Analyse
Coupon élevé = obligation intéressante ? il y a 5 ans - jeudi 12 avril 2012

Une obligation de General Electric offre un coupon de 4,25 %. Une autre de HSH Nordbank, offre 1,875 %. Faut-il opter pour celle de General Electric ? Pas sûr.

Le coupon ne dit pas tout

Certes, le généreux coupon de General Electric est séduisant, dans une période de taux faibles, comme actuellement. Conséquence : la demande élevée de ces titres à coupon élevé fait grimper leur cours. L’obligation de General Electric se traitait ainsi début avril à 109,75 %. Cela signifie que, si vous achetez une coupure de 1 000 euros de cette obligation, vous débourserez 1 097,50 euros pour un titre qui, à son échéance, vous sera remboursé 1 000 euros. Cette différence entre le prix réel d’achat et le prix remboursé à l’échéance influence inévitablement le rendement du placement. D’autant que le coupon de 4,25 % est calculé sur la valeur faciale (1 000 euros) et non sur le prix réellement payé (1 097,75 euros). Compte tenu de ces éléments, le rendement réel de l’obligation de General Electric s’élève non pas à 4,25 % mais à 2,14 % (brut).
L’obligation émise par HSH Nordbank et son faible coupon (1,875 %) attirent beaucoup moins d’investisseurs. Son cours s’en ressent. Début avril, on pouvait l’acheter à 99,89 % de la valeur remboursée à l’échéance. Vu dès lors que la somme remboursée à l’échéance sera plus élevée que la somme investie, et compte tenu des coupons encaissés périodiquement, le rendement réel de ce titre est de 1,90 % (brut), soit un peu plus élevé que le coupon (1,875 %).

 

Tenez compte de la fiscalité

Les rendements réels de ces deux obligations sont donc moins différents que ce que laisse penser leur taux facial. Toutefois, l’obligation de General Electric (rendement de 2,14 %) semble certes toujours un peu plus intéressante que celle de HSH Nordbank (1,90 %).
Mais une fois de plus, les apparences sont trompeuses. Car il faut tenir compte de la retenue fiscale (précompte mobilier) sur le coupon encaissé. Un précompte qui est de 21 % (si vos revenus mobiliers ne dépassent pas 20 020 euros cette année et ne subissent donc pas la taxe supplémentaire de 4 %). Or, un précompte sur un coupon de 4,25 % est plus coûteux que sur un coupon de 1,875 %. Dans un cas, le fisc empoche 0,89 %, dans l’autre 0,39 %.
Dès lors, en tenant compte de la fiscalité, l’obligation de HSH Nordbank offre 1,50 % net, un rendement supérieur à celui de 1,29 % net offert par General Electric. Dans notre exemple l’obligation à faible coupon, mais cotant à un prix réduit, rémunère donc mieux l’investisseur.

 

Coupon, prix d’émission, fiscalité : chacun de ces éléments ne peut être considéré individuellement. Pour bien comparer, il faut se baser sur le rendement réel net.
Ceci dit, il ne faut pas toujours se jeter sur les obligations à rendement net élevé. Car, dans un certain nombre de cas, rendement élevé est signe de risque élevé (lié à la fiabilité de l’émetteur ou à la devise dans laquelle le titre est émis). Après avoir comparé les obligations sur la base de leur rendement réel net, il faut donc aussi, avant le choix définitif, les comparer en ce qui concerne le risque qu’elles renferment.

Partagez cet article