News
Quel revenu mensuel encore attendre de votre épargne et de vos placements ? il y a 3 mois - mercredi 19 juillet 2017
Compléter un salaire ou une pension avec les revenus de vos placements n’est pas une mince affaire. En cause : la faiblesse des taux.
Quel revenu mensuel encore attendre de votre épargne et de vos placements ?

Quel revenu mensuel encore attendre de votre épargne et de vos placements ?

Nous avons réuni pour vous les diverses formules d’épargne et de placement pour vous présenter ce que ces produits peuvent apporter. Nous avons supposé que vous disposez d’un portefeuille de 25 000 euros et souhaitez un revenu mensuel. Les rendements évoqués sont nets, (après précompte) et en euro.

COMPTE D’ÉPARGNE: 8 EUROS PAR MOIS

Le compte d’épargne est la formule la moins risquée et la plus liquide, mais pas la plus généreuse. Le compte d’épargne le plus rémunérateur, le compte ME3 de MeDirect, rapporte en ce moment 0,40% par an, soit (un bon) 8 euros par mois par tranche de 25 000 euros. Attention : il faut prévenir trois mois à l’avance pour retirer de l’argent.

Notre avis
Le compte d’épargne est un des rares placements qui ne présente aucun risque. Mais ce n’est pas le produit le plus approprié pour obtenir un revenu raisonnable. Par contre il convient parfaitement comme «parking» pour héberger les revenus annuels de vos autres placements, en attendant de prélever ce dont vous avez besoin de mois en mois. 

ASSURANCE-ÉPARGNE: 34 EUROS PAR MOIS

L’assurance-épargne, alias le contrat d’assurance-vie de la branche 21, donne plus que le compte d’épargne, mais il n’y a pas de quoi pavoiser. Le très bon contrat Vita Invest Dynamic (Federale) a offert l’an passé un rendement de 2,1%. Compte tenu du fait que le rendement baissera encore légèrement ces prochaines années, compte tenu aussi du précompte mobilier si votre contrat n’a pas été signé il y a huit ans au moins, vous pouvez espérer une rente mensuelle d’environ 34 euros par tranche de 25 000 euros.

Notre avis
La branche 21, c’est le rendement le plus élevé qu’on peut obtenir sans risque sur notre marché. De ce fait, c’est une formule intéressante, à condition d’opter pour des produits généreux. Pour éviter de payer des frais de sortie, retirez vos intérêts en une fois chaque année et placez cette somme sur un compte d’épargne au départ duquel vous prélèverez ensuite votre revenu mensuel.

COMPTES À TERME ET BONS : 38 EUROS PAR MOIS

Les comptes à terme, les bons de caisse et les bons d’Etat pèchent par le même mal : ils ne rapportent quasi rien et bloquent l’argent des déposants pendant une (plus ou moins) longue période. Les meilleures conditions sont offertes par la banque maltaise Izola Bank avec 0,60% sur le compte Izola Saver+ d’une durée de 1 an. En théorie, cela correspond à un revenu mensuel de 12 euros par tranche de capital de 25 000 euros. Il y a moyen d’avoir plus en échange d’une durée plus longue, mais sur10 ans on n’arrive jamais qu’à 38 euros par mois ! Les intérêts peuvent être touchés tous les 3, 6 ou 12 mois. Pour être complets, comparons avec le compte à terme d’une durée de 1 mois chez Argenta : il procure un revenu mensuel de 0,83 euro net par tranche de 25 000 euros. Sans commentaire.

Notre avis
La faiblesse des taux d’intérêt rend la plupart de ces produits inintéressants. Izola est la seule banque qui offre des taux un peu plus élevés que l’assurance- épargne, mais sur une durée fort longue. Tenez compte aussi du fait qu’il s’agit d’une banque maltaise, dont les avoirs sont couverts par le fonds de garantie maltais (n’y placez donc en aucun cas plus de 100 000 euros). Et s’agissant d’une banque étrangère, sans présence physique en Belgique, vous devrez déclarer l’existence de ce compte à la Banque nationale de Belgique (BNB) et au fisc en mentionnant dans votre déclaration les intérêts touchés, le précompte n’étant pas déduit automatiquement par Izola.

OBLIGATIONS: 30 EUROS PAR MOIS

Investir en obligations revient à acheter une part de la dette d’un pays, d’une organisation internationale ou d’une entreprise. En échange de quoi l’émetteur de l’obligation en question vous paie un coupon, généralement annuel. Le niveau de ce coupon dépend de la qualité de l’émetteur (plus elle est élevée, moins le coupon l’est), de la durée de l’obligation (plus elle est courte, moins le coupon est élevé, en principe du moins) et de la devise dans laquelle elle a été émise (plus elle est exotique, plus le coupon est élevé, en principe du moins aussi). L’éventail proposé est large, du placement très défensif qu’est l’emprunt d’Etat de courte durée en euro au placement spéculatif qu’est l’obligation de longue durée émise en real (la devise brésilienne). Les coupons vont de quasi rien pour un emprunt d’Etat en euro (quasi sans risque) à un gros 7% pour une obligation en real (plus risquée compte tenu des fluctuations importantes de la devise). Ce dernier cas correspond à un revenu mensuel de 142 euros par tranche de 25 000 euros, mais ce revenu peut monter ou descendre en fonction de l’évolution de la devise brésilienne. A titre de comparaison, une obligation plus risquée en euro (obligation d’entreprise) donne un revenu mensuel moyen de 13 euros.

