Analyse
Nouvelles obligations il y a 5 ans - lundi 6 février 2012

Le marché obligataire continue de bien se porter, avec quatre nouvelles émissions cette semaine. Aucune d’entre elles ne nous séduit.

Euro : rendement faible ou durée trop longue

• Pour la deuxième fois en deux semaines, Institut Credito Oficial (ICO) émet une nouvelle obligation. L’institution semi-publique espagnole propose, sur une période de trois ans et demi, un rendement net de 2,86 %, alors qu’il y a deux semaines, elle offrait encore 3,1 % net sur son obligation à deux ans. Ce sont les tensions sur les marchés financiers internationaux et le recul conséquent des taux à long terme sur les obligations d’Etat espagnoles qui ont poussé ICO à émettre un autre emprunt. Il est clair que nous ne sommes pas intéressés. Vu le marasme économique dans lequel se débat actuellement l’Espagne, le risque lié à ICO est supérieur à la moyenne, et n’est pas suffisamment compensé par un rendement attrayant. Ne souscrivez pas.
• ABN Amro propose une obligation en euro d’une durée de dix ans, au rendement net 3,89 %. L’institution financière est aux mains de l’Etat néerlandais et sera vendue, au plus tôt en 2014, ou introduite en Bourse. L’excellente solvabilité de l’Etat néerlandais ne couvrira donc pas, selon toute vraisemblance, la durée entière de l’emprunt. Le risque pourrait augmenter ces prochaines années. Nous ne sommes donc pas prêts à immobiliser notre argent aussi longtemps pour un rendement somme toute limité. Le meilleur compte à terme offre sur la même période 3,5 % net environ.

 

AUD et NZD : devises trop chères

• Deutsche Bank London, la filiale de l’institution financière allemande dans la City, émet une obligation en dollar australien (AUD) d’une durée de cinq ans, au rendement net de 3,85 %. Nous trouvons que la devise australienne est trop chère, surtout depuis qu’elle a gagné près de 10 % face à la monnaie unique ces deux derniers mois. Le risque d’une rechute, relativement élevé, n’est pas compensé par le rendement offert. Ne souscrivez pas.
• Rabobank Nederland émet de nouveau une obligation en dollar néo-zélandais (NZD), d’une durée de trois ans, au rendement net de 3,02 %. Cette devise, qui a également fort progressé par rapport à l’euro, présente elle aussi un risque de rechute. Nous ne sommes pas acheteurs.

 

Si vous cherchez, une obligation cliquez ici

Partagez cet article