Analyse
Acheter une obligation après le coupon ? il y a 3 ans - jeudi 12 décembre 2013

N’est-il pas plus intéressant d’acheter une obligation juste après le paiement du coupon, de façon à ne pas devoir payer les intérêts courus ?

Oui. Mais il y a des exceptions.

 

Plus ou moins neutre

Avec une obligation offrant 3,60 % brut, pour 1 000 euros investis, on reçoit un intérêt annuel brut de 36 euros. Si on en achète pour 1 000 euros un mois avant le coupon, il faut payer au vendeur 11 mois d’intérêts courus (36 x 11/12), soit 33 euros, et donc débourser en tout 1 033 euros. Mais le coupon payé un mois plus tard porte sur l’année complète et offre donc 36 euros brut. Au final, on perçoit donc 3 euros brut, qui couvrent bien le mois pendant lequel l’obligation a été détenue. Il s’agit donc a priori d’une opération neutre (si ce n’est qu’il faut avancer pendant un mois les intérêts courus).

Fiscalité

Cependant, pour la plupart des obligations, il faut payer les intérêts courus bruts mais, au détachement du coupon, on reçoit les intérêts nets (diminués du précompte mobilier de 25 %). Dans notre exemple, un mois après l’acquisition de l’obligation, c’est donc en réalité 27 euros qu’on perçoit (36 euros – 25 % de précompte mobilier, soit 9 euros), ce qui pèse sur le rendement global. On a donc effectivement intérêt à considérer la date du coupons avant tout achat.

Exception : bons d’Etat

Si vous achetez des bons d’Etat belges existants avant la date du coupon, vous ne paierez que les intérêts courus nets. Pas de données fiscales à considérer dans ce cas. Mais nous vous le déconseillons, vu la faiblesse de leurs taux. Le rendement des bons à 5 ans s’élève à 1,15 % brut (0,86 % net) et le rendement à 10 ans atteint péniblement 2,50 % brut (1,88 % net). C’est trop faible pour bloquer votre argent pendant de nombreuses années.

 

Partagez cet article