Analyse
Evitez les obligations en euro ? il y a 2 ans - mercredi 26 novembre 2014

Alors que les taux des obligations en euro sont au taux plancher, les fonds qui y investissent affichent d’excellents rendements : jusqu’à 20 % sur 12 mois !

De novembre 2013 à novembre 2014, parmi une petite série de fonds d’obligations en euro, le moins bon a grimpé de 7,3 %, le meilleur affiche un rendement de 20,2 %. Mais le meilleur est passé. Quand les taux repartiront à la hausse, les cours des obligations baisseront. Prenez donc votre bénéfice. Pour placer sans risque, optez pour l’assurance-épargne et notamment le Fonds garanti d’AFER Europe, qui offre des frais d’entrée réduits aux abonnés à Test-Achats invest et a dégagé en 2013 un rendement de 3,36 %. 

 

Etonnant

Un rendement de plus de 20 %, c’est un exploit, comparé au rendement des comptes d’épargne, bons de caisse et comptes à terme, qui ne dépasse que très rarement 2 %. D’autant plus que les obligations dans lesquelles ces fonds investissent, offrent de faibles rendements. (pas plus de 2 % net, sauf auprès d’émetteurs courant un risque élevé de ne pas rembourser).

Obligations recherchées

Les fonds obligataires ont progressé parce que la valeur des obligations détenues s’est appréciée. C’est surtout le cas des fonds investissant dans des obligations d’Etats de la zone euro (Allemagne, France), très recherchées par les institutionnels (banques, compagnies d’assurances, fonds de pension), soucieux de ne prendre aucun risque. La forte demande a ainsi fait grimper les cours et, par ricochet, la valeur des fonds qui y investissent.

Taux éternellement bas ?

Aujourd’hui, les investisseurs paient leurs obligations très cher et en acceptent un rendement famélique. Il faut dire que la Banque centrale européenne (BCE) met tout en œuvre pour maintenir les taux aussi bas que possible, pour relancer l’économie (en pouvant emprunter à de faibles taux, les entreprises devraient être incitées à investir et à faire repartir l’économie; les ménages, dont l’épargne ne rapporte rien, devraient dépenser pour consommer, et faire tourner l’économie). Mais les effets se font attendre. Toujours est-il que la situation en Europe ne restera pas éternellement mauvaise. Quand elle retrouvera la croissance, les taux se relèveront. Ce n’est pas prévu dans les tout prochains mois mais bien d’ici deux à trois ans selon nous.

N’achetez pas

Imaginons que vous achetiez aujourd’hui une obligation offrant chaque année 2 %. Demain, les taux augmentent et vous pouvez vous procurer une obligation de même durée et de même risque offrant 4 %. Cette nouvelle obligation sera plus intéressante que celle achetée la veille. Si vous voulez vous débarrasser de la première, vous devrez en accepter un prix moins élevé. Autrement dit, les fonds qui jouissent aujourd’hui de la hausse des cours obligataires, pourraient voir leur valeur baisser le jour où les taux remonteront. Si ce n’est pas pour tout de suite, il est néanmoins trop tard pour encore investir dans les fonds obligataires en euro.

Alternative : l’assurance-épargne

L’assurance-épargne a bien sûr son lot de défauts : taxe de 2 % sur chaque versement, intérêts pas versés mais réinvestis chaque année, rendement en baisse ces dernières années. Mais leur rendement reste supérieur à bien d’autres placements. Pour ces prochaines années, on peut tabler sur ±2,50 %.

Obligation en direct ?

Puisqu’il existe un risque de baisse pour les fonds obligataires en euro, pourquoi ne pas acheter directement une obligation en euro ? Si vous attendez l’échéance, on vous remboursera de toute façon la mise de départ. C’est vrai. Mais le problème, c’est la faiblesse des taux. A moins de prendre des obligations risquées, vous n’obtiendrez guère mieux que 1 à 2 % net. Et comme ce taux est fixé pour plusieurs années, si les taux remontent entre-temps, vous ne pourrez pas en profiter immédiatement. Sauf si vous revendez votre obligation avant son terme… mais à un prix alors plus faible !

 

Partagez cet article