Analyse
Nouvelles émissions il y a 5 ans - lundi 30 avril 2012

Sur le marché obligataire, quatre nouvelles émissions vous sont proposées cette semaine. Mais seule l’obligation de Rabobank Nederland en couronne suédoise trouve grâce à nos yeux.

Couronne suédoise : toujours intéressante

Rabobank Nederland, très active sur le marché primaire ces derniers mois, dispose d’une bonne qualité de crédit. L’obligation en couronne suédoise (SEK) qu’elle propose, d’une durée de trois ans et au rendement net de 2,28 %, est intéressante selon nous. A titre de diversification uniquement : veillez à ce que vos obligations en SEK ne dépassent pas 5, 10 ou 15 % de votre portefeuille selon que votre profil d’investisseur est dynamique, neutre ou défensif. Plus votre profil est défensif, plus le poids en portefeuille peut être important. La SEK est bon marché par rapport à l’euro, tandis que la Suède ne connaît pas de crise de la dette et dispose de finances publiques saines, ce qui soutiendra la devise si la crise de la dette européenne devait encore s’aggraver.

 

Livre sterling : risque élevé de baisse de la devise

Le Conseil de l’Europe, organisation ayant pour but de favoriser l’intégration européenne, lance une obligation en livre sterling (GBP) d’une durée de quatre ans et demi, au rendement net relativement faible de 1,20 %. Nous ne sommes pas amateurs. Le risque, élevé, d’un recul de la livre n’est en effet pas suffisamment pris en compte dans la rémunération. Or, il est à prévoir que la politique de création monétaire, cause de taux d’intérêt très bas, pèse sur la livre.

 

Dollar néo-zélandais : trop cher

L’institution semi-publique allemande Kredit fur Wiederaufbau lance une obligation en dollar néo-zélandais (NZD) d’une durée de trois ans, au rendement net 2,31 %. Nous ne sommes pas intéressés : le risque d’un recul du dollar néo-zélandais, surévalué par rapport à l’euro, est relativement important. Si vous détenez encore des obligations dans cette devise, vous pouvez d’ailleurs profiter des cours élevés pour les revendre.

 

Euro : trop longue durée

L’Union européenne, en quête de capitaux dans le cadre de ses nombreux programmes d’aide, lance une obligation en euro d’une durée de dix ans, au rendement net de 2,21 %. Un chiffre beaucoup trop faible pour immobiliser votre argent pendant une si longue période. Ne souscrivez pas.

 

Partagez cet article