Analyse
Nouvelles obligations il y a 6 ans - lundi 14 novembre 2011

Cette semaine, tout comme les semaines précédentes, notre panier d’achats obligataires reste désespérément vide. Les nouvelles émissions en dollar australien et néo-zélandais ne nous séduisent pas, pas plus que celle de la Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale en euro.

AUD et NZD : des devises chères

• BNP Paribas Fortis Funding propose une obligation en dollar australien (AUD) d’une durée de cinq ans, au rendement net de 5,29 %. Malgré le rendement relativement élevé, nous ne sommes pas intéressés, le risque de recul de la devise étant beaucoup trop important selon nous.
L’économie australienne continue d’afficher une bonne santé, mais cela est largement intégré dans le cours.
Si l’économie mondiale devait encore ralentir, l’Australie, dont l’activité économique est surtout axée sur l’exportation de matières premières, en serait certainement affectée.
La banque centrale pourrait alors envisager de nouvelles baisses des taux directeurs, non favorables à la devise.
Bref, mieux vaut rester à l’écart.
• En dollar néo-zélandais (NZD), Volkswagen Financial Services, la filiale financière du constructeur automobile allemand du même nom, émet une obligation d’une durée de trois ans, au rendement net de 4,09 %. Cette devise est également chère et offre de faibles perspectives.
N’achetez pas.



Euro : un rendement trop faible

La Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale (CADES) propose une obligation en euro d’une (courte) durée de deux ans, au rendement net de 1,52 %. L’excellente solvabilité de cette institution semi-publique française explique ce rendement peu élevé. Nous n’achetons pas. Mieux vaut vous tourner vers un compte d’épargne assorti de bonnes conditions.

 

Retrouvez ici les obligations les plus intéressantes.

Partagez cet article