Analyse
Peugeot lance une offre de rachat sur plusieurs de ses obligations il y a 3 ans - vendredi 12 septembre 2014

Le constructeur automobile français Peugeot propose de racheter anticipativement quatre de ses obligations. Parmi elles, une obligation que nous vous avions recommandée à l’achat, et que Peugeot propose de racheter au prix de 110 %. Faut-il accepter l’offre ?

Si Peugeot rachète directement vos obligations, vous serez taxé sur la plus-value. Or, sur le marché secondaire, ceci ne sera pas le cas et donc, vous récupérerez plus.
N'acceptez pas l'offre mais vendez vos obligations sur le marché secondaire.

 

Rachat anticipé

En juillet 2012, et à plusieurs reprises ensuite, nous vous avions conseillé l’achat d’une obligation de Peugeot offrant un joli coupon de 5,625 % brut. Cette obligation échoit normalement en juillet 2017, mais Peugeot propose de la racheter dès maintenant au prix de 110 %.

Si vous refusez et attendez l’échéance en 2017, vous récupérerez 100 % seulement, perdant au passage l’occasion d’acter une belle plus-value. D’un autre côté, si vous acceptez l’offre, vous vous priverez pour les trois années restantes du joli coupon initialement prévu.

Une opportunité intéressante ?

Nous avons fait nos calculs. Revendre aujourd’hui l’obligation de Peugeot est plus intéressant que la conserver si vous pouvez replacer votre argent à un taux d’au moins 0,90 % net. Un taux que dépassent les meilleurs comptes d’épargne, lesquels offrent encore aujourd’hui de 1,80 à 1,95 % net.

En plaçant votre argent sur un de ces comptes, vous percevrez certes moins d’intérêts chaque année, mais c’est largement compensé par la plus-value que vous réalisez immédiatement. Le gain de cet arbitrage s’élève à 300 euros environ par tranche de 10 000 euros investis initialement dans l’obligation de Peugeot.

 

N’acceptez pas l’offre, vendez sur le marché secondaire

Malgré tout, nous vous conseillons de ne pas accepter l’offre de Peugeot, mais de revendre plutôt vos obligations sur le marché secondaire, où elles se traitent à peu près au même prix. Il y a une raison fiscale à cela. Si Peugeot rachète directement vos obligations, la plus-value (calculée sur base du prix d’émission en 2012) est en effet taxable et des 110 % proposés, il vous restera 107,37 % seulement. Si vous revendez sur le marché secondaire, vous ne serez pas taxé et vous récupérerez davantage : 109 % environ, compte tenu des frais de vente.

 

Partagez cet article