News

Vous travaillez en société ? Comment investir en fonds avec un avantage fiscal ?

il y a un mois - mercredi 20 février 2019
C’est possible avec les fonds RDT. Attention toutefois de ne pas vous laisser aveugler par les seuls avantages fiscaux.

Les fonds RDT (revenus définitivement-taxés) font bénéficier d’un avantage fiscal les dirigeants d’entreprise qui souhaitent investir en actions une partie des liquidités dont dispose leur société. Si vous n’avez pas de société, vous ne pourrez pas bénéficier de cet avantage. Quoi qu’il en soit, malgré leur fiscalité moins avantageuse, les fonds classiques sont souvent plus intéressants.

Moins intéressant

Investir via une société est devenu nettement moins intéressant depuis l’exercice fiscal 2019 (revenus de 2018). Si votre société encaisse des dividendes d’actions ou une plus-value lors de la vente de celles-ci, il faut payer sur ces revenus l’impôt des sociétés (Isoc).  C’est d’autant plus gênant que les moins-values ne sont pas déductibles. 
Il est possible d’échapper à cet impôt dans deux cas seulement : votre société doit détenir au moins 10% du capital de la société dans laquelle vous avez pris une participation ou le montant de cette participation doit être de 2,5 millions d’euros au moins. Ce n’est pas à la portée de tout le monde. 

La solution, les fonds RDT

Les fonds RDT distribuent chaque année 90% au moins de leurs revenus, dividendes ou plus-values. Tous ces revenus sont déjà taxés. Il n’y a donc pas de raison de passer une seconde fois à la caisse. Une société peut donc, via un fonds RDT, déduire de son bénéfice imposable 100% des dividendes et des plus-values qu’elle a perçus. De plus, en investissant via un fonds RDT, vous n’êtes pas tenu de respecter les deux règles citées plus haut (au moins 10% du capital, au moins 2,5 millions d’euros). C’est aussi simple que ça.  

Une vingtaine de fonds

Il y a déjà sur notre marché une vingtaine de fonds RDT. Le gros de la troupe investit en actions internationales ou en actions de la zone euro. Vous pouvez vous les procurer dans les grandes banques ou dans les banques privées comme Capfi Delen, Degroof Petercam et Van Lanschot. Ces fonds sont reconnaissables à la présence dans leur appellation des lettres « RDT ».

Sur la base de la composition de leur portefeuille, des frais qu’ils comptent et de la qualité de leur gestion, les fonds RDT les plus intéressants sont pour nous C+F Euro Equities, DPAM DBI-RDT Equities EMU (BE6270332586) et Value Square Business Holdings DBI-RDT (BE6304695834). Parmi les fonds les plus populaires, on citera notamment BNP Paribas B Invest Global Equity RDT (BE0164272511), Candriam business Equities EMU (BE0165341539) et KBC Equity Eurozone DBI-RDT (BE6299576080).

Attention aux points suivants

Si vous voulez investir en fonds RDT, faites attention aux points suivants : 
– ce type de fonds investit exclusivement en actions. Il faut donc disposer du profil de risque adéquat, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les dirigeants d’entreprise ;
– les portefeuilles des fonds RDT sont centrés sur les actions européennes et américaines. A nos yeux, ils ne sont pas suffisamment diversifiés. Ils n’investissent par exemple pas dans les pays émergents ;
– ne surestimez pas votre avantage fiscal. Comptez qu’il est de l’ordre de 1,2 à 2% selon votre situation personnelle et le rendement effectif du fonds que vous avez choisi. Le rendement net attendu des fonds classiques (non « RDT » donc) est souvent supérieur, malgré une fiscalité moins avantageuse ;
– beaucoup de fonds RDT sont de création récente et n’ont donc pas encore fait la preuve de leurs qualités de gestion ;
– pour beaucoup de fonds RDT il faut acquitter des frais d’entrée qui peuvent atteindre 2%. C’est cher, surtout si vous réinvestissez chaque fois vos dividendes. Un bon conseil : négociez ces frais d’entrée.

Pour qui ?

Du point de vue fiscal, les fonds DBI sont le choix le plus avantageux et le plus facile pour les dirigeants de sociétés qui veulent investir en actions une partie des liquidités dont ils peuvent se passer. Attention : il s’agit d’un placement à long terme (5 ans minimum). Sachez toutefois qu’il y a sur le marché des fonds classiques (non « RDT » donc) au potentiel plus élevé. Libre à vous de choisir : fonds RDT, fonds classiques ou une combinaison des deux. Surtout si vous voulez répartir votre avoir sur plusieurs gestionnaires de patrimoine.

Partagez cet article