Analyse
Des trackers pour vous protéger en cas de krach ? il y a 2 ans - mercredi 25 novembre 2015

Les short trackers vous promettent de grimper de manière fulgurante lorsque les Bourses s’effondrent. Faut-il les croire ?

Une chose est sûre : un short tracker n’est pas un placement à long terme. Il est réservé aux spéculateurs très actifs qui suivent les marchés de près.
Nous les jugeons DANGEREUX et les déconseillons catégoriquement.

 

Définition

Le short tracker ou inverse tracker suit l’évolution d’un indice et vise à obtenir chaque jour le rendement inverse de celui-ci. On le reconnaît au terme "short" ou "bear" présent dans son nom.

 

Exemples

Amundi ETF Short Euro Stoxx 50 Daily UCITS ETF
Lyxor CAC 40 Daily Double Short UCITS ETF
(ce dernier vise même deux fois l’évolution quotidienne inversée du CAC 40 !).

 

Pas sans risque

En 2008, l’indice des 40 plus grandes actions françaises a perdu 40 %. Et le tracker Lyxor a effectué un bond fantastique de 83 %. Une excellente nouvelle pour ceux qui détenaient alors le tracker… et l’ont ensuite vendu !
Car si depuis janvier 2009, l’indice français a pratiquement doublé, le tracker a perdu 92 % !. Depuis début 2008, le tracker Lyxor affiche donc un recul de 85 % contre un gain de 18 % pour la Bourse.
La hausse des Bourses a donc tendance à rogner sévèrement le rendement de ces trackers.

 

Pour bien réagir en cas de krach

Un krach boursier est par définition inattendu et peut survenir dans bien des circonstances. On s’y trouve empêtré avant de se rendre compte de son existence.
Comment réagir du mieux possible ?
Découvrez-le dans le dossier que nous y avons consacré dans notre publication mensuelle de novembre 2015 (pages 8 à 11). 

 

Partagez cet article