Analyse
Obligations : pourquoi un coupon court ? il y a 4 ans - mercredi 30 janvier 2013

Parmi les obligations que nous commentons, certaines sont assorties d’un coupon de courte durée. Pourquoi les émetteurs pratiquent-ils ainsi ?

Premier coupon

Pour la majorité des obligations, la date d’échéance correspond à la date d’émission, quelques années plus tard. La durée totale correspond à un nombre rond d’années. Le coupon est payé chaque année à cette date. Mais pour un certain nombre d’émissions, la date d’émission et la date d’échéance ne sont pas identiques et la durée est d’un certain nombre d’années, plus quelques mois. Le premier coupon ne porte pas alors sur une année entière, mais sur un certain nombre de mois. Les coupons suivants sont ensuite payés tous à la même date, correspondant à la date d’échéance.

Raisons techniques

Différentes raisons peuvent pousser un émetteur d’obligations à prévoir un coupon court.
– Parce qu’il souhaite que la date du coupon soit la même que celle d’un emprunt de référence (le plus souvent un emprunt d’Etat), pour pouvoir aisément comparer le taux de son emprunt aux taux du marché.
– Pour faire correspondre la date du coupon du nouvel emprunt avec celle des coupons d’autres emprunts existants du même émetteur. De la sorte, l’émetteur comprime le coût du paiement de ses coupons (les banques ne doivent intervenir qu’une fois) ou place le paiement à un moment de l’année plus favorable à sa trésorerie. De telles raisons ne concernent que de petits émetteurs qui n’ont que peu d’emprunts en cours. Pour les grands groupes qui ont des dizaines d’emprunts, la multiplication des dates de coupon n’a pas d’importance.
– Pour des raisons d’ordre comptable (l’émetteur préfère payer déjà des intérêts pendant l’exercice en cours).

Pour le rendement

Les raisons peuvent aussi être financières. Avant de lancer une obligation, l’émetteur et les banques chargées de l’opération s’interrogent sur le rendement que l’obligation offrira. Si l’émetteur a intérêt à payer le moins possible, il doit offrir assez pour que l’emprunt séduise. Il s’agit de trouver le bon équilibre. Le coupon court peut dès lors être un instrument pour modifier le rendement global. En percevant un premier coupon plus tôt, l’investisseur peut le réinvestir plus tôt et en retirer à nouveau un rendement. Certes, la différence est parfois minime, mais elle peut avoir un poids dans le succès de l’émission.

Et les coupons longs ?

Il arrive aussi que les émetteurs prévoient au contraire que le premier coupon soit versé plus d’un an après l’émission. Dans ce cas, le rendement global est défavorisé, puisque le détenteur ne peut disposer de sa première rémunération qu’avec un certain retard. Comme pour les coupons courts, les émetteurs peuvent procéder de la sorte pour des raisons comptables, de trésorerie ou liée au rendement qu’on souhaite donner à l’émission.

 

Partagez cet article