Notre avis
– Les obligations d’Etat de pays occidentaux cotent à un niveau nettement plus élevé que le prix auquel elles seront remboursées et les émissions nouvelles sont d’une pingrerie totale. Il est courant que leur rendement soit négatif. Ce n’est donc pas le moment d’acheter.
– Les obligations d’entreprise en euro sont parfois intéressantes, tout dépend de l’offre. Le développeur immobilier VGP (entrepôts) a émis récemment une obligation d’une durée de 7 ans offrant un rendement de 2,11%, ce qui correspond à un revenu mensuel de 44 euros par tranche de 25 000 euros. Mais il est rare d’encore trouver de tels taux et, surtout, il est déconseillé de confier toutes vos économies à un seul et même émetteur. Compte tenu de l’offre actuelle, un portefeuille bien diversifié en obligations d’entreprise peut donner un rendement annuel de 1,50%, ce qui correspond à une bonne trentaine d’euros par mois par tranche de 25 000 euros. Soyez conscient qu’un portefeuille obligataire nécessite un suivi régulier.
– Pour ce qui est des obligations en devises étrangères, l’évaluation du potentiel (ou du risque) de la devise a pris de l’importance ces dernières années. Comme les taux sont peu élevés, le marché des changes peut faire ou défaire un rendement.

FONDS OBLIGATAIRES : 62 EUROS PAR MOIS

Il y a autant de fonds obligataires qu’il y a d’obligations : de courte ou de longue durée, en euro ou en devise étrangère, avec pour émetteur des Etats, des institutions internationales ou des entreprises… Deux facteurs influencent fortement le niveau du revenu mensuel que vous pouvez tirer d’un fonds obligataire.
– La politique de dividende. Les gestionnaires distribuent-ils la totalité des revenus du fonds ou une partie seulement ? Un fonds comme HSBC GIF Brazil Bond ne donne «que» 3,8 % de dividende, ce qui correspond à 78 euros par tranche de 25 000 euros, alors que pour ce type de fonds il est courant que ce soit deux fois plus. La différence n’est pas distribuée, elle reste dans le fonds et grossit sa valeur d’inventaire. Il faut le savoir.
– Le portefeuille du fonds. Si le fonds investit dans des obligations de très courte durée, le dividende pourrait être réduit à pas grand-chose quand on sait que certaines de ces obligations donnent un rendement négatif. Les fonds d’obligations en euro de durée moyenne procurent un revenu mensuel d’environ 7 euros, ceux d’obligations en euro de longue durée 9 euros.

Notre avis
Pour le moment, les fonds obligataires ne nous paraissent pas tentants du fait du cours élevé des obligations. A une nuance près : il est encore possible de bénéficier d’un rendement plus ou moins élevé avec les fonds misant sur les emprunts de longue durée, les emprunts en devises exotiques et/ou les emprunts d’entreprises dont la réputation est moins bonne. Comptez qu’il y a moyen d’obtenir 3% en moyenne, soit 62 euros par mois par tranche de 25 000 euros. Cependant, pour obtenir ce rendement il faut prendre des risques à notre avis démesurés, notamment des risques de perte de capital, par exemple si la devise exotique en question chute par rapport à l’euro, par exemple si un ou plusieurs émetteurs rencontrent des difficultés de trésorerie et, surtout, si les taux d’intérêt se mettent à monter, toutes choses qui ne manqueraient pas de peser sur la valeur d’inventaire de votre fonds.

IMMOBILIER : 93 EUROS PAR MOIS

Plusieurs possibilités s’offrent à vous si vous voulez investir en immobilier de manière indirecte (donc pas en achetant directement un ou plusieurs biens). Nous en avons retenu trois. Notez qu’aucune d’entre elles ne garantit ni le rendement ni le capital de départ.
– SIR : jusqu’à 93 euros
Les sociétés immobilières réglementées (SIR, autrefois sicafi) investissent pour vous dans le résidentiel, les surfaces commerciales, les bâtiments semi-industriels, les entrepôts et les bureaux. Les loyers de ces immeubles génèrent un rendement annuel que nous évaluons à 3,4%, soit 70 euros par mois. Nos SIR favorites sont Ascencio (80 euros), Qrf (78 euros), Vastned Retail Belgium (78 euros) et Wereldhave Belgium (75 euros). Le champion du dividende est Befimmo (93 euros).
– Certificats fonciers : jusqu’à 260 euros
Parmi la quinzaine de certificats fonciers que nous suivons, aucun n’est intéressant tant le risque est élevé (peu ou pas de répartition du risque, négociabilité limitée en Bourse, liquidations). Genk Logistics offre avec 260 euros le dividende le plus élevé du marché, mais le risque est à l’avenant. On ne peut exclure que l’un des gros locataires ne renouvelle pas son bail. Si c’est le cas, le dividende fondra comme neige au soleil.
– Fonds immobiliers : 10 euros
Ces fonds ne misent pas sur des bâtiments ou des terrains mais sur des actions d’entreprises du secteur comme les SIR, comme Unibail-Rodamco ou Deutsche Wohnen. Nous conseillons C+F Immo Rente, qui mise surtout sur l’immobilier belge. Il y a toutefois un désavantage, la modestie du dividende (0,5%), soit 10 euros par mois. Les gestionnaires réinvestissent le gros des dividendes qu’ils touchent. Pour l’ensemble de la catégorie, comptez sur un revenu mensuel moyen de 34 euros par tranche de 25 000 euros.

ACTIONS : 69 EUROS PAR MOIS

Il y a aussi moyen de se procurer un revenu périodique en investissant en Bourse, dans des actions de sociétés offrant un rendement sur dividende élevé. Nous sommes des fans de ces sociétés qui parviennent, contre vents et marées, à payer systématiquement un bon dividende grâce surtout à leur structure financière saine.
Parmi les actions à dividende élevé, on trouve Befimmo (pouvant rapporter 93 euros par mois), Engie (61 euros par mois), Gimv (66 euros) et TINC (54 euros).

Notre avis
N’achetez jamais une action pour la seule raison que son rendement sur dividende est élevé. Il faut analyser ce dividende. Les dirigeants d’entreprises savent comment faire miroiter un dividende pour donner l’impression que tout va pour le mieux. Ils peuvent pomper dans les réserves, réduire certains investissements, etc.
N’oubliez pas non plus qu’une forte baisse du cours boursier a aussi pour effet de gonfler le rendement sur dividende. Or la baisse du cours peut justement être annonciatrice d’une baisse prochaine du dividende. Il est donc crucial de savoir d’où vient le dividende mis en paiement. Son origine doit être de première qualité. C’est le cas pour les actions reprises dans le tableau ci-contre. Pensez ici aussi à bien diversifier vos avoirs, le capital investi dans des actions n’étant jamais garanti. Le top 4 que nous recommandons ici ne constitue qu’une base pour un portefeuille diversifié. En moyenne, il vous procurera un revenu mensuel moyen de 69 euros (montant non garanti).

FONDS D’ACTIONS : 52 EUROS PAR MOIS

Quelque  2 400 fonds d’actions commercialisés dans notre pays offrent un dividende. En moyenne, ils donnent un rendement de 1%, soit 21 euros par mois. Les plus intéressants dans le cadre de ce dossier sont bien sûr les fonds d’actions à haut rendement. Il y en a 300 environ et leur rendement moyen sur dividende est de 2,5%, ce qui correspond à 52 euros par mois par tranche de 25 000 euros. Ces fonds sont reconnaissables à la présence des mots «Dividend» ou «In-come» dans leur appellation. Leur portefeuille peut être mondial, européen, américain ou asiatique. Exactement comme pour les fonds d’obligations, le revenu que l’on peut tirer des fonds d’actions dépend de la nature du portefeuille d’une part et de la politique de dividende d’autre part. En principe, les gestionnaires font tout pour que leurs clients soient gratifiés de dividendes élevés et relativement stables, par beau comme par moins beau temps boursier.

Notre avis
Compte tenu de la composition de leur portefeuille, de la qualité de leur gestion et de leur rendement sur dividende, nous vous conseillons KBC Equity High Dividend (23 euros par mois), Threadneedle UK Equity Income (52 euros) et Fidelity Global Dividend QIncome (39 euros). Ce dernier paie son dividende tous les trois mois. Mais attention, le capital que vous placez dans ces fonds n’est pas garanti.

FONDS MIXTES: 73 EUROS PAR MOIS

C’est une évolution intéressante à observer : il y a de plus en plus de fonds mixtes (= qui investissent à la fois en actions et en obligations) dont le dividende est mis en paiement de manière fractionnée : en 4 à 12 fois par an.

Notre avis
Certains fonds mixtes à dividende élevé se distinguent du lot. Optez parmi eux pour celui qui correspond le mieux à votre profil de risque. Tous ces fonds sont fort bien gérés, leurs gestionnaires jouissent de la liberté nécessaire pour faire de bons choix et ils en ont fait la preuve par le passé. Intéressant, mais vous devez accepter ici comme ailleurs que votre capital n’est pas garanti. Notre préférence va à DNCA Invest Eurose (30 euros), M&G Optimal Income (47 euros), JPMorgan Global Income (70 euros) et Carmignac Portfolio Patrimoine Income (73 euros).

Partagez cet article