Analyse
Quel effet la hausse des taux a-t-elle sur la valeur des obligations ? il y a 6 ans - mercredi 23 février 2011

Les taux sur les obligations d’Etat ont clairement le vent en poupe depuis quelques mois, et ce pratiquement partout. Quel est l’effet de cette hausse sur le cours des obligations existantes ?

Hausse des taux…

En Belgique, les taux d’Etat à 10 ans, la référence pour différents produits financiers, sont passés en quelques mois de 3 à 4,25 %. Plusieurs facteurs expliquent cette hausse : reprise économique, augmentation de l’inflation et craintes quant à l’endettement élevé de l’Etat. L’augmentation des taux obligataires n’est cependant pas propre à la Belgique. Les taux sont en effet aussi clairement orientés à la hausse dans d’autres pays européens comme l’Allemagne et la France.

… baisse des cours

Ceci n’est pas sans conséquences pour les obligations que vous détenez déjà en portefeuille. Car qui dit hausse des taux d’intérêt, dit en effet aussi mécaniquement baisse du cours des obligations existantes. Si les taux montent, les nouvelles obligations s’adaptent aux conditions du marché et offrent des coupons plus généreux que les obligations émises précédemment, lorsque les taux étaient alors moins élevés. Or, le coupon des obligations émises dans le passé ne peut pas être revu à la hausse. Et pour convaincre les investisseurs d’acheter encore malgré tout les obligations existantes, il n’y a qu’une seule solution : abaisser le prix.

Imaginons que vous veniez d’acheter une obligation d’une durée de dix ans, qui offre un coupon de 3 %. Subitement, les taux d’intérêt passent à 4 %. Les investisseurs n’accepteront logiquement d’acheter votre obligation que si vous consentez à leur accorder une réduction sur le prix. En l’occurrence, si la valeur de remboursement de l’obligation à l’échéance s’élève à 100 EUR, le prix qu’ils accepteront de payer aujourd’hui s’élèvera à environ 91,90 EUR. Le coupon s’élèvera certes toujours à 3 %, mais 3 % de la valeur de remboursement de l’obligation (100 EUR), soit 3 EUR. Or, en payant seulement 91,90 EUR l’obligation, le rendement du coupon sera du coup un peu plus élevé (3/91,90 = 3,26 %). Par ailleurs, ce ne sont pas 91,90 EUR qu’ils récupéreront à l’échéance, mais les 100 EUR prévus initialement. Ils réaliseront donc une plus-value sur le cours, ce qui portera finalement le rendement annuel moyen de leur investissement à 4 %, soit le même que celui qu’ils obtiendraient aujourd’hui en achetant une nouvelle obligation assortie d’un coupon de 4 %. CQFD.

Durée et coupons

Certaines obligations sont plus sensibles que d’autres à une hausse des taux. La sensibilité aux taux diminuera ainsi progressivement à l’approche de l’échéance de l’obligation. Ou inversement : elle augmentera avec la durée de l’obligation. Si votre obligation est encore éloignée de 5 ans de son échéance, vous pourrez bénéficier moins rapidement de la hausse des taux sur les nouvelles obligations que si votre obligation n’était plus qu’à un an de son échéance. Le cours de l’obligation à cinq ans sera dès lors davantage sanctionné.

Sans entrer trop dans les détails, nous pouvons aussi dire que plus le coupon nominal sera faible, plus l’impact d’une hausse des taux sur le cours sera grand. Les cours des obligations sans coupon (zéro-coupon) sont ainsi plus sensibles que ceux des obligations à coupon fixe.

Concrètement

Cela fait un certain temps déjà que nous ne conseillons pratiquement plus d’acheter de nouvelles obligations en euro compte tenu de l’orientation à la hausse des taux. Aujourd’hui encore, même si les taux ont comme prévu augmenté, nous restons réticents à immobiliser de l’argent pendant une longue période. Nous estimons en effet que les taux vont encore augmenter et que de meilleures opportunités se présenteront alors.

La hausse récente des taux a certainement eu un impact sur le cours de vos obligations en portefeuille. Peut-être avez-vous déjà remarqué vous-même que la valeur actuelle était inférieure au cours auquel vous avez acheté. Pas de panique toutefois. L’investisseur obligataire qui conserve ses titres jusqu’à leur échéance récupère alors la totalité du montant investi.

Les sicav d’obligations subissent elles aussi la hausse des taux. La valeur d’une sicav ne reflète en effet jamais que la valeur des obligations en portefeuille. Et lorsque cette dernière baisse, le cours de la sicav baisse aussi. Mais les sicav n’ont pas d’échéance fixe et rien ne garantit donc à 100 % que l’investisseur récupérera sa mise de départ. Historiquement toutefois, les sicav obligataires ont en général effacé assez rapidement (après deux ou trois ans) les pertes consécutives à une hausse des taux. Plutôt rassurant.

 

Partagez cet article