Analyse
La hausse des taux fait mal aux sicav obligataires il y a 6 mois - jeudi 16 février 2017
Faut-il les vendre ? En profiter pour en acheter à bon prix ?

En janvier, les sicav d’obligations dont l’échéance est comprise entre 3 et 7 ans ont reculé de 1,6% en moyenne. Les sicav spécialisées dans les obligations de plus longue durée ont affiché une baisse de 3,8%. Restez à l’écart ou vendez.

Les taux grimpent, les prix chutent

En janvier, les taux belges à 10 ans ont grimpé de 0,63% à 0,94%. Début septembre ils pointaient encore à 0,12%. Plus largement, ce sont les taux longs dans toute la zone euro qui s’apprécient.
Lisez notre récente analyse du marché obligataire.
La hausse des taux a un impact sur le cours des obligations existantes, qui baisse. De fait, les nouvelles obligations offrant des coupons plus élevés, les investisseurs ne veulent acquérir les anciennes obligations (au coupon moins élevé) que si leur prix est bradé. Cela affecte le cours des sicav qui possèdent ces obligations.

Restez à l’écart ou vendez

Alors que l’économie se porte mieux et que l’inflation fait son retour, la Banque centrale européenne est poussée à tempérer sa politique de taux faibles. Tout porte donc à croire que les taux obligataires grimperont encore, d’autant plus si on tient compte des incertitudes politiques. La hausse des taux devrait néanmoins rester modérée, au risque sinon de plomber l’économie. Quoi qu’il en soit, le terreau n’est pas fertile pour les sicav obligataires, dont les cours seront encore sous pression.

Il est trop tôt pour acheter de nouvelles obligations

Si les nouvelles obligations offrent des coupons un peu plus élevés, ils restent encore trop faibles. Parmi les alternatives sans risque, optez pour une bonne assurance-épargne.
Si vous acceptez de prendre du risque, un portefeuille de fonds d’actions bien diversifié offrira des perspectives de rendement plus séduisantes à long terme.

Partagez cet article