Analyse
Rendement des obligations corporate inférieur à 1 % il y a un an - jeudi 9 juin 2016

La Banque centrale européenne entame son programme de rachats d’obligations d’entreprises. Faut-il encore investir sur ce marché ?

Nous ne le pensons pas. Si les doutes sur la qualité de la dette souveraine européenne nous incitent à rester à l’écart de ces actifs, la réalité est que les obligations d’entreprises offrent toujours, en moyenne, des niveaux de risque légèrement supérieurs à ceux de la dette souveraine. Se contenter de rendements aussi faibles pour un niveau de risque aussi élevé n’est pas le meilleur choix selon nous.

 

La Banque centrale européenne (BCE) entame son programme de rachats d’obligations d’entreprises, un programme limité aux obligations de qualité (investment grade) et excluant les obligations émises par le secteur bancaire. Objectifs, améliorer la transmission du crédit bon marché entre la banque centrale et le monde de l’entreprise, ce programme offrant un moyen de se financer à bon prix, et surtout, stimuler les investissements des entreprises et l’emploi. Reste à voir si ce crédit bon marché ira effectivement aux investissements, ce qui est loin d’être gagné d’avance.

 

Les marchés avaient largement anticipé cette intervention, les taux d’intérêt étant très clairement orientés à la baisse depuis l’évocation plus insistante de la mise en place du programme à l’automne. Pire, le rendement moyen des obligations d’entreprises européennes de qualité est passé en dessous de 1,0 % cette semaine. Mais si les taux sont aussi faibles, c’est aussi parce que, face à des taux réduits à néant sur les marchés de la dette souveraine, les investisseurs ont choisi de chercher refuge dans l’obligataire corporate de qualité, acceptant là aussi des rendements de plus en plus réduits.

 

Partagez cet article