Analyse
Notre portefeuille : +5,3 % en 2015 il y a un an - vendredi 8 janvier 2016

Ces 3 dernières années, notre portefeuille vous a rapporté 10 % par an ! Sur 10 ans, son rendement annuel moyen est de 5,9 %.

En 2015, les actions japonaises ont été au top dans notre portefeuille. Les brésiliennes y ont tenu la lanterne rouge. Pour 2016, le focus reste placé sur les actions. Nous ajoutons les actions canadiennes à notre liste d’achats et modifions notre position pour les actions britanniques.

 

Bienvenue au Canada

Nous investissons désormais 5 % en actions canadiennes via le tracker iShares MSCI Canada UCITS ETF. Car la Bourse de Toronto est bon marché et le dollar canadien a un beau potentiel face à l’euro. Cet achat est financé par le bénéfice que nous prenons sur la vente de la moitié de nos actions japonaises, qui se sont très bien tenues l’an dernier (de +20 à +30 % selon le fonds conseillé).

 

Actions anglaises : changement

Nous n’achetons plus le fonds SISF UK Opportunities. Depuis le rachat du fonds Cazenove UK Equity EUR B et depuis, surtout, la démission inattendue (en 2014) du manager vedette Julie Dean, ce fonds ne parvient plus à faire mieux que son indice sous-jacent (il réussit cependant encore à faire aussi bien, de sorte que notre conseil est encore de conserver). Quant au fonds Invesco UK Equity A, nous en conseillons toujours l’achat.

 

Revoir vos positions ?

En ce mois de janvier 2016, notre portefeuille n’a plus la même allure qu’il y a un an. Car ses postes fluctuent au gré des marchés. Et de nouveaux investissements prennent la place d’autres. En 2015, nous y avons introduit des avoirs immobiliers (novembre, +0,9 % depuis l’achat) et nous avons quitté les obligations en franc suisse (février, -6 % depuis la vente), en dollar américain (juin, -0,3 %) et en couronne danoise (juin, -3,4 %), ainsi que les actions mexicaines (juin, -12,6 %).
Le moment est donc venu de voir si votre portefeuille correspond toujours à nos indications et est toujours bien adapté à votre horizon de placement et à votre profil de risque.

Partagez cet article