News

Faut-il investir dans un fonds d’obligations ou en obligations individuelles ?

il y a 2 mois - jeudi 16 mai 2019
Pour vous aider à mieux choisir, voici cinq différences fondamentales entre ces deux formes de placement.
Faut-il investir dans un fonds d’obligations ou en obligations individuelles ?

Faut-il investir dans un fonds d’obligations ou en obligations individuelles ?

Les fonds  et les obligations ont tous deux des avantages et des inconvénients.
Idéalement, tablez sur l’avantage que constitue la diversification d’un fonds pour constituer la base de votre portefeuille. Et complétez-le au moyen d’obligations individuelles. Cela vous donne une intéressante combinaison. Pour les obligations individuelles, limitez à un maximum de 5% de votre avoir votre exposition au risque d’un seul et même émetteur.
Pour le choix de devises et de fonds, consultez notre stratégie.

Les cinq différences

Diversification
En investissant dans un fonds d’obligations vous devenez le copropriétaire d’un portefeuille qui compte des dizaines voire des centaines d’obligations émises par différents émetteurs pour des durées différentes et, parfois, dans des devises différentes. Le portefeuille du fonds Fidelity US High Yield A EUR compte ainsi 486 obligations. Si l’émetteur d’une d’entre elles rencontre des difficultés, l’impact sur l’ensemble du portefeuille sera très limité.

Si vous préférez investir directement en obligations individuelles, sachez qu’il vous faut au moins 20 obligations différentes, c’est-à-dire émises par différents émetteurs. C’est le minimum si vous voulez répartir votre risque. Mais en comparaison à un fonds, la faillite de l’émetteur d’une de ces obligations aura un impact plus important sur votre avoir. Privilégiez dès lors des émetteurs disposant d’une situation financière saine. C’est le cas pour Apple qui a émis l’obligation en dollar Apple USD 2.1% 12/09/2022 dont le rendement est de 1,8% net.

Revenu
Les fonds d’obligations existent en deux variantes, les fonds de capitalisation qui ne paient pas de dividende et les fonds de distribution qui en émettent un. En principe, puisque le dividende n’est jamais garanti. Son montant peut varier en fonction des coupons que touche le fonds lui-même, mais aussi en fonction des préférences des gestionnaires. Ces derniers peuvent décider de reverser la totalité ou une partie seulement des revenus encaissés par le fonds. La fréquence du paiement du dividende est elle aussi propre à chaque fonds. Par exemple le fonds d’obligations internationales PIMCO GIS Income E Class USD Dis paie chaque mois, et ce depuis des années, un dividende stable de 0,04 USD. Tandis que le fonds Parvest Flexible Bond Europe Corporate EUR paie un dividende annuel dont le montant varie d’année en année. Entre 2015 en 2017 il n’a même payé aucun dividende.

Les obligations individuelles paient, elles, un coupon fixe, ce qui offre un revenu stable. Pour autant bien sûr que l’émetteur ne rencontre pas de problèmes. L’obligation en dollar AbbVie USD 2.85% 14/05/2023 émise par le géant américain de la pharmacie éponyme donne droit tous les semestres à un coupon de 2% net sur base annuelle. Pas plus, pas moins.

Echéance
Les fonds d’obligations n’ont pas d’échéance. D’autant que les obligations qu’ils détiennent ne sont que rarement conservées jusqu’à leur échéance. Les gestionnaires revoient régulièrement la composition de leur portefeuille pour saisir les opportunités du marché.

Par contre, si vous investissez en obligations individuelles, vous savez d’avance quand chacune d’elle viendra à échéance, c’est-à-dire quand leur émetteur vous remboursera. Prenons un exemple : l’obligation en couronne norvégienne Citigroup NOK 3.5% 19/08/2024 vient à échéance le 19 août 2024. Ce jour-là le détenteur de cette obligation se verra rembourser la valeur nominale de 10 000 NOK (+/-1000 EUR) par coupure.

Protection du capital
Les fonds d’obligations ne donnent pas droit à une protection du capital investi. C’est normal puisque leur valeur varie en fonction de l’évolution des marchés obligataires. Exemple : lorsque les taux d’intérêt montent, la valeur des obligations baisse. Et inversement. Par conséquent votre mise de départ peut gagner en valeur, mais à certains moments elle peut aussi perdre en valeur.

Il en va tout autrement pour les obligations individuelles. A leur échéance leur valeur nominale est remboursée à 100%. Le cours d’une obligation peut donc fluctuer entre son émission et son échéance, mais si vous la conservez jusqu’au bout, votre capital sera protégé.

Rendement
Comme les fonds d’obligations n’ont pas d’échéance, il est impossible de connaître à l’avance leur rendement final. Le fonds Nordea 1 – Norwegian Bond AP NOK investit en obligations en couronne norvégienne dont le coupon moyen est de 2,2% brut. Si vous aviez l’intention d’acheter ce fonds, ce coupon n’est pas le seul élément dont vous devriez tenir compte pour établir votre rendement puisque la hausse ou la baisse du cours de ce fonds influencera aussi ce rendement.

Dans le cas des obligations individuelles il est normalement possible de connaître le rendement à l’avance. Prenons comme exemple l’obligation Waste Management USD 2.4% 15/05/2023 émise par le spécialiste américain du traitement des déchets. Le coupon est de 1,7% net. Cette obligation peut être achetée en ce moment à 98% de sa valeur nominale. Supposons que vous l’achetiez et que vous la conserviez jusqu’à l’échéance en 2023, votre rendement net annuel sera d’environ 2%.

Avantages et inconvénients

Avec une obligation individuelle vous pouvez connaître d’avance votre rendement et pour certains épargnants la protection du capital à l’échéance est un important argument positif. Cette protection ne vaut toutefois que si l’émetteur est en mesure de respecter ses engagements financiers. C’est pourquoi il faut être attentif au rating de chaque obligation. C’est la première indication qui rend compte de la qualité de l’émetteur.

Pour réduire le risque que cela implique, il est nécessaire d’investir dans un nombre suffisant d’obligations de différents émetteurs, ce qui nécessite de disposer d’un gros montant.
Avec un fonds d’obligations il est impossible de connaître son rendement à l’avance et il n’y a pas de protection du capital. Par contre, le fonds présente un énorme avantage : quelques dizaines d’euros suffisent pour bénéficier d’une large diversification, donc d’une répartition du risque. C’est un atout qu’il ne faut pas sous-estimer.

Partagez cet article