Analyse
La semaine sur les marchés il y a 10 mois - vendredi 23 décembre 2016
Semaine calme à la veille des fêtes : peu d’échanges et faibles évolutions des indices par rapport à une semaine plus tôt. Mais la Belgique se montre active en matière d’offres d’achat.
La semaine sur les marchés

La semaine sur les marchés

LA TENDANCE DES MARCHES

– Certes, les indicateurs économiques publiés aux USA sont assez bons : la croissance du troisième trimestre est revue à la hausse et les revenus ainsi que les investissements sont en hausse. Mais cela n’a pas suffi à insuffler du rythme aux échanges.
– Le secteur des banques européennes a cédé 1,1%. Les banques italiennes ont évolué en fonction des annonces et rumeurs entourant leur santé financière. Les banques espagnoles ont quant à elles souffert de l’annonce de condamnations à rembourser des millions d’euros à des particuliers, pour un litige dans des crédits immobiliers.
– Le prix de l’or reste pénalisé par la hausse des taux longs (les investisseurs se tournent plus volontiers vers les placements offrant un intérêt) et par celle du dollar.

LES NOUVELLES DES VALEURS COTEES

Parmi les actions à acheter
– Ascencio a fait l’acquisition d’un centre commercial ouvert l’an passé à Genval ; l’opération est financée par la dette, ce qui porte l’endettement à 45%. L’acquisition contribuera immédiatement au bénéfice et fait croître de 5% la valeur du portefeuille.
– Euronav est soulagé : ses 2 plates-formes de stockage détenues en joint ventrue avec International Seaways et exploitées par Maersk, seront reprises entre juillet et septembre 2017 par Total (le contrat de Maersk n’est pas renouvelé). La contribution sera plus basse mais c’était attendu. Dans l’immédiat, la vigueur des tarifs du fret promettent une belle fin d’année.
– Exmar a signé son accord avec le néerlandais Vopak pour la reprise progressive des quatre bateaux plates-formes de regazéification détenus par Exmar à 50%. On ignore encore le calendrier exact et le montant de l’opération. Mais, à terme, cela permettra de mieux révéler la valeur du groupe et cela libérera des moyens pour de nouveaux projets.
– Gimv vend sa participation dans la société belge Multiplicom et dans l’américaine Agilent Technologies. La transaction devrait être bouclée au 1er trimestre 2017. La vente n’a qu’un impact limité sur la valeur intrinsèque de Gimv. Mais pendant toute sa période de détention, la participation a offert un rendement bien supérieur au rendement moyen à long terme normalement dégagé par Gimv.
– Qrf élargit son portefeuille avec l’acquisition de deux magasins à Anvers, qu’il paie avec de nouvelles actions; le portefeuille dépasse ainsi à présent le cap des 250 millions d’euros.

Parmi les actions à conserver
– Bank of America poursuit son recentrage sur les actifs sur lesquels elle peut bâtir sa croissance : elle vend à Lloyds Banking Groupe ses actifs britanniques dans les cartes de crédit MBNA. Une opération à finaliser au premier semestre 2017 et qui se fait à un bon prix. L’impact sur le bénéfice sera négligeable.
– BP tente de rattraper le retard dont il souffre face à ses concurrents en matière de croissance de sa production (retard accusé suite à la catastrophe du golfe du Mexique en 2010); il conclut pour cela divers partenariats (en Afrique de l’Ouest, à Abou Dhabi).
– Cofinimmo poursuit sa croissance dans les établissements de soins, avec l’acquisition d’un centre en Allemagne (Brühl) et de deux autres aux Pays-Bas (Tilburg en Uithoorn).
– Delta Lloyd accepte à présent l’offre de NN Group, laquelle a certes été relevée, mais très peu seulement (5,40 au lieu de 5,30 EUR par action). Ce prix reste faible, mais vu qu’il est à présent accepté par Delta Lloyd, il y a peu de chances d’avoir une offre supérieure. Toutefois dans l’attente du lancement concret de l’offre (en 2017), conservez vos titres, car on ne peut malgré tout jamais exclure que surgisse un chevalier blanc.
– Ontex poursuit sa stratégie d’acquisition sur les marchés en croissance, pour compenser les difficultés des marchés matures : il va racheter les activités d’hygiène personnelle d’Hypermarcas (langes ; Brésil). De quoi faire grimper de 17% son chiffre d’affaires annuel. L’impact sur les marges sera minime. Pour la suite l’endettement du groupe limitera toute autre opération de même nature. Mais la croissance bénéficiaire 2017 sera boostée.
– Sioen réalise sa quatrième acquisition de l’année : celle du finlandais Verseidag Ballistic Protection, actif dans le segment des gilets pare-balles etc., où Sioen est déjà présent. De quoi faire du belge un des acteurs européens les plus importants du secteur, avec une large gamme de solutions.

Parmi les actions à vendre

– Aedifica va acquérir son 100e établissement pour seniors (à Utrecht, aux Pays-Bas).
– Danone avertit que la croissance de son chiffre d’affaires 2016 sera légèrement inférieure à sa prévision, mais maintient son objectif d’amélioration de sa marge. En cause : le recul des ventes de produits laitiers frais en Europe (comme d’ailleurs au troisième trimestre). De quoi peut-être manquer les objectifs fixés pour 2020.
– Telenet offre 400 millions d’euros pour s’offrir le câblo-opérateur SFR BeLux (115 000 clients), de quoi faire de lui le plus grand câblo-opérateur de Bruxelles (13 communes sur 19) et prendre pied en Wallonie (7 communes du Hainaut) et au Grand-Duché de Luxembourg. Mais si l’acquisition a une réelle valeur stratégique, les synergies qu’elle permet sont limitées, son prix est élevé et elle fait grimper encore un endettement déjà conséquent.
– VGP annonce deux grands accords en Espagne : l’acquisition à Barcelone d’un centre commercial (et des terrains attenants) de la chaîne de mode Mango, ainsi que des terrains à bâtir pour de futurs développements, non loin de l’aéroport de Madrid.
– Zetes est racheté à 51% par le japonais Panasonic; le reste des actions fera l’objet d’une offre (54,50 EUR par action en cash). Le prix est très correct de sorte qu’une contre-offre est peu vraisemblable. Si le cours s’approche du prix de l’offre, vendez vos actions (mais si vous les avez achetées il y a moins de 6 mois, ne vendez pas avant le 1er janvier, pour éviter la taxe sur la spéculation).

 

Partagez cet article