News

La semaine sur les marchés

il y a un mois - vendredi 24 mai 2019
Les investisseurs se sont montrés inquiets face aux craintes de renforcement de la guerre commerciale.
La semaine sur les marchés

La semaine sur les marchés

Sur la semaine, les Bourses chinoises ont perdu 4,6%, le S&P 500 a reculé de 1,3% et le Stoxx Europe 50 de 1%. Le Bel 20 a quant à lui cédé 0,9%. 

L’ambiance s’alourdit sur les Bourses. Les investisseurs ne prennent pas de risque alors que les négociations commerciales entre la Chine et les USA semblent dans l’impasse. La déception est d’autant plus grande que l’espoir de sortie par le haut avait stimulé la hausse les semaines précédentes. Un renforcement de la guerre commerciale risque de peser sur l’économie et, in fine, d’handicaper la croissance des bénéfices des entreprises. 

Nous tablons néanmoins sur un compromis entre les deux puissances, au moins pour calmer le jeu et éviter une catastrophe économique, qui toucherait l’ensemble du monde. Nos prévisions de croissance économique mondiale étaient déjà prudentes et nous privilégions toujours le scénario d’atterrissage en douceur. 

Le secteur technologique a perdu 2,6% aux USA et 3% en Europe, après que Trump a écarté du marché américain le spécialiste chinois des équipements télécom Huawei et imposé des restrictions aux fournisseurs de ce groupe. Les craintes de rétorsions de la Chine sur le secteur de la technologie sont vives. Apple a perdu 4,9%. Le secteur des semi-conducteurs (au cœur des équipements technologiques) a chuté de 5,7%. 

Les craintes pour la croissance économique ont aussi pesé sur le secteur automobile européen (-5,2%), la sidérurgie (-1,7%), la chimie (-2,4%)....

Les actions les plus sensibles à la conjoncture ont fort souffert.
– Aperam a perdu 4,6%, souffrant des tensions mondiales comme l’ensemble des sidérurgiques, mais aussi de faillite de British Steel.
– Umicore a perdu 7% et Solvay 3,8%, tous deux pénalisés par la faiblesse du secteur automobile dont ils dépendent, lequel a perdu 5,2% en Europe, suite à la mauvaise tournure des négociations commerciales mondiales.
– Melexis a perdu 5,1%, aussi pénalisé par la faiblesse du secteur auto et touché de surcroît par le recul généralisé des valeurs technologiques (-3,2%).

Les valeurs plus défensives n’ont pas échappé à la tendance. 
– Colruyt a perdu 0,5% après avoir touché un nouveau sommet historique.
– Proximus a perdu 0,6%, souffrant de la dégradation du conseil de Citigroup, qui passe à «conserver» après une hausse de 25% depuis son conseil d’achat de septembre (Citigroup estimant en outre que le plan de réduction de coûts en cours n’aura que des effets limités).

– Ontex a encore perdu 1,3%, subissant toujours les effets de son avertissement sur résultats et du fait que son plan de relance est peu convaincant.
– ING a encore perdu 3%, pénalisé par la rumeur évoquant son intérêt pour la banque allemande Commerzbank, en difficulté.
– argenx a gagné 1,8% après avoir annoncé le lancement de tests (au plus tôt en 2020) pour deux candidats médicaments (contre l’asthme et les troubles neuro-musculaires). Lisez aussi notre analyse du secteur biotechnologique

Vu que les taux restent sous pression, la plupart des SIR ont clôturé la semaine en positif
– WDP a gagné 2,8%, profitant notamment de l’avis optimiste de Morgan Stanley pour le marché européen de la logistique. Mais avec une prime de 113% sur la valeur intrinsèque et un rendement de dividende de 2,7% net, nous ne sommes pas acheteurs.

– CFE a perdu 1,7%; son résultat trimestriel est tel que prévu, avec des ventes en progression de 6%. Le groupe confirme ses prévisions 2019. Mais sans indication sur les marges, on ne peut pas conclure grand-chose.
– Ackermans & van Haaren (+0,1%), qui possède 60,4% de CFE, a aussi publié un bon résultat trimestriel. Mais vu que le cours affiche toujours une prime de plus de 10% sur la valeur intrinsèque, prenez votre bénéfice.
– Gimv (+0,2%) a publié le résultat de son exercice clôturé le 31/3. L’année a été assez intense sur le plan des nouveaux investissements, la valeur du portefeuille a progressé de 12,7% et le bénéfice de 4,7%. Le dividende est maintenu à 1,75 EUR net. Pour la cinquième année consécutive, le rendement du portefeuille (16,2%) est supérieur à l’objectif du groupe (15%).

– Engie (-6,8%) a subi le détachement de son dividende et crée une co-entreprise avec EDP (+2,2%) pour le développement d’installations éoliennes en mer.

Variations de cours de lundi matin à vendredi midi.

Partagez cet article