Analyse
Bons d’Etat : vendre avec plus-value ? Souscrire aux nouveaux ? il y a un an - vendredi 19 février 2016

Faut-il encaisser sa plus-value sur les bons d’Etat bien cotés ou plutôt les garder pour leur coupon ? Et faut-il souscrire à la nouvelle émission qui s’annonce ?

En 2010, monsieur G. a investi 4 000 euros dans un bon d’Etat belge qui arrivera à échéance dans un peu plus de deux ans (le 4 mars 2018). Ce bon offre un coupon annuel brut de 3,25 %. Son cours a bien grimpé : il est actuellement de 106,65 %.
En l’occurrence, mieux vaut prendre son bénéfice.

 

Cours avantageux

Si monsieur G. conserve son bon d’Etat jusqu’à l’échéance, il percevra encore pendant deux ans le généreux coupon de 3,25 % brut (2,37 % net). Mais à l’échéance, il ne récupérera que sa mise de départ, soit 4 000 euros. En revanche, s’il vend aujourd’hui ce bon à son cours actuel (106,65 %), il récupérera 4 266 euros.

 

Réinvestir ?

Certes, compte tenu de la faiblesse actuelle des taux, monsieur G. ne pourra réinvestir le capital récupéré qu’à de plus faibles conditions. Néanmoins, nos calculs révèlent qu’en l’occurrence, il vaut mieux vendre maintenant et réinvestir le produit de la vente aux conditions actuelles. Si monsieur G. opte par exemple pour un compte à terme à deux ans (soit l’équivalent de la durée restante de son bon d’Etat), auprès d’une banque généreuse (MeDirect offre 1,10 % net à deux ans), à terme, il disposera d’une bonne centaine d’euros supplémentaires que s’il conserve son bon d’Etat.

 

Et la nouvelle émission de Bons d’Etat ?

L'Etat belge va procéder à une nouvelle émission de bons d’Etat. On n’en connaîtra les conditions exactes que le 22/02. Mais compte tenu de la situation internationale des taux, il n’y a pas de raison qu’elles soient meilleures que lors des précédentes émissions.
La sécurité qu’offrent les bons d’Etat se paie au prix d’un rendement très bas. Même dans les banques, les placements à 10 ans offrent davantage, avec une sécurité à peu près identique, puisque les avoirs sont protégés à concurrence de 100 000 euros par personne par le système de garantie des dépôts.
NIBC Direct propose ainsi un compte à terme à 10 ans offrant 1,24 % net. Cela reste peu, mais supérieur à ce qu’offre l’Etat.
Pour ceux qui voudraient néanmoins participer, la souscription du nouveau bon court du 24 février au 3 mars inclus, avec versement des fonds le 4 mars. Le particulier a la possibilité de souscrire via sa banque, ou en ligne en s’identifiant au moyen de sa carte d’identité ou d’un «token» sur www.bonsdetat.be.

Partagez cet article