prospectus et la fiche technique.
Les différences se reflètent dans le rendement. Robeco BP Global Premium Equities D EUR a généré ces cinq dernières années un rendement annuel moyen de 16,8 % alors que son concurrent Universal Invest - Quality Growth BC n’a guère proposé plus de 5,3 %. Le tracker iShares Core MSCI World, qui se contente de suivre l’indice MSCI World, a gagné 14,3 % par an et fait ainsi mieux que 85 % de ses concurrents !
En matière de fluctuations, il y a aussi de grandes différences. Les soubresauts de TreeTop Sequoia Equity (qui a un faible pour les valeurs indiennes) sont deux fois plus importants que ceux de BL Equities Dividend B (qui s’est couvert partiellement contre la volatilité des marchés et offre un risque sur le dollar inférieur à la moyenne).

Partagez cet